Accéder au contenu principal

Record de l'UQAC

Je ne penses pas que j'aurais du faire plus d'intervalles, 

Je reviens de mon test à l'UQAC et ça s'est déroulé numéro un.  Je me suis rendu à la fin du palier de 400 watts et j'ai un VO2Max de soit 68 ml/mn/kg, probablement 69 et peut-être même très près de 70. L'analyse complète des données confirmera. Il est étonnant de voir qu'à la fin, je plafonnais sans être à 100%, comme de quoi le mental a ses limites sur les capacités du corps.

Pas pour rien que je cours au Québec. Regardez les résultats de grands cyclistes de ce monde. Je suis pas prêt pour la Beauce!! :P

  • Bernard Hinault : 96 
    Greg Lemond : 92,5 
    Miguel Indurain : 88,0 
    Christophe Bassons : 85,1 
    Lance Armstrong: 85 

  • De toute façon, je me contente de 15e positions.

    Le test se déroulait sur un appareil computrainer avec un petit masque qui mesure la consommation d'oxygène avec un gros harnais sur moi. La baterrie et l'ordinateur full dispendieux calculant tout ce charabia y étaient installés.

    Les jambes ont été bonnes tout au long du test. Le technicien dit que j'étais un sujet d'étude idéal, puisque j'ai supporté l'effort intense longtemps, offrant ainsi des données faciles à analyser. Il racontait que ce qui arrive souvent avec des gens possédant une condition physique pas super, c'est que ceux-ci entraient rapidement dans le rouge sans être capable d'y rester. 

    Mon entraînement de cet hiver aura donc été efficace, je pense être prêt pour faire une course et finir 20e et être satisfait...

    Hahahaha

    Je suis donc dans le livre des records de l'université, qui n'a toutefois pas testé beaucoup d'athlètes. Je bat l'ancien record de 66 établi par un cycliste que je connais bien mais dont je ne dirai pas le nom, de peur qu'il se choque encore après moi sans raison.

    Très satisfaisant donc. Cette après-midi, je fais une sortie récupération de deux heures sous le beau soleil et j'en profiterai pour essayer mes pédales speedplay que j'installe tout à l'heure. Faut bien se conformer au reste de l'équipe pour avoir un bike de spare si le mien casse en pleine course par étape!

    Je vais aussi ajuster la selle qui semble un peu penchée par en avant. Pour Michel en passant, j'ai une potence de 130 mm et mon bike me va à merveille, même s'il semble petit. Je suis très confortable.

    C'est le début des courses aujourd'hui à Battenkill, New-york. J'ai fait cette superbe course l'an dernier mais je n'y retourne pas, c'est trop loin et les longs voyages, ça tire du jus, surtout combinés aux premières courses. Je me garde des forces pour les 2 prochaines fin de semaine où je devrai monter à Montréal pour le début du calendrier québécois.

    On the road again!

    Commentaires

    Anonyme a dit…
    Continue a travailler fort, ca va payer fort !!!
    Mitch a dit…
    Bravo David!

    Question d'avoir une idée sur ce qu'un élite pousse, combien tu pèse pour nous sortir ces 400 Watts? Sachant à peu près ta grandeur, je dirais 145 lbs??

    J'en fait plus mais je suis nécessairement plus lourd que toi!!
    David Maltais a dit…
    ouais t'es pas mal dedans, entre 145 et 147 en ce moment
    Anonyme a dit…
    lache pas mon daaave.. tu va pe rentrer dans le top 10 si tu travaille bien:O hoho
    sc
    Mitch a dit…
    Tu te rapproche d'un gars de montagne bien connu dans mon coin de pays!!

    Nice
    Jean-Simon a dit…
    J'viens de trouver comment signer mes messages Tease...

    Eye en fds c'est sûr j'peux pas aller te voir, mais l'autre d'après p-e ben, j'crois que je ne travaillerai pas...

    P.S. J'ai été chercher mon bike aujourd'hui...tiagra en avant...pis 105 en arrière...GNAGNAGNA!

    JS
    David Maltais a dit…
    HAHAHAHAHA!

    Michel. C'est qui le cycliste de la région de Québec?
    Anonyme a dit…
    no chain duff

    nécessairement un autre excellent texte

    Posts les plus consultés de ce blog

    Si je meurs frappé par une voiture

    Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
    Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
    La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
    Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
    Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
    Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

    Merci aux automobilistes

    Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
    Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
    Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
    Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
    MERCI
    Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
    Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

    Si la route ne suffit plus

    Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

    Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
    À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
    Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
    Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
    C'est pourquoi l'hiver…