Accéder au contenu principal

Revue de l'année 2010



Voilà une saison de sport bien remplie qui se termine pour nous tous. Comme bien des médias beaucoup plus reconnus que moi font ces temps-ci, je vous offre ma rétrospective de 2010.

En 2010, on m’a convaincu d’aller découvrir le Penthatlon des neiges à Québec. J’ai vécu mon plus bel hiver d’entraînement de l’ère post-sport-étude en participant à des entraînements d’une grande difficulté mais surtout d’une grande diversité, ce qui fait en sorte qu’on ne se tanne jamais d’un sport tellement qu’on en a beaucoup à pratiquer ! Au bout du compte, la fin de semaine de course fut mémorable et la compétition fut merdique pour moi sur tous les aspects, mais j’ai pris beaucoup de notes…

En 2010, j’ai découvert que j’allais être 3 ans sans aller m’entraîner dans le sud au printemps. Vive le BAC !!

En 2010 j’ai vécu pour la 2e fois en 4 ans la fin de l’équipe dans laquelle j’étais, cette fois-ci avant-même le début de la saison. Situation complètement différente cette fois : coureur à temps partiel, j’étais capable de financer ma petite saison sans m’inquiéter. Il n’en reste pas moins que ça m’a bien rappelé que je ne m’ennuyais vraiment pas de cette époque où j’étais dans l’une des meilleure équipe au Québec mais où je n’avais même pas assez d’argent pour « tinquer mon char ».

En 2010, j’ai eu mon pire début de saison à vie. Obsedé à l’entraînement par cette idée qu’aller vite au sprint me ferait gagner, j’ai ainsi travaillé sur une de mes « forces » et j’ai négligé toutes mes faiblesses.

À chaque saison, le coureur est confronté à divers aléas, certains logiques et d’autres dus à la malchance. Dans mon cas, contrairement aux années précédentes, j’ai décidé que c’était pas vrai que j’allais encore traîner de la patte toute l’année. J’ai arrêté les sprints et j’ai travaillé la capacité et l’endurance pis toute pis toute.

Les résultats se sont finalement fait sentir deux mois plus tard, en juillet. Certains bons coureurs diront que c’est « juste des Lachines » et ils auront bien raison d’une certaine façon. Sauf que pour moi, après ma première année d’université à temps plein en travaillant tout l’été également à tems plein tard en soirée, je considère que j’ai finalement réussi ma saison de petit coureur amateur, ce fut même ma meilleure.

Une chose est sûre, j’ai perdu mon pari en ce qui concerne ma préparation physique en mars-avril, mais j’ai gagné mon autre pari, celui de travailler sur mon attitude durant tout l’hiver, c’est ce qui a payé en fin de compte.

En 2010, mon club n’a pas gagné une seule course, mais on a eu ce qu’on voulait, le championnat à Lachine. En tant que jeune lieutenant ces trois dernières années, j’étais bien content de gagner la guerre cette fois-ci !

En 2010, j’ai réussi à trouver la bonne échappée à plusieurs occasions, ce que je ne parvenais pas à faire auparavant. Maintenant, reste juste à me rendre à la ligne avec le groupe de tête !

En 2010, comme vous tous, j’ai vu des courses Protour en vrai. C’était super de réaliser que ces événements existent vraiment au délà de ce qu’on peut en voir à la télévision, mais aussi de voir que ça a attiré beaucoup beaucoup de monde. Tout ça pour dire que c’est très bon pour le vélo !

En 2010, Je suis allé roulé avec Fred et il m’a dit qu’on pourrait faire le demi-Ironman à Syracuse avec son père, qui était déjà inscrit. Sur un coup de tête, j’ai embarqué, j’ai nagé une dizaine de fois et couru une vingtaine de fois de mi-juillet à mi-septembre tout en continuant les courses de vélo. Ce fut finalement une bonne idée, on a été pas pire malgré ce qu’on nous avait prédit. On s’est bien rendu compte, en faisant cela, que toutes ces années de « cross-training » avec  le coach Jude nous avaient servis à quelques choses. Et ça nous a donné des idées pour le futur !!

En 2010, plusieurs personnes qui me connaissent bien m’ont encore dit que je devrais me faire plus confiance et plusieurs personnes qui ne me connaissent pas ont dit que j’étais prétentieux. Comme de quoi aussi bien de se contenter d’être soi-même parce que de toute façon on vous jugera quand même, surtout quand vous êtes honnêtes dans ce que vous dîtes.

En 2010, j’ai refait un bon bloc de course à pieds à l’automne. Je commence à aimer ça, même si ça n’a rien à voir avec mon plaisir de faire du vélo. Disons juste que c’est un beau complément.

En 2010, je me suis acheté 4 vélos avec mes économies et je suis enfin équipé pour rouler partout, 12 mois par année !!

En 2010 j’ai enfin pu découvrir, bien que sommairement, le cyclocross et la piste et je n’ai pas touché à mon vélo de montagne pour la première fois en 10 ans. La boucle des pratiques cyclistes est maintenant bouclée ? Je ne pense pas....

Bon party à tous ce soir, défoncez-bien l’année et puis on s’affutera en 2011 !!

Commentaires

Anonyme a dit…
Excellent résumé et bravo pour ta saison, malgré le peu de ressources$$$$$
Génial ton escapade canadienne avec ton grand frère Maxime
Et pour qui couuras-tu en 2011?
Toujours intéresant de te lire
Anonyme a dit…
Tu es mon idole! Tu écris très bien et tu es intéressant à suivre.

l'un de tes nombreux fans, Drick

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…