Accéder au contenu principal

Semble-t-il que l'hiver est fini?!


- 8 degrés au Saguenay ce matin, 1er mars...
- On a eu les pieds mouillés toute la semaine en allant faire les examens de mi-session...
- Le penthatlon des neiges est devenu un quadrathlon et le ski de fond a été remplacé par du ski nautique avec des bâtons...

Ben oui, l'hiver est pas mal fini.

Le Penthatlon a perdu un membre mardi, lorsque la patinoire a définitivement fondu en raison du temps chaud. C'était inévitable mais on était bien triste, surtout pour nos deux patineurs des volets équipe gars et filles, Mélissa et Joe, qui n'ont pu que constater qu'ils seraient au chômage le dimanche suivant.

Pour moi, c'était le seul sport que je n'avais jamais fait et c'est celui que j'ai le plus pratiqué depuis l'achat de mes équipements, à la fin janvier. L'apprentissage sera fait pour l'an prochain!

Examens terminés, direction Québec et j'arrive par le Boulevard Champlain. C'est beau, Québec et le fleuve en plein hiver.

Premier geste de pauvre de la fin de semaine: J'arrive tout habillé en sport le samedi matin, avec mes skis pour aller faire le parcours: Il y a des courses toutes la journée. HA ben la! J'ai donc rien fait outre un petit jogging :D

Le déjeuner de course fut une vraie aventure. Tout est fermé le dimanche matin avant 7-8 heures. Un bon 30 minutes de marche pour finir en face de l'hôtel en passant par la boulangerie pour manger une grosse miche. Ça m'a un peu retardé pour préparer la course qui arrivait. Leçon: amène ton déjeuner quand le départ est tôt!

Ensuite, la journaliste de Radio-Canada nous interviewait, j'étais un peu dans le jus avec mes affaires retardées et je n'ai pas eu le temps d'être avec le groupe. C'est alors qu'un de nos coureurs, Kenny, a dit la citation du jour: "Eille David, elle devrait t'interviewer, ça serait drôle en crif de te voir à la télé avec ton gros accent du lac!!" Et me voilà qui rit tout seul dans ma tête...

Matériel de transition installé, je parle finalement à la télé qui passait par là et je pars faire un tour du parcours de vélo. 

À la fin de celui-ci (3km), il est 9h24, départ dans 6 minutes, et je me rend compte que je n'ai pas de puce (geste de pauvre numéro 2). Je cours dans le concorde et me voilà au départ à quelques 2 minutes du coup de feu.  OUF. Je n'ai pas eu le temps de souffler mes pneus, mais au moins je suis là!

Je sors du départ type "Le mans" dans les dix premiers et ça va bien au premier tour, même si le déjeuner remonte beaucoup (ce qui arrivera à P-O et Justin aussi). 

Vient le premier passage dans la gadoue de la zone de transition. Ah mon dieu, quel choc à chaque fois, vélo-pousse vélo tout croche-vélo. Ça me rappelle les championnats québécois de 2004 au Chanteclerc, mais sur 150 mètres seulement. OUF, une chance!! on s'ennuie pas au Penthatlon. Tu veux souffrir, viens t'en icite.

Plus les tours avançaient, plus je sentais que le vélo de montagne que je roulais était une machine moins efficace que les cyclocross de mes voisins, mais je m'attendais à ça. Il n'en demeure pas moins que ça n'a pas été une grande sortie de vélo pour moi. 

La course à pieds a donné l'effet inverse. Le déjeuner commençait à passer, j'ai tenu un bon rythme sur toute la distance. Je cours mieux que je pédale? C'est le monde à l'envers, mais c'est ça le Penthatlon, difficile de savoir comment le corps va réagir à ce gros mélange de stress musculaires.

Vient ensuite le ski de fond dans une piste enfoncée et disons-le, très endommagé par le doux climat. Le parcours était joli, on aurait pu s'en donner à coeur-joie avec une belle neige, mais c'est la vie. 

