Accéder au contenu principal

Loppet Charlo

Photo: R

On me parlait de «La Mecque du Ski de fond au Nouveau-Brunswick» depuis plusieurs mois.

Le centre de Charlo a de beaux chalets, des «buttes» en masse et de belles pistes.

Des installations nationales qui ont rendu possible l'organisation des championnats canadiens de Biathlon il y deux semaines.

J'aime bien mon petit club plein air de Caraquet, mais je n'étais pas déçu de découvrir autre chose non plus.

Troisième et dernier Loppet de la saison, donc.

Le premier servait à découvrir les courses de ski, le deuxième n'était pas prévu, je revenais tout juste de Floride et je fut surpris du résultat.

Mais j'avais évité le 50 km et je ne m'étais pas mesuré aux meilleurs.

Là, pas d'excuses: Un bon mois de ski, du millage, de la technique et un peu de vitesse, je voulais finir l'hiver en force! (pour un débutant là)

Petit chalet, long fartage, bon souper avec R et dodo de bonne heure: J'étais en parfaite santé au départ dimanche matin.

La plus longue distance du jour est le 30 km. 

Ainsi soit-il.

Sur le départ, on retrouve les habitués: Le joueur vedette des Pinguins de Pittsburgh, Robert Lang, le jeune barbu qui va vite et oh, surprises: Le célèbre Mike the White, ancien coach de l'équipe canadienne de vélo de montagne... Et Bill De Groot!

Finalement, Bill a genre 60 ans, barbe et cheveux gris. Il ne ressemble pas du tout à son lointain cousin, Bram De Groot.
Photo: Google
Bill a cependant toute l'énergie baroudeuse de la famille De Groot.

Alors que le groupe de tête composé de 7 hommes se sauve rapidement au départ, De Groot se retrouve aussitôt en chasse-patate, entre ceux-ci et le groupe dont je fais partie.

Nous sommes 5 et je suis le dernier de la gang.

Étant devenu un gros diesel pas vite mais pas tuable avec tous ces longs triathlons, j'attend donc qu'ils cassent chacun leur tour dans le premier tour de 10 km pour ensuite les attaquer et partir rejoindre le baroudeur.

Une fois avec Bill De Groot, je décide de continuer seul et ferai les 20 km qui restent en solitaire, à travers montagnes et virages dans ce super parcours, qui ressemble à ceux que l'on voit à la TV. 

C'est HOT!

Je finis 8e en 1h50. Je ne suis pas trop un gars de temps et de résultats, mais comme c'est ma première saison, ça me motive et je trouve la comparaison intéressante, quand on pense que j'ai fait 2h10 à La baie de Fundy en janvier et que c'était 25 km et non 30.

Bref, c'était une bonne idée de faire du ski de fond cet hiver.

J'ai délaissé un peu la course à pied et la nage pour ce faire, mais ça va revenir vite, car la patate est en forme.

Comme dirait un douchebag, j'ai un bon càààrrrrrdiô.

Reste juste à travailler chest, brrras, dos et jambes.

C'est quoi ça les jambes?!

Je vais en avoir besoin bien vite...

Commentaires

Z boy a dit…
Robert Lang ?!?!?,

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…