Accéder au contenu principal

L'aimant Armstrong

Lance Armstrong a quitté le cyclisme il y a trois ans, laissant un grand vide médiatique. Depuis ce temps, on le voit courir des marathons, fréquenter des actrices, poser avec Monsieur Bush. Au fond, Armstrong aime être le centre d’attraction, c’est pourquoi il revient à la compétition. Ça, et la lutte pour le cancer, son alibi.

Depuis qu’il a annoncé son retour à la compétition, en septembre dernier, Lance est partout, les journalistes et les photographes sont fous, on parle de tout ce qui se passe dans la vie de L.A.

Lance qui s’entraîne, Lance à l’hôpital avec les enfants, Lance qui bat des professionnels deux semaines après être sorti de sa retraite, Lance qui ne mange pas (il est effectivement plus «cut» qu’en 2005 !), Lance qui boit, Lance qui dort, Lance qui fait du surf, Lance qui est plus en forme que ses nouveaux coéquipiers en entraînement, Lance qui monopolise la presse cycliste, et ça le rend heureux. Bref, Lance attire, c’est le seul cycliste qui peut vraiment se considérer comme une vedette, et il en profite, tout simplement.

 Armstrong provoque, c’est pourquoi bien des gens ne voulaient pas le voir revenir. On l’associe à «l’ancienne génération de coureurs, ceux qui se dopaient». Ha oui, encore une belle occasion pour les dirigeants du cyclisme de vanter les mérites de la lutte anti-dopage et la propreté de la «nouvelle génération». Foutaise : Le peloton n’a pas ralenti, le nombre de contrôles positifs n’a pas diminué et des coureurs pris pour dopage continuent de dévoiler la réelle image du cyclisme professionnel.

 Lance Armstrong est un héros des temps modernes pour les uns et le pire tricheur de l’histoire pour les  autres. Il continue toutefois de se défendre : «Vous ne m’avez jamais pincé, je n’ai jamais rien pris, nanana.»

À mes yeux, même si Lance Armstrong est la piquerie ambulante que certains supposent, il n’est pas plus coupable que les autres. Il l’est même beaucoup moins, puisque contrairement à tous ces cyclistes qui ne font qu’aller vite et empocher des millions, Lance redonne à la collectivité. Il est une inspiration pour tous ces cancéreux qui font face à la mort chaque jour. En 1999, il a réinventé son sport en ne ciblant qu’une seule course dans la saison. Il a atteint son objectif grâce à une préparation digne d’une expérience scientifique. Il a dévoilé sa philosophie au monde entier en publiant 3 livres. En 2008, Lance Armstrong délaisse son confort de retraité pour courir sans salaire et faire la promotion de la lutte contre le cancer à travers le monde. Lance est narcissique, mais loin d’être égoïste.

Qu’il gagne ou qu’il perde le Tour de France m’importe peu. Il disputera le Tour d’Italie au mois de mai, chose qu’il n’a jamais fait. Mon pronostic ? Il arrivera en rose à Milan, ça ne fait aucun doute. Pour ce qui est du Tour, c’est trop tôt pour le savoir. Le Tour est trop gros, trop mythique pour être scénarisé.

Plusieurs personnes m’ont déjà confirmé qu’ils recommenceraient à écouter Le Tour de France cette année, seulement parce que Lance y sera. Pour eux, donc, rien à foutre des courses de «bicik», c’est Lance qu’on veut voir. Pourquoi ? Parce que Lance est plus gros que son sport, parce que le cyclisme, pour les Nord-Américains, c’était et ça redeviendra un one man show.

(photo: grahamwatson.com)

Commentaires

Jonathan Boucher a dit…
je suis de ceux qui regarderaient le tour de france uniquement pour Lance si je pouvais avoir le putain de canal évasion ... c'est peut-être parce que le vélo de route ne m'intéresse pas mais je trouve que sans Lance .. il n'y a pas d'Action. Il y a seulement lors du tour d'il y a 2 ans que jai senti que le petit contador pourrait révolutionner le tour comme Lance l'a fait ... maintenant qu'on va avoir les 2 .. ca promet ! mais ils sont dans la meme équipe donc y'aura pas vraiment de bataille !

en tout cas bel article ;)
Anonyme a dit…
Ouais franchement félicitation au cycliste professionnel David Maltais pour son article. Comme deux petits gars l'ont déja dit : Duff c'est une machine signes nous une carte champion !
Anonyme a dit…
Super de bel article. J'abonde dans le même sens que toi. Il aime se faire voir, il aime être la vedette. Ceux qui regarde le tour juste quand Lance est la ne connaisse rien au vélo. C'est comme ceux qui écoutaient les courses de formule 1 juste pour voir si Michael Shumacher allait faire des conneries.

Un amateur de vélo,

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…