Accéder au contenu principal

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.

Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 

La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault

Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des conducteurs haineux sur nos routes. Une minorité très visible qui nous pourrit la vie ou nous l’enlève carrément.

Lors de mon voyage à travers le Canada à vélo en 2011, j’ai été klaxonné 6 fois en 60 jours à travers 9 provinces. Ces 6 coups de klaxon sont survenus au Québec. Une statistique un peu bidon, mais qui me trotte toujours dans la tête.

Nos chauffards, les grands parleurs des radios poubelles et autres diffuseurs de haine sur les réseaux sociaux font mal paraître la majorité silencieuse d’automobilistes courtois, prudents et civilisés, ceux qu’on ne remercie jamais assez. La seule façon d’améliorer la situation, pour nous les cyclistes, c’est d’avoir un comportement exemplaire en tout temps sur la route. À ce sujet, cher amis, nous avons aussi du travail à faire... Avouez-le.

Comme le disait Geoffroy l'autre jour, « le respect attire le respect ». Voilà un bon message en ce début de saison.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, vous pourrez partager cet article à nouveau. C’est mon testament cycliste. Depuis quelques années, la route est devenue une loterie. On a l'impression que ça ne finira jamais.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous qu’à chaque fois qu’un ami, ou l'ami de mes amis, s’est fait tuer ces dernières années, j’étais de plus en plus fâché. On s’emporte toujours quand il y a un mort. On exprime sa colère en mots, on efface… Puis on recommence au prochain accident.

Mais aujourd’hui, personne n'est mort. La saison commence, l’histoire va s’écrire. Si tout le monde respecte le code de la route, la fin devrait être merveilleuse: Ils vécurent heureux et roulèrent en vélo jusqu’à ce qu’ils eurent 100 ans! Ultimement, c’est notre but à tous.

Si jamais je meurs frappé par une voiture, n’allez jamais dire que je suis mort en faisant ce que j’aimais. Ce qu'on aime, c’est faire du vélo, du sport, voir nos amis, notre famille et profiter de la vie à notre façon. Personne ne meurt de ça.

On meurt de l’imprudence, trop souvent celle des autres.


En mémoire de nos amis

Clément Ouimet

Jason Lowndes

Ellen Watters

Ross Chafe

Mike Hall

Commentaires

Eric Blais a dit…
Wow, tellement bien dit

Posts les plus consultés de ce blog

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…