Accéder au contenu principal

Jour 2


Première photo en action de la saison, prise dans la première étape ce samedi par Charles Brassard. En plus de voir l'équipe la plus cool chasser, on voit aussi la preuve que je suis à bloc en ce début de saison et aussi que Stéphane me suit toujours partout pour être certain de ne pas se perdre.

Ma course d'aujourd'hui n'a pas été longue...

Christian Deshaies au départ: "Tu pars-tu sul gun Daaave?"

 "oua"

"moi aussi, hoho"

Il est vraiment parti sur le gun avec 3 autres, et moi 10 mètres plus loin. Mon groupe n'a jamais ratrappé le leur malgré un effort soutenu d'une quarantaine de kilomètres avec Vincent Quirion, Simon Gagnon-Brassard et un gars d'Iris. 

Au moment où le Français de Roanne nous a rejoint, j'avais une petite discussion avec l'officiel et je n'ai pas regardé la roue de Quirion. Je l'ai accroché, j'ai failli tomber et j'ai perdu des vis sur mes cales de pédales.

Elles se sont davantage détachées lorsque le Français trop fort était en train de me lâcher dans la bosse et je ne pouvais me lever pour répondre à sa poussée de watts. J'ai donc pas réussi à suivre et le peloton m'a rejoint un peu plus tard. Aussitôt rentré dans le groupe, petite discussion avec le capitaine et la cale a ensuite arraché pour de bon. C'était fini, je suis allé me laver à l'hôtel et j'étais fru. 

Le but était d'aller à la guerre pour éviter des efforts à notre leader David Boily. En ayant des gars dans les premiers coups, on s'assurait de ne pas avoir à ramener ces groupes si jamais ils devenaient menaçants. Je me suis sacrifié tel une brebis.

J'aurais aimé être dans le vrai "early break" et non pas dans la chasse-patate de losers, mais on ne fait toujours ce qu'on veut dans la vie. J'ai rien qu'à aller plus vite et partir vraiment sur le gun...

David a assuré comme un bon leader ensuite. Il a pris le bon coup et garde sa deuxième place. Quel coureur, je pourrais en parler longtemps!

Je suis maintenant vraiment en vacances et j'ai bien aimé ce que j'ai pu faire ce week-end malgré la forme pas encore au point. Demain je pourrai faire le métier, surtout que j'ai fais juste 45 km today. 

Je ne comprend toujours pas ma 35e place au contre-la-montre. Je n'ai jamais autant forcé et je n'ai jamais été aussi vite. De toute façon, on travaillait pour Daaaave et puis si il y a eu erreur cette fois-ci sur mon temps, ça ne sera pas le cas à chaque fois. Je verrai donc à Charlevoix si c'est le chrono qui était déficient à Portneuf ou si c'est moi qui avançait pas...

AAhh, pi kécé tu veut qu'on fasse, c faite c faite!

J'ajouterais un fait intéressant en terminant. Planet Energy est la meilleure équipe au Québec et c'est aussi la seule équipe n'ayant pas encore gagné de course cette année, Volkswagen ayant signé son premier gain aujourd'hui avec Guillaume qui gagne en costaud.

On tient notre bout face à ces pros!

3330

Commentaires

Anonyme a dit…
No Chain !

Ddddddaaaaaaaaaaavvvvvvvvveeeee
Mitch a dit…
belle photo,

j'ai rien vue sur le site de charles brassard pour d'autres photos. Où tu l'as prise??
David Maltais a dit…
Il me l'a envoyé pour mon blogue!
Christian Deshaies a dit…
comment sa hoho! j'parle pas comme un cave moi! et je suis toujours sérieux quand je parle de lâcher une mine. Pas grave dave, on se reprendra au Défi Devinci

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…