Accéder au contenu principal

Kump maître du vent

Tout le monde s'attendait à une étape tranquille, comme l'an dernier. Une sorte de transition entre les difficiles journées de jeudi et samedi. 

Il n'en fut rien. Les meilleurs se sont mis la gueule dans le vent. Des groupes se sont formés et déformés toute la journée. C'est finalement 6 hommes qui sont rentrés détachés à Jonquière. Le groupe est règlé au sprint par le Slovène Marko Kump, nouveau maillot jaune.

J'ai passé la journée sur le vélo. Connaissant bien le Saguenay et ses conditions cyclistes (Oh oui!), je dirais que c'était un vent moyen. 

La course s'est jouée à la pédale quand même. Il faut dire que les longs rangs en ligne droite sont un parfait accessoire pour créer des bordures. L'état des routes n'a pas dû aider non plus.

Le parcours était très facile. Les costauds du peloton ont sû tirer profit du seul facteur pouvant différencier les hommes des enfants, le facteur éolien.

L'Ontarien Keir Plaice a passé une bonne partie de la journée devant. C'est finalement Ryan Anderson qui est le mieux placé des feuilles d'érable au final. Il est quand même loin. Dommage.

Les Québécois n'ont pas joué de chance. Des crevaisons pour Jean-Michel Lachance et Michaël Joanisse. Un incident dont j'ignore la nature qui a forcé Guillaume Boivin  à changer de vélo.

 Pour le reste, les gars ont manqué les bons coups et finissent loin dans le dernier gros groupe. Ils pourront jouer les bonnes places sur les 3 étapes à venir!

De mon côté, j'ai fait environ 100 kilomètres peinards à suivre la course. Pas l'idéal à la veille du Défi Devinci. J'ai roulé beaucoup cette semaine, ma dernière sans travailler cet été, je me devais d'en profiter. 

Ce ne sera donc pas une fin de semaine de course dans des conditions idéales. Advienne que pourra. Je dirais plutôt que ce sera de l'excellent training très difficile. La seule présence de Simon Lambert-Lemay sera bonne pour voir à quel point je peux encore m'améliorer.

Parce que courir contre meilleur que soi ne fait que renforcir nos jambes, contrairement à ce que peuvent penser certains clients et organisateurs des courses régionales. Ils m'ont vu battre tout le monde il y a une semaine. Demain, ils verront bien que je suis loin d'être le meilleur, et je n'ai aucun problème avec ça!

4800 km

Commentaires

Anonyme a dit…
Cela fait environ 2 semaines que j'ai découvert ce blog et je le trouve vraiment nice. Vraiment intéressant de voir comment se déroule les courses, du point de vue d'un gars du Québec, qui fait les courses. Lâche pas ton blog malgré des GROS cave qui ont rien à faire de leur appart chialer pour chialer. Bonne reste de saison pis continue de décrire les courses pis tes entrainements.

P.S: Continue à nous donner des informations pis des photos sur la Coupe des nations.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…