Accéder au contenu principal

La fabuleuse histoire des bike bums

Photo: Team Gris
Lors de mes études universitaires, j'ai partagé mon appartement avec une fille qui trippait sur le snowboard.

«Que veux-tu faire après tes études?», lui demandais-je une bonne fois.

Et elle m'a répondu «Je vais commencer par être Ski Bum au BC.»

Hey ben quelle réponse...

Les Ski Bums sont des skieurs et snowboardeurs qui demeurent dans les stations de ski. Ils travaillent dans les environs et sont sur les pentes aussi souvent que possible. Ils vivent et travaillent pour dévaler un maximum de pentes à chaque hiver.

L'été, ce sont les Bike Bums qui envahissent ces centres. Ce sont principalement des gars et des filles de Downhill.

Live to ride and ride to live, qu'ils disent.

Bike Bum à petits pneus

Finalement, ça y est. J'ai réfléchit et puis... Je suis vraiment rendu un Bike Bum, c'est le temps de l'avouer.

Au fond, je l'ai toujours été. J'ai toujours priorisé le bike pour avoir le meilleur résultat possible en course. Rien d'autre n'a jamais vraiment compté pour moi. C'est triste et merveilleux en même temps.

Une seule fois, écoeuré des courses, je suis parti traverser le pays en bike avec mon frère pour revenir tout sale et poilu en me disant que c'est trop extrême pour moi. Je suis aussitôt revenu à la compétition, le seul endroit où je suis à l'aise. Jusqu'à l'an dernier.

En 2016, j'ai délaissé le concept du «résultat», le réservant uniquement pour mes efforts intellectuels dans le cadre de mon travail. Ça a été ma plus belle année de vélo.

2017 sera encore mieux. Je roulerai beaucoup pour le simple plaisir de le faire.

Cet été, mon objectif est de participer uniquement à des événements où la licence de coureur n'est pas nécessaire. Je doute que je vais y arriver, l'appel de la compétition sera toujours là.

Disons plutôt que je prioriserai les projets sans papiers, non-fédérés qui n'ont pas trop de règlements précis, de distances courtes et d'ambiance sérieuse/dull. Bref, je me tiendrai loin de toutes ces choses qui limitent toujours un peu la folie sur deux roues.

Photo: Team Gris

Embarquez sur vos bikes!

Tous les chemins que j'ai empruntés pour m'éloigner du bike m'y ont toujours ramené. Beaucoup de gens roulent et ce, pour toutes sortes de raisons: se mettre en forme, les beaux paysages, mais aussi parfois pour leur égo ou parce que c'est le nouveau golf et qu'il y a de l'argent à faire. 

Souvent, ces gens pédalent pendant un moment. Après quelques années, on ne les voit plus et c'est bien correct.

Mais il y a cette race d'inconditionnels, de passionnés, qui roulent à chaque saison, peu importe la discipline et le sérieux avec lequel ils s'y consacrent. Ça fait 15 ans que je les vois partout à chaque été. Certains roulent depuis 30 ans et n'ont jamais pris le départ d'une course. D'autres sont allés aux Jeux Olympiques ou ont fait le tour du monde à vélo. La plupart ont 5 bikes différents dans leur garage et ne veulent rien savoir de s'en départir. Ils et elles sont très nombreux, tous un peu des bikes bums à leur façon. 

Depuis quelques mois, mon ex-coloc est au BC et vit son trip avec un Bac et une maîtrise en poche. Nous aussi, on va le vivre à fond maintenant. Je vous invite à continuer votre route avec nous, les cinglés du bike. Plein de belles histoires vont encore s'écrire ici au cours des prochains mois. Elles seront différentes de celles des dernières années, mais très semblables en même temps.

J'espère que vous êtes crinqués maintenant.

Que vous ne juriez que par les watts, les jumps, les pistes cyclables, les côtes ou même le vélodrome... Roulez, aussi souvent que vous le pouvez.

Bonne route les bums.

Photo: Google

Commentaires

Anonyme a dit…
Je dois être vraiment un Bike Bums : j'entame ma 37ème année sur le vélo après avoir cessé les compétitions en ....1984 !!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…