Accéder au contenu principal

Le défi Gatineau-Tremblant

Photo: Les rouleurs des casinos
J'ai roulé deux fois en Outaouais dans ma vie. C'est bel et bien une région du Québec, mais ce n'est pas dans mon coin. 

Ma première visite fut au grand prix cycliste de Gatineau en 2008. Un genre de Liège-Bastogne-Liège québécois, du moins en ce qui concerne les côtes dans la forêt, je pense. J'ai adoré rouler dans le parc de la Gatineau, avec ses montées rapides et juste assez raides, comme je les aime.

Finalement, il a fallu accélérer au pied de la grosse bosse pour amener notre grimpeur Dominique Perras et ma grande forme de senior de 18 ans et demi ne m'a pas amené plus loin. POW. explosé. Ah... la vie de «coureur».

J'y suis resté jusqu'au mardi pour découvrir la ville grâce à mon guide Jean-Sébastien Perron, la  moto d'Aylmer.  Au programme, musées et repos actifs sur les merveilleuses routes de la région, autour du casino notamment.

Quel beau coin, je voulais m'installer là-bas pour la vie. Là ou en Estrie. Finalement, ce fut Sherbrooke (même pas pour la vie) mais je suis retourné dans la région d'Ottawa en 2011 en traversant le Canada.

Après quelques bonnes bières aux brasseurs du temps, le chemin Gatineau-Montréal, superbe et peu connu des cyclistes de l'Est du Québec, s'est offert à moi et mon frère. 

Nous avons même croisé Dominique Rollin, tout de Française des jeux vêtu, qui roulait à 60 km/h, envoyant la main en guise de «lâchez pas dans le vent de face!» aux deux hippies barbus à 15 km/h que nous étions.

Huuuuh!!!
J'ai déjà entendu parler des routes plus loin des villes, celles qui mènent jusque dans les Laurentides. Sur une carte, ça semble super pour se payer du bon temps à vélo.

La région de Mont-Tremblant n'a pas besoin de présentation. Durant quelques camps d'entraînement en vue des événements Ironman de 2012 à 2014, j'ai pu apprécier les paysages presque «euros» durant quelques instants, entre deux intervalles. Mais il en reste tellement à voir.

C'est pourquoi cette année, j'ai trouvé le défi Gatineau-Tremblant, une superbe ride qui me fera découvrir des routes québécoises qui manquent à ma culture de bike.

Photo: Défi Gatineau-Tremblant
Le Saguenay-Lac-St-Jean, Charlevoix, la Mauricie, l'Estrie, la Beauce et même Montréal-Québec en une journée sont des territoires que j'ai déjà bien défrichés à grand coup de caoutchouc 23 mm, alors pourquoi pas l'Outaouais jusqu'aux Laurentides, aller-retour, en deux jours? Ça va pincer!!!

Le défi Gatineau-Tremblant est une randonnée caritative offrant Gatineau-Tremblant-Gatineau sur une route pittoresque qui visite villes et villages de la petite nation tout au long des 320 km du parcours. Finalement, c'est comme Liège-Bastogne-Liège, mais sans Alejandro Valverde et Dan Martin. Bonne affaire.

Les profits des inscriptions sont versés aux Rouleurs des casinos, une équipe composée d'employés des casinos du Lac Leamy et de Tremblant qui participe au Grand Défi Pierre Lavoie depuis plusieurs années. L'argent amassé permet d'inscrire l'équipe au Grand défi et ces montants sont ensuite réinvestis dans des initiatives visant à faire bouger le Québec.

Ce qui était au départ un simple week-end d'entraînement final pour les Rouleurs est maintenant devenu une randonnée ouverte à tous, qui offre de nombreux groupes de vitesse selon votre niveau de forme physique. Elle est dédiée à la santé des gens d'ici, entre autres grâce au parrainage d'une école primaire de l'Outaouais en marge du grand défi.

Le défi Gatineau-Tremblant emprunte des routes moins connues des cyclistes de l'Est du Québec et, si je me fie aux images du défi et à mes expériences du passé dans les régions de l'Outaouais et des Laurentides, j'ai l'impression que je manque quelque chose depuis longtemps.

L'équipe du défi Gatineau-Tremblant m'a invité à me joindre à eux à titre d'ambassadeur pour l'édition 2016, pour faire la promotion de l'événement mais aussi pour raconter mon expérience au terme de ce week-end qui s'annonce haut en couleurs. Maudit que j'ai hâte!

Le 28 et 29 mai prochain, il y aura de nombreux événements proposés aux pédaleux et pédaleuses du Québec. 

Cette année, j'essaie quelque chose de nouveau et je vous encourage à faire de même.

La vie est trop courte pour toujours rouler sur les mêmes routes avec les mêmes segments Strava!

Les détails et l'inscription sont ici.

En plus il va faire beau.

Bon training.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…