Accéder au contenu principal

S'améliorer sans s'entraîner: L'esprit du chien de traîneau





Comme athlète, nous devons toujours nous améliorer.

Avec les années, c’est difficile. Qu’est-ce qui arrive quand on a fait le tour d’un ou plusieurs sports?

Pour ma 17e saison de sport d’endurance, je voulais faire ça différent, ou pas du tout.

M’entraîner plus ou mieux? Non… Plutôt l’inverse.

Laissez tomber vos capteurs de puissance et autres gadgets futiles. Seul votre esprit est requis ici.


DOSSIER SPÉCIAL : S’AMÉLIORER SANS S’ENTRAÎNER

3e Partie : L’esprit du chien de traîneau

« Le corps humain c’est comme un tube de pâte à dent. Quand y’en a pu, y’en a encore. »

- Mathieu Mathos-le-Baron-Barre-Tendre-Mélangé-Bélanger-Barrette

Je n’attendais rien d’extraordinaire de cette petite ride de ski-doo au chalet le lendemain de Noël en 2008. Pourtant, une fois l’odeur du moteur 2-temps bien répandue dans mon casque, l’euphorie s’empara de moi.

Alors que nous prenions le large dans le champ plein de neige molle, mon chien Noiraud, qui n’était clairement pas invité à la ride, courrait dans nos pistes avec toute la fougue d’un labrador âgé de 18 mois.

C’était perdu d’avance, on allait trop vite. Mais le chien continuait à nous suivre, la langue sortie. « Quel focus! », pensais-je. Une seule direction, aucune gestion de l’effort, le gaz au fond. Il ne se pose pas de questions.

Ça fait réfléchir.

Noiraud après un training à l'été 2008

L’hiver dernier, à travers mes lectures et mes soirées de repos, j’ai gardé à l’esprit qu’il y a un temps pour chaque chose, qu’il faut que j’arrête d’être trop content si ma course se déroule bien, ou de me décourager quand ça tourne mal.

Comment faire pour que notre performance ne soit pas affectée par nos états d’âme, qu’ils soient positifs ou négatifs? Il faudrait toujours foncer, sans égards aux conséquences.

Un vieux proverbe dit que seuls ceux qui vont trop loin savent jusqu’où il est possible d’aller. C’est comme ça que les records tombent. C’est aussi comme ça qu’on est déçu d’avoir explosé avant la ligne d’arrivée.

Mais il n’y a rien de décevant à atteindre ses limites, à frapper le mur. Si c’est le but du jeu, alors il faut accepter de perdre parfois.

Risque calculé vs calcul risqué : Une équation qui n’est jamais simple

Yoda disait souvent à Luke que son esprit n’était jamais totalement présent, là il où devait être. Il pensait souvent à son père diabolique ou encore au fait qu’il a frenché sa sœur sans le savoir.

Noiraud n’est peut-être pas un chevalier Jedi ni même un vrai chien de traîneau, mais il était animé par un désir instinctif d’aller le plus vite possible en ayant du gros fun, aussi noir que son poil. 

Après quelques centaines de mètres à manger de la neige dans la face, Noiraud capitula.

TOCK!! Il s’écrasa par terre pendant quelques secondes. Tel le T-Rex qui ne pouvait suivre le Jeep dans Jurassic Park 1, il retourna d’où il venait et me laissa dans une spirale de réflexion qui dure depuis 10 ans : Comment m’assurer que je suis plus focus que mon chien?

Je pense encore à Noiraud quand ma tête ne domine plus mon corps. C’est là que la course commence. C’est à ce moment qu’il faut faire le choix entre une course ordinaire ou une performance parfaite dans laquelle on a tout donné.

Avoir l’esprit d’un chien de traîneau, c’est souvent le gain marginal qu’aucun plan d’entraînement ne peut prévoir.

------------------------------------------------------

C’est ce qui conclut la série s’améliorer sans s’entraîner.

Bien sûr, il faudra toujours s’entraîner pour s'améliorer.

Mais on peut accomplir bien des choses par la seule force de l’esprit.

- 30 -

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…