Accéder au contenu principal

Louisville 2.0

Photo: Annie Pageau

Prise 2, deuxième essai et 10 verges, contre-expertise, appelez ça comme vous voulez. Hier, je suis revenu.

Revenu dans cette ville qui m’a fait connaître la fameuse épreuve du Ironman, il y a exactement un an.

Notre journée de voyage d’hier s’est très bien déroulée après une dernière semaine très compliquée à Sherbrooke (reprise de l’école, voiture et vélo qui brise 2 fois, déménagement, gars-qui-refont-la-toiture-du-bloc-à-7 heure-du-matin-EEAARRHH !!)

J’ai enfin pu rentrer une bonne nuit de sommeil hier et l’avion n’a pas vraiment affecté ma forme physique. 

Nous avons fait un petit jogging hier, deux heures de vélo avec quelques efforts ce matin, suivi de 30 minutes de course à pied en race-pace. Je me sens bien. Pas l’temps d’naiser.

L’inscription fut un charme alors que P-A magasinait dans le Ironman store pendant que moi et Jérôme, hey bien on est blasés du Ironman store

Ce soir, c’est le banquet d’accueil. Un dernier petit swim-bike-run tôt demain matin avant d’aller porter nos vélos à l’aire de transition et tout sera en place pour le grand jour !

Parlons en de ce grand jour. Faire un Ironman est toujours un gros investissement, monétaire, physique et social. En passant la ligne l’an dernier, moi et mes 3 camarades avions tous un feeling différent.

L’un s’était blessé au genou et l’est toujours, l’autre nous a promis qu’il ne referait plus jamais ça et le troisième était assis sur un nuage hawaïen. Moi, j’avais adoré et je savais juste qu’il fallait que je recommence, au plus vite.

J’ai repris la même épreuve, à Louisville, la plus éloignée de la fin de session universitaire.

C’est donc ma première chance de rédemption et ces temps-ci, on me demande souvent : « Es-tu prêt ? ». C’est dans ces moments-là que je suis content de m’être présenté ici l’an dernier malgré un été qui nous avait déjà tiré beaucoup de jus, à moi et mon frère.

J’ai quand même fait la distance et j’ai pu comprendre une chose : On est jamais prêts pour ça.

Ce qu’on peut faire, par contre, c’est d’être le plus prêt possible étant donné nos autres occupations. Et ça, dans mon cas, je peux vous affirmer que je ne regrette absolument rien.

Côté natation, j’ai commencé tard mais j’ai fait plus que prévu durant les 6 mois alloués à ce sport. J’ai appris à aimer ce sport et je progresse lentement mais sûrement. À ce point, mon potentiel d’amélioration est encore très grand et la prochaine étape est déjà prévue…

En vélo, j’ai commencé très tard (en mai), ça reste ma grande force et j’ai eu une très belle saison dans ce sport. Rien à craindre, sauf d’aller trop vite.

Un vélo trop rapide compromettrait mes chances de courir un marathon correct. C’est con comme ça. J’ai roulé fort toute l’année pour que ma vitesse de croisière « facile » soit le plus rapide possible. Maintenant, ne reste plus qu’à se « balader ».

L’été fut compliqué au niveau de la course à pied après un automne et un hiver étonnants. J’ai repris beaucoup de rythme depuis les 6 semaines sans courir qui ont précédé le 70.3 de Mont-Tremblant, donc je suis en droit d’être soulagé et confiant.

Ce marathon sous les 35-40 degrés de l’après-midi du Kentucky s’annonce tout de même une énigme. Sans entrer dans les détails, je vais tenter de m’en tenir à quelques règles de conduite simple, mais rien ne sert de trop en parler. Il faut voir comment ça va en débarquant du vélo. 180 km, à fond ou à rythme modéré, ça reste une très longue randonnée dans les côtes au soleil… Surtout après une heure de nage !

Que dire de plus. On ne peut plus rien changer, les dés sont jetés et les paris sont fermés. Ma saison a été superbe jusqu'ici, il n'y a aucune raison que ça change maintenant. Je me sens parfaitement en contrôle de la situation. Je peux facilement visualiser cette course car je l’ai déjà fait et dans les mêmes conditions.

La clé sera de faire ma course, respecter la difficulté de l’épreuve, éviter d’être émotif en roulant ou courant à des vitesses impossibles qui me feront craquer pour de bon plus tard.

L’émotion conduit à la haine, la haine conduit à la souffrance, la souffrance conduit au côté obscur.

Que la force soit avec moi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…