Accéder au contenu principal

En descendant

Photo: Google
C'est inévitable. Chaque automne, même constat.

Quand on est au sommet, on ne peut que redescendre, qu'ils disent.

Je n'ai aucune idée du moment où j'ai atteint le sommet durant cette saison ordinaire, mais je descends quand même. À pique!

Depuis que j'ai repris l'entraînement, j'ai complété UNE séance seulement.

Toutes les autres ont pris fin avant d'atteindre le but du training.

Mal au pied, à la tête, aux têtes de fémur, aux mollets, incapable de conserver le rythme visé sur les efforts.

Bref, j'ai rarement eu autant de misère. Le marathon est dans 27 jours. Je croyais que j'avais une bonne base pour enchaîner avec cet objectif.

J'en suis moins certain maintenant.

Bien sûr, il n'y aura pas de problème à compléter l'épreuve. Comme dirait Barney Stinson: There is two steps to run a marathon: step 1: you run. step 2: oh wait there is no step 2.

Ceci étant dit, c'est une course de fin de saison et je ne serai pas plus heureux de finir en 3h10 ou 3h40.

Mais cette expérience que je vis depuis 3 semaines me permet d'apprécier l'importance de chaque facteur de performance que nous tentons de développer durant la saison.

J'ai pris un peu de poids, je ne nage pas et ne pédale pas, je ne suis pas aussi motivé par ce genre d'objectif que ceux que je vise en été.

C'est peu de différence, mais c'est assez pour avoir toute la misère du monde à courir à un rythme qui, en été, est facile à endurer. Un rythme de croisière.

Ceci étant dit, l'idée du marathon demeure bonne. Je fais attention de ne pas me blesser pour ça. J'ai assez fait le con cet été selon certains.

C'est un bel objectif de fin de saison, surtout que je suis seul ici à Moncton et que je n'ai rien à faire à l'extérieur du travail.

Une heure de sport par jour éloigne le docteur pour toujours, ça l'air.

Parallèlement à tout cela, je prépare une série de textes, appelés "Les réflexions du off-season", qui je l'espère ouvriront des pistes de réflexions sur la place du sport de compétition dans nos vies.

À suivre. D'ici là, 42,2 km à courir.

yo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…