Accéder au contenu principal

Finir en mouton

Mouton
Selon le dicton, on ne finit pas de cette façon quand on commence en mouton...

Comment dire, dans la catégorie des mauvaises nouvelles qui n'ont pas de conséquences graves mais qui sont plates en maudit, essayez de battre ça.

Dimanche matin, 6h25 sur une plage du Lake Tahoe, en Californie, des dizaines de nageurs sont déjà dans l'eau, le départ du Ironman est dans 5 minutes pour les pros.

Mais à part tous les athlètes qui se préparent, il n'y a pas d'ambiance. Presque pas d'animation, pas d'hymne national, pas de musique de Rocky et d'Eminem et tous les classiques de la demie-heure avant le gun.
Photo: endurapix.com
Ce n'est pas normal et j'essaie de me convaincre du contraire.

Finalement, l'animateur parle, on ne l'a pas entendu depuis 20 minutes.

«Listen everybody. Yesterday night, the weather forecast was very good for the race today. But unfortunately, the smoke from the forest fire in El Dorado county travelled to the regions of Truckee and Squaw Valley during the night. The safety of athletes, volunteers, and spectators is our highest priority. The decision to cancel the event involved recommendations from the State of California and Placer County health officials.»


Et la foule cria: WHAT!!!!!??????

«Officials advised IRONMAN that the high levels of PM2.5 being recorded this morning in Lake Tahoe were at unsafe and unhealthy levels for both the athletes and the public. So once again, the race is cancelled. We're extremely sorry for that.»

........................


Honnêtement, c'est ma première fois.

Personne ne semble vraiment y croire, ni savoir quoi faire. C'est une joke?? Il n'y a même pas de boucane!!

Mais tranquillement, les gens enlèvent leur wetsuit et moi aussi. 

On refait à l'envers tous les gestes qu'on a faits il y a 30 minutes, on ramasse nos sacs, notre bicycle et on retourne chacun dans notre coin du monde. Le Canada, l'Amérique du Sud, l'Europe, l'Australie. Il n'est même pas 7 heures du matin.

En se rendant à Squaw Valley (départ du marathon et arrivée du Ironman), on voit très bien pourquoi la course a été annulée. J'ai passé 20 minutes là-bas et mon linge sentait le feu de camp. Il n'y a pas à redire, ce Ironman devait être annulé et personne n'a remis cela en question une fois qu'ils ont vu la boucane.
Photo: Ironman.com
Bien sûr, je suis démoli, comme tout le monde, mais pas autant que plusieurs. Ceux pour qui c'était le premier Ironman, et probablement le seul. Le défi de leur vie, pour lequel ils avaient fait de gros efforts, pour lequel ils avaient changé leur mode de vie et dépensé des milliers de dollars.

Pour eux, ça doit être terrible.

Ils ne sont pas morts, ils n'ont pas le cancer, ils n'ont pas fait faillite, mais ils ont de la misère à garder la tête haute ce matin.

Pour nous tous, c'est le début d'une longue réflexion. D'ailleurs, je vous suggère un bon article à ce sujet.

Pour moi, heureusement dans les circonstances, ce n'est pas la première fois que ça tourne mal au Ironman. 

En 2011, à Louisville, j'étais bien heureux de faire mon premier Ironman. La chance du débutant, peut-être.

En 2012, j'ai choké sous la pression que je m'étais mise moi-même. J'ai raté Hawaii par une position et j'ai été déçu pendant 6 mois.

En 2013, je me suis pété l'épaule à trois semaines de la course. J'ai sorti des ténèbres pour rater Hawaii par une position encore. J'ai été déçu pendant 6 heures et je suis passé à autre chose.

En 2014, je réserve mon voyage avec une terrible otite qui veut m'arracher l'oreille, en me disant que ça va passer, que je vais faire une belle course quand même, que je dois prendre le départ, que rien ne va m'arrêter cette fois. L'Ironman est annulé. J'ai été déçu pendant 6 minutes.
Yoohoo Finisher lol...
Je ne voulais pas passer ma semaine de vacances en Californie à bouder, alors nous avons décampé de Lake Tahoe au plus vite pour oublier tout ça, temporairement. Ça a bien fonctionné. Très belle semaine.

Maintenant, je suis de retour chez moi et ça me retombe un peu dans la face. 

Mon histoire est en train de devenir une vraie joke. C'est difficile de s'entraîner fort quand on ne sait plus pourquoi on fait ça.

Pourquoi autant d'effort? Pour choker au jour-J? Pour me planter avec des juniors alors que j'ai la shape de ma vie? Pour voyager à l'autre bout du continent pour une course qui n'a pas lieu?

J'ai travaillé à être plus positif au cours des dernières années, ça m'a beaucoup servi. Il faut que je continue sur ce chemin. 

Mais pour l'instant, je vais juste faire du sport un peu. La compétition ne m'attire même pas. J'ai eu de la misère à être dans la game toute l'année et puis là, cette annulation est la cerise noire sur le gâteau pourri.

Bref, il doit y avoir un sens à tout ce cheminement, je vais le trouver. On le trouve toujours.

Et pour ce qui est du remboursement, Ironman a offert aux participants de Lake Tahoe de faire une des courses restantes en 2014 pour un montant de 100 dollars. L'autre option est d'être inscrit pour Ironman Lake Tahoe 2015 pour 100$ également.

J'ai choisi la deuxième option parce que je n'ai plus une cenne et parce que j'en ai assez fait pour cette année.

J'ai fait le championnat du monde à la maison, c'était le but de cette saison. Chapeau à moi-même.

Finalement, c'était ma dernière vraie course avant longtemps.

Il me reste 50 semaines avant la prochaine.

Pis y'é mieux de faire beau là.

Commentaires

Papa a dit…
Très bonne analyse de la situation et bonne réaction devant cette déception. C'est toujours plus facile de regarder le côté positif de la vie. Comme tu le dit tu n'a pas le cancer et la vie continue. On constate que ton expérience te sert très bien. Repose toi bien pendant ces 50 semaines. Salut!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…