Accéder au contenu principal

Otite Moyenne

Photo: Google
C'est ça que j'ai.

Histoire courte. Deux jours après Tremblant, j'ai eu un bon petit mal de gorge. Ça s'est rapidement transporté dans l'oreille.

Vendredi dernier, ma tête commençait à vouloir exploser.

Je me suis enduré toute la fin de semaine en travaillant, mais ça empirait. Lundi, je suis resté chez moi.

Le médecin du village a dit que c'est une grosse infection, que mon tympan a déchiré.

Aaah, c'est pour ça que je saignais la nuit!

Go sur les antibiotiques, mais j'ai recommencé à vouloir vivre seulement ce matin, et encore là...

Quoi de mieux comme ambiance pour booker mon voyage en Californie! :O

Pour une deuxième fois en deux ans, je suis en très mauvaise posture juste avant l'Ironman annuel.

Je me trouve pas mal ridicule, mais bon... Au moins j'ai des projets dans la vie!

C'est certain que c'est décevant. Même si je n'ai pas tout consacré pour cette course, je ne m'en suis pas foutu non plus.

C'est alors que me reviennent les souvenirs de l'an dernier, quand j'avais assez d'une main pour compter les gens qui me disaient de prendre le départ au Ironman Mont-Tremblant malgré ma grosse entorse à l'épaule droite.

Je m'étais dit:«J'ai payé pour cette course, je me suis entraîné, j'ai le droit de prendre le départ, je vais y aller et si je peux sortir de l'eau, bien je profiterai de cette belle journée de sport.»

Finalement, j'ai nagé pas si mal dans les circonstances, j'ai fait mon possible au vélo et j'ai fait un marathon pas si mauvais, durant lequel j'ai lutté comme un diable pour cette 3e place à laquelle je ne m'attendais pas. J'ai même failli aller à Hawaii...

Bref, j'avais bien fait de me dire qu'il y a toujours quelque chose à apprendre, même si les choses ne vont pas comme on le voudrait. De toute façon, que la préparation ait été parfaite ou non, ça ne va pas comme on veut dans l'Ironman.

Pour ce qui d'Ironman Lake Tahoe, dimanche, je sais déjà que je vais découvrir un endroit superbe, avec des parcours incroyables dans les montagnes californiennes. C'est pourquoi je me suis inscrit.

Ironman.com dit de toutes ses épreuves qu'elles ont des scenic courses, ce qui n'est pas tout à fait vrai, sans être tout à fait faux.

Cette fois, je suis certain que ce sera 100% vrai et je me suis dit que tant qu'à changer de catégorie, avoir peu de chances d'aller à Hawaii et tant qu'à moins m'entraîner en 2014, pourquoi pas faire un super beau Ironman et le vivre à fond, sans stress.

Il y a aussi l'altitude. Probablement qu'elle va me réserver de drôles de surprises. Du moins, les temps sont très lents à Lake Tahoe, ça doit y être pour quelque chose, avec le froid et le dénivelé aussi. Mais je veux vivre cela une fois pour toute et arrêter d'en entendre parler par les autres.

Photo: triathlete.com
Et ça n'ira pas si mal. C'est mon quatrième Ironman, j'ai 25 ans, c'est de l'expérience qui va me servir à un âge où la plupart commencent, ou commenceront dans quelques années...

Nous serons 122 gars de 25-29 ans au départ. Nous ne sommes que 3 à être classés AWA gold (ayant terminé la saison 2013 dans le dernier centille du classement mondial de leur catégorie).

Photo: google
Bon, je n'ai pas la forme de 2013 et j'ai changé de catégorie, mais cette écusson, en plus d'être un indicatif du calibre de l'athlète et surtout de sa fidélité envers la marque Ironman, c'est aussi un indicatif de quelqu'un qui peut se faire très très mal, souvent et longtemps.

Ce dont j'ai le plus peur maintenant, c'est de prendre l'avion demain, avec l'oreille enflée. Mais le docteur a dit: «Ton tympan est déjà déchiré, alors ça peut juste tirer fort et faire mal...»

All in. Bar open de tylenols extra-forts.

Le positif dans tout ça, c'est qu'avec tout ce que j'endure depuis 5 jours, l'Ironman va être une joke.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…