Au moins, un spectateur a apprécié cette partie du spectacle: Marc Dufour qui m'a vu chuter 2 fois au même endroit, 2 tours de suite. Il n'en fallait pas plus pour qu'il se suggère de traîner sa caméra la prochaine fois haha!

Tout cela pour dire que j'ai fait la distance comme j'ai pu. Mes quelques cinq sorties de ski de fond dans ma vie se sont fait sentir :D 

Une autre transition (qui ont bien été en général, aucune erreur majeure) pour partir en raquette, regrettant au passage l'absence du 9 km de patin. 

Mais avant de partir pour cette dernière étape, faut que je change les bottes de ski de fond pour les chaussures de course. BANG! Crampe dans le jumeau extérieur de chaque mollet lors du retrait des bottes. Me voilà qui sacre. 

Et ce n'est pas fini, j'ai une autre crampe tout de suite après; une crampe de rire cette fois, en voyant Justin qui crampe et qui crie en enlevant ses bottes à son tour. Frères d'armes... Ça rentre dans le tiroir des souvenirs débiles de sport.

Ça a très bien été en raquette même si les jambes étaient à peu près mortes, surtout les mollets crampés hahaha: je vous assure que c'était le cas pour tout le monde! Je me sentais très bien et dépassais plein de gens, beaucoup de retardataires mais aussi des gars sur mon tour. 

Qu'on se le dise, on fini assez vidé et tout croche, même si je continue de croire que c'est une toute autre épreuve avec du patin. L'an prochain les amis!!

Pour le moment, je tiens à remercier tous les collaborateurs du projet équipe Siboire qui a connu un succès un peu inespéré. En s'unissant pour l'occasion, on a tous augmenté notre plaisir et l'hiver a passé plus vite. 

Merci aux organisateurs, commanditaires et bénévoles du Penthatlon qui ne l'ont pas eu facile cette année mais qui sont parvenus à très bien maîtriser tout ce qui était maîtrisable.

De mon côté, j'ai vu que je peux bien faire dans une épreuve de ce genre et je suis content d'avoir eu une idée de quoi tout cela à l'air, même si j'étais à la dernière minute dans le projet. Comme dirait P-O: L'an prochain on commence l'entraînement en Septembre :P.

Mais en attendant, une belle soirée nous attendait avec une finale de hockey mémorable, quelques bonnes InsPirAtions à la main et de la bonne compagnie. Souper, Bar et Pizza dans le Lobby du Concorde à 3h du matin avec les oreilles qui scillent encore, le syndrome post-Dagobert, tsé.

Hier matin, on était tous un peu démoli, j'ai rentré au Saguenay. Un début de semaine relax et ce sera ensuite focus complet sur le vélo. Les premiers coups de pédales sont prévus pour vendredi matin, à Oswego, dans l'État de New-York.

Mais tout cela, c'est une autre aventure, il va d'abord falloir que je réapprenne à marcher comme du monde. À lire prochainement!

Commentaires

Carol a dit…
Bonne course alors !! Hey on ski a soir a alma au club dorval avec endrick girard et charles thibeault si té partant tu pourrais monter avec Charles.
mark tremblay a dit…
salut Dave , fél. pour le quadrathon.
Je planifie y être l'an prochain.
Où est-ce qu'on achète les patins de vitesse sous les bottes ?
David Maltais a dit…
Merci!!

Moi mes lames je les ai acheté à la boutique le coureur de sherbrooke.

Tout dépendant dans quelle ville tu es, je ne sais pas trop où on peut trouver ça.

Mais si j'avais à gagé, j'irais dans un boutique justement dans le même genre que le coureur, qui vendent entre autres de skis de fond, des souliers de course et plein d'articles de sport de performance.

Sinon il y a toujours la commande par internet, mais il faut encourager nos commerçants d'ici!! :D

Tu regrettera pas, ça va vite et c'est souffrant, MALADE! :)
ariane marcotte a dit…
Haha le syndrome post dagobert.. elle est bonne !

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…