Accéder au contenu principal

Vacances vs Mondial

Photo: Google
Aller disputer un championnat du monde dans la ville du vice...

C'était finalement une drôle d'idée!

Mais je m'en sors plutôt bien.

Ce vendredi soir, c'était le début des activités d'avant-course.

Il y avait des acrobates sur la scène au début du banquet des athlètes.

Leurs danses n'accotaient pas les prouesses du spectacle «O», que j'ai vu jeudi soir. Leurs voltiges n'étaient rien comparées à un vol en hélicoptère au dessus du grand canyon.

Mais bon. Je dois redescendre sur terre et penser à dimanche.

Ça s'enligne pour être l'activité la plus plate de la semaine finalement!!

Bin non bin non.

C'est le IRONMAN 70.3 World Championship!!!

Une course qui existe depuis 2006 et qui rassemble les meilleurs athlètes sur demi-Ironman au monde.

Une distance que la marque Ironman a décidé d'exploiter il y a quelques années en créant une série de course parce que le demi-Ironman attire une clientèle plus large que les hommes de fers, aussi appelés fous par le public...

C'est aussi parce que le demi-Ironman est un format de course à mi-chemin entre le triathlon de courte et de longue distance, ce qui donne lieu à des courses aussi rapides que longues.

Pour ceux qui viennent de se joindre à nous, vous vous demandez la question classique: C'est quoi 70.3?

70.3 miles, la distance parcourue au fil des 3 sports. La moitié d'un Ironman, qui lui, dure 140.6 miles. Aussi simple que ça.

Bientôt trois ans après mon premier 70.3 à Syracuse, je peux me frotter aux meilleurs 18-24 ans au monde.

Et oublions le groupe d'âges, ce sont les meilleurs de partout, de tous les âges, tout court.

Et ça parait. Le toujours populaire Charles hoho Thibault l'a par ailleurs constaté ce soir en me racontant que c'était le premier triathlon qu'il faisait où personne n'était gros.

Ouais Charles. Ici, c'est nous autres les gros... Hoho.

Mais pas tant que ça quand même. À voir la dernière capsule de l'équipe de «Être Ironman», je vois que je suis à mon mieux en terme de poids de course cette saison. Je suis dû pour un burger bbq avec frites huh!

Même chose au niveau de la condition physique: La récupération d'Ironman Mont-Tremblant n'aurait pu être mieux. J'ai retrouvé un peu de vitesse en course à pied. Le vélo va toujours bien. J'aurai un petit retard après la nage mais la journée est longue.

Très longue. Ne vous attendez pas à un temps autour de 4h30 comme au 70.3 Tremblant depuis 2 ans. Si je fais 4h45-50, ce sera très bon.

Si au départ, je voyais un peu cet événement comme une belle consolation après avoir raté Hawaii, il n'en est rien désormais.

C'est une superbe destination pour une semaine de vacances-compétition. Je n'en reviens pas que des gens ne prennent pas leur place pour Vegas, mais chacun ses goûts.

Je vais revenir d'ici brûlé, ma dernière saison chez les 18-24 ans sera terminée, je commencerai dans mon nouveau travail et ma nouvelle vie dans les maritimes. C'est parfait.

Mais d'ici là, toute une course nous attend.

Nous sommes 2300 athlètes, de 50 pays, ayant tous gagné le droit de prendre le départ de cette course.

Dimanche matin, ce sera la guerre dans le désert. Voici de quoi ça avait l'air l'an dernier.

Vous pouvez me suivre sur ironmanlive.com. J'ai le dossard 2349, départ à 8h (11h au Québec).

IT IS ON!!!!






Commentaires

Maman fourchette a dit…
Merde! Je te suivrai!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…