Accéder au contenu principal

Lyne Bessette se joint à l'équipe Siboire-Le coureur!

La plupart des gens connaissent Lyne Bessette en tant qu’athlète de cyclisme sur route. Deux fois olympienne (Sydney, Athène), championne du monde sur route en tandem (2010), Lyne a aussi fait sa marque ces dernières années en cyclocross, piste, vélo de montagne, triathlon en plus d’avoir pratiqué la course à pied avant même d’être une cycliste.

Et puis maintenant ? Quoi de mieux que le Pentathlon des neiges!? N’est-ce pas Lyne?

L.B. : Ouais, j’aime bien me lancer des défis comme ça de temps à autre! J’ai récemment fait une course en montagne de 50 miles dans le Vermont ainsi qu’un autre marathon, tout cela sans trop de préparation spécifique. Disons que ça garde la forme!

Quand Pierre-Olivier Boily m’a demandé si je voulais faire le pentathlon avec l’équipe Siboire-Le coureur, j’ai tout de suite embarqué. Chaque année, je m’intéressais à cette course et je regardais les résultats. Cette fois-ci je tente l’aventure.

D.M. : Comment s’est déroulé l’entraînement cet hiver?

L.B. : Le tandem sera ma priorité cette année donc je me prépare pour la saison de Coupe du monde paracycliste qui débutera dans un peu plus de deux mois.

Comme le vélo stationnaire, le ski de fond et la course à pied/raquettes font partie de mon programme d’entraînement hivernal depuis plusieurs années déjà, je n’ai pas trop d’adaptation à faire de ce côté-là.

Le patin de vitesse est par contre une nouvelle discipline pour moi, mais P-O m’a donné quelques leçons et je ne m’en sors pas si mal je te dirais!

D.M. : Et ton objectif à ta première sortie en tant que pentathlète?

L.B. : C’est sûr que quand je prends le départ d’une course, c’est pour la gagner. Je vais donc partir le pied au plancher. J’ai regardé les temps de Marie-Josée (Dufour) et je sais qu’elle est forte. On verra ce que ça donnera. 

Il y a aussi la température, 5 sports différents,  4 transitions. Tout peut arriver dans une course comme ça (NDLR : ouais, ça c’est pas mal vrai!).

Une chose est certaine, c’est qu’on va avoir pas mal de fun! C’est drôle, parce que je me rappelle lorsque je commençais la course à pied, à l’âge de 10 ans, je montais à Sherbrooke pour acheter mes chaussures de course à la boutique Le coureur, qui appartenait déjà à Joël Saint-Louis.

Aujourd’hui c’est comme un petit retour en arrière et je suis très contente de courir pour Joël et aussi pour P-O, qui est un ami de longue date dans le monde du vélo, tout en portant les couleurs de la micro-brasserie Siboire.

D.M. : Tu entameras ta deuxième campagne comme pilote de tandem paracycliste avec ta partenaire Robbie Weldon après une première saison qui s’est terminée avec un titre de championnes du monde à la course sur route. Est-ce que c’est ce sport qui prend tout ton temps maintenant?

L.B. : Certainement, l’objectif est Londres 2012 et on espère encore progresser ensemble pendant la prochaine année et demie pour aller chercher la médaille d’or aux jeux.

Robbie est aussi athlète paralympique en ski de fond, donc moi en ce moment je me prépare de mon côté dans ma maison près de Boston tout en visitant le Québec à l’occasion.

Pour les deux prochaines années, nous serons également sur le vélodrome en vue des jeux, c’est donc un autre défi qui s’ajoute à notre programme et je m’y investis à temps plein.

D.M. : Est-ce que le tandem t’a redonné un nouveau souffle?

L.B. : C’est une expérience complètement différente. Parfois on se lève le matin et on chiale avec nos petits problèmes… Quand tu vois ces gens-là, aveugles, amputés ou en chaise roulante, qui partent s’entraîner beau temps mauvais temps, ça remet certaines choses en perspective.

Ceci dit, je n’avais jamais vraiment arrêté de faire du sport mais c’est un retour à la compétition internationale pour moi et j’adore ça!

D.M. : Quant à ton objectif de participer au championnat du monde d’Ironman à Hawaii, le projet est-il sur la glace pour l’instant?

L.B. : Je pense que j’ai attaqué ça un peu trop fort. Les blessures arrivent rapidement dans ce sport et je me frottais à des filles d’expérience en courant chez les pros. L’opportunité du tandem est arrivée entre temps et je préfère m’investir dans une chose à fond plutôt que dans deux choses à moitié.

Pour l’instant, le projet est en suspens mais je n’arrête pas de courir. Je ferai même le marathon de Boston le 18 avril prochain!

Wow, ça n’arrête pas une seconde. Merci et bonne chance à Lyne au pentathlon le 27 février prochain!

(Photos: velonews et association cycliste canadienne)

Commentaires

Marc-O a dit…
Good job Duff ! Ça fait du bien d'avoir des petites nouvelles de Lyne Bessette et de savoir qu'elle est toujours aussi active :)

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…