Accéder au contenu principal

Pentathlon des neiges


Photo: Simon Lessard

Ça y est, la saison est lancée !

Et de quelle façon... Hier matin, un mélange de température chaude et de neige a rendu le pentathlon des neiges encore plus difficile que d’habitude.

Vélo : Il neige et on voit 15 mètres en avant, ça glisse partout, l’ex-olympien Yvan Waddell tombe lourdement dans le premier virage pour malheureusement finir à l’hôpital.

Je ne suis définitivement pas fait pour ce départ de type « le mans » et je pars assez loin. Je remonte beaucoup au premier tour en roulant fort comme l’an dernier.

Sauf que cette fois-ci, je casse et termine cette étape très loin, faisant un tout droit dans le premier virage comme un mauvais pilote de F1.

La première compétition de l’année, quelle qu’elle soit, est toujours un choc. Je voulais abandonner et je me disais que je ne reviendrais plus jamais au pentathlon. Mais ça a passé et j’ai juste fait de mon mieux hahaha. Contrairement aux autres années, je m’attendais à ça.

Course :

Pas facile là non plus. Les montées enneigées tapées étaient glissantes, ça prenait beaucoup de jus.

J’ai fait une chute en me prenant un verre d’eau dans la zone de transition toute défoncée par les milliers de pieds qui y sont passés. Maudit que j’aimerais être ailleurs des fois…

Ça courrait mieux après 3 km et finalement je passe le relais à Jonathan pour le ski, assez gêné de ma performance. Il fera un excellent temps dans des conditions assez peu glissantes.

Malheureusement, le patin a été annulé encore cette année. C’est vraiment dommage pour Jo qui fait une étape sur 4...

J’avais repris mes esprits pour finir correctement en raquette.

Toute cette épreuve a passé très vite même si j’allais lentement.

Ce fut une excellente journée d’entraînement et je n’ai pas eu de malchances comme lors des 3 dernières années. C’est la première fois que j’ai le résultat que je mérite… même si je finis dans les catacombes. Habituellement, c'est bon signe pour le reste de la saison.

C’est la volée dont j’avais besoin pour commencer le gros programme d’entraînement. La motivation est au top et il reste 4 mois avant le 70.3 de Mont-Tremblant. Je vais être prêt, pas à peu près.

L’objectif de faire le pentathlon en tandem était de participer à l’événement quand même cette année sans toutefois arrêter de nager. Objectif atteint, je vais entre dans l’eau ce soir, déjà prêt à y aller fort contrairement à l’an dernier.

Côté performance, on a eu droit à tout un spectacle sur l’épreuve solo. Avec Pascal Bussières qui a mené jusqu’au ski de fond avant de voir P-O prendre l’avantage… Et finalement Marc-André Bédard qui a skié à la vitesse supersonique pour rattraper un retard assez impressionnant merci.

J’étais déjà très loin au vélo lorsqu’il m’a dépassé, je pense qu’on l’avait tous enterré. On a toujours un excellent spectacle au relais en après-midi, avec des athlètes de toutes les équipes nationales imaginables, mais Marc-André Bédard est le seul olympien actif à avoir jamais participé au pentathlon des neiges.

Le gars n’a pas peur de piler sur son orgueil et d’être un peu à la dérive avant d’embarquer sur ses skis pour aller sortir deux anciens champions de cette épreuve.

À part ça, P-O a passé proche. Il a maintenant tout ce qu’il faut pour gagner cette course. Avec du patin, il y serait probablement arrivé hier. Ça viendra.

La performance du jour, visuellement du moins, reviens de loin à Marc-André Daigle, sur la portion vélo du relais par équipe en après-midi. Je n’ai rien d’autre à dire, il fallait être là. Le gars était PRÊT.

Une fois la journée terminée, on a encore eu un excellent party après un bon mois d’entraînement sérieux. Toujours une belle soirée.

Pour certains, le pentathlon était nouveau, d’autres sont tranquillement en train d’en devenir des légendes en même temps que l’épreuve, qui devrait avoir une version internationale et une patinoire réfrigérée l’an prochain !

C’est assez incroyable de voir des athlètes terminer dans le top 10 année après année. C’est probablement l’épreuve la plus difficile que j’ai fait (à part ma semaine de cyclotourisme à Terre-Neuve). En raison des multiples changements de sports, de la date de la course, de la température, du calibre d’athlètes qui se présentent et des aléas qui sont sur notre chemin à chaque fois.

Merci beaucoup à l'équipe Siboire-Le coureur de nous supporter à chaque année.

Deux choses étaient claires en passant la ligne dimanche : C’est toujours aussi gratifiant de finir cette épreuve et je serai de retour en solo l’année prochaine. Le pentathlon ne m’aime pas, mais moi je l’aime bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…