Accéder au contenu principal

Le calme avant la tempête


L’entraînement d’aujourd’hui était le dernier du début de saison.
Photo: Antoine St-Louis

À une semaine du premier objectif de la saison, le 70.3 de Mont-Tremblant, l’heure est à la récupération, au sommeil, à la lecture et aux petits entraînements pas difficiles.

Faisons le point sur les 6 premiers mois de cette saison qui, je l’espère, sera longue!

Il m’en a fallu du temps pour repartir la machine, en janvier. Tellement que le focus n’est pas vraiment revenu avant mi-février, trop peu trop tard pour le pentathlon des neiges.

Une nouvelle job, une nouvelle vie bien plus facile et amusante qu’avant, beaucoup de frustration suite à mon échec à Louisville sont les 3 facteurs qui ont causés ce retard. Surtout le dernier.

Je savais que la meilleure façon de surmonter ça, c’était en reprenant le collier au lieu d’abandonner pour une petite vie facile sans réel défi, comme c’est la mode à mon âge, on dirait.

Et c’est reparti pour vrai en mars. Beaucoup de travail à faire, mais j’étais prêt à escalader la montagne tranquillement. Ça m’aura pris 6 mois avant d’arrêter de bouder… En me promettant de changer d’attitude la prochaine fois que ça tournerait mal.

J’ai décidé d’engager un coach, ce que je n’avais pas fait depuis l’âge de 18 ans. Cette année, c’est all-in.

J’ai changé mes vélos, acheté du matériel pour aller plus vite.

Pendant tout ce temps, depuis mars 2012, je n’ai jamais arrêté de nager. Ce sport me handicape tellement en compétition.

J’ai commencé à voir une certaine progression. Je vais un peu plus vite sur 50m et 100m mais surtout, je ralentis beaucoup moins sur de longues distances, comme j'ai pu le constater en eau libre aujourd'hui.
 
Photo: Marie-Ève Hervieux
Mieux que rien.

Côté compétition, du travail de fin  de semaine m’a empêché de faire quoi que ce soit jusqu’au début du mois de mai.

J’ai alors fait ma meilleure course de vélo à vie au Grand prix de Brossard, confirmant que ce sport revient toujours plus vite que les deux autres même si c’est celui que je pratique le moins souvent (?!?!)

Le Grand prix de Charlevoix m'a montré que j'étais o.k. pour mes triathlons, sans toutefois avoir le niveau pour suivre les meilleurs cyclistes du Québec dans les moments difficiles.

En course à pied, une petite blessure n’attend pas l’autre depuis plusieurs mois.

Jamais en mesure de vraiment bien m’entraîner, je cours officiellement beaucoup moins vite que l’an passé.

C’est un sport ingrat. Cette fois, je ne peux même pas dire que j’ai augmenté le volume trop vite ou des trucs du genre.

Je n’ai pas pu courir une fois plus de 20 km cette année et rarement en haut de 15.

Pas plus tard qu’aujourd’hui, le dernier entraînement de course est tombé à l’eau, je ne peux sauter sur mon pied gauche. Impossible de courir ne serait-ce qu'un mètre.

Pourquoi ? Aucune idée. Je n’ai jamais eu mal en courant, je n’ai pas fait de mauvaise chute. Je me suis levé un bon matin et ça faisait mal…

Mais bon, c’est mieux que l’an dernier à pareille date.

Un genre de miracle m’avait permis de faire une belle course à Tremblant même si je ne pouvais courir 1 km une semaine auparavant.

Cette fois, ça semble moins pire, mais il faudra croiser les doigts quand même. Espérons que cette douleur va partir aussi soudainement qu'elle est arrivée.

Mes résultats au tour du lac des nations et au duathlon de Tremblant, bien que peu convaincants, sont tout de même rassurants.

Je vais reprendre le slogan de la traversée du Canada : «Ça aurait pu être pire, John…»

À part de ça, il y a de très bonnes nouvelles. 

Je vais sortir de l’eau moins loin des meneurs, il faudra rouler très vite pour me suivre et j’ai déjà beaucoup plus d’expérience que mes rivaux sur ces épreuves un peu débiles.

Je vais construire ma stratégie en fonction de ça, cette semaine.

Et mettre de la glace sur mon pied…

Commentaires

Vanessa a dit…
Je serai bénévole sur le parcours de course. Crois-moi que si je te vois et reconnais, tu vas avoir droit à une avalanche d'encouragement :)

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…