Accéder au contenu principal

Alignement de l'équipe Siboire-Le coureur


Après des semaines à tenir un suspens interminable (!), voici enfin les membres des divers groupes que l'équipe Siboire-Le coureur enverra au front en ce 27 février 2011 pour le plus grand événement sportif hivernal au Canada, le Pentathlon des neiges.

Tout d'abord, un petit rappel des distances pour toutes nos équipes: 15 km en vélo, 6 en course à pieds, 9 en ski de fond ainsi qu'en patin de vitesse et 6 en course en raquette.

Nous avons des participants et des équipes qui viseront les résultats alors que d'autres se sont donnés des objectifs de performance, dans le but de s'instaurer une belle discipline sportive durant l'hiver. Car au delà de la victoire, le but de l'équipe Siboire-Le coureur est aussi de faire bouger le monde à Sherbrooke!

Longue distance solo
Pierre-Olivier Boily: 3e pentathlon, pas mal motivé et en forme, l'instigateur du projet.

Philippe Lacasse: 1er pentathlon, cycliste de calibre provincial, ancien skieur de fond et coureur très solide. Il devrait donc très bien s'en tirer à sa première sortie.

Lyne Bessette: 1er pentathlon, voir entrevue.

David Maltais: 2e pentathon, je pense que vous en savez assez sur moi.

Ces participants devront compléter les 5 distances.

Longue distance homme, équipe 1

Cette formation vise un gros résultat sur le relais par équipe

Vélo: Samuel Chrétien, ancien cycliste sur route jusqu'à l'âge junior. Serveur au Siboire.

Course à pied: Alexandre Mavrovic, gars d'athlétisme qui me sacre des volées à chaque mardi soir. Pas inquiet pour lui.

Ski de fond: Xavier Bouchard, je ne le connais pas encore celui-là mais je parierais que c'est un excellent skieur...

Patin de vitesse: Jonathan Gaudreault, Maître-Brasseur et copropriétaire du Siboire et patineur de vitesse depuis un très jeune âge, il espère prendre sa vengeance sur 2010, alors qu'il n'a pas pu patiner parce qu'il n'y avait... pas de glace!

Course en raquette: David Le Porho, ancien cycliste qui s'est mis à courir pas mal, récemment de retour du Japon où il a dominé un genre de Championnat du monde de raquette, pour tout vous dire. J'ai couru avec une fois et mes cuisses ne me parlent plus depuis ce jour...

Longue distance homme, équipe 2

Cette formation vise une belle performance de gang à leur premier pentathlon pour lequel ils se sont préparés avec classe!

Vélo: Mathieu «gars de bike» Pelletier, serveur au Siboire, gars super motivé qui était bien content de voir que Lance Armstrong a enfin pris sa retraite cette semaine, déclarant aussitôt: «enfin c'est ma chance!»

Course à pied: Christian Gouin, serveur au Siboire, ancien joueur de soccer, cours à peu près vite comme moi, il a encerclé deux fois la date du 27 février dans son agenda; Une fois pour la course et une fois pour l'après-course!

Patin de vitesse: Guillaume Gaudreault, Gérant au Siboire, ancien joueur de hockey, il a même suivi des cours de patin à tous les dimanches. Comme dirait Gene, notre ami du demi-Ironman: «Ok this is serious business here».

Ski de fond et course à raquette: Luc Grenier et Guillaume Girard; Je ne les connais pas encore ceux-là!

Tandem Hommes 

L'un des deux doit faire 3 épreuves alors que son partenaire en fait 2. Je ne connais pas les épreuves de chacun. 

Ivan Wadell: Ancien Olympien en cyclisme, probablement qu'il va faire au moins le vélo!

Carl Grenier: 3e Co-propriétaire du Siboire, les paris sont ouverts à l'effet que Carl et Ivan peuvent battre le temps solo de P-O!

Tandem Femmes, équipe 1

Mari-Lou Butterfield: Notre coach lors des entraînements de course et vendeuse à la boutique Le coureur. Elle fera certainement la course à pied et la raquette.

Audrey Lemieux: Cycliste de niveau national, ancienne pro et patineuse de vitesse durant sa jeunesse, elle fera certainement ces deux épreuves.

Tandem Femmes, équipe 2

Mélissa Massicotte: Récemment retraitée comme serveuse du Siboire mais encore dans notre grande famille et dans notre équipe, elle fera le patin qu'elle n'a pu faire l'an dernier ainsi qu'une nouveauté cette année, le ski de fond, sport dans lequel elle s'est beaucoup investi cet hiver.

Stéphanie Tremblay: Serveuse au Siboire, nouvelle adepte du vélo, elle ira à la guerre dès le départ en enchaînant immédiatement avec la course à pied, discipline qu'elle maîtrise plutôt bien, avant de prendre une pause et finir en force avec la raquette.

Voilà, souhaitons bonne chance à tout le monde: 9 jours avant le jour-j!

Commentaires

Bonne chance a l'équiper du Siboire-Le coureur!! Méchante belle team!
Anonyme a dit…
Salut David!
Je vois que tu es toujours très intéressé par les entrevues, j'ai bien aimé celle de Lyne Bessette. Cette fille là est une gagnante, très belle personnalité aussi.
J'ai pris connaissance de votre super équipe pour le pentathlon. Je vous envie un peu, mais je me concentre sur mon spinning et la raquette...Que voulez vous je ne travaille pas au siboire!!!
Nous serons là dimanche pour vous encourager, d'ici là, bonne semaine...
Maman Anniexxx

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…