Accéder au contenu principal

Ironman Louisville


Bon, c’est fait.

Les jours précédant la course et le sommeil accumulé n’auraient pas pu être mieux et j’étais très confiant en me sauçant dans l’horrible Ohio river ce matin.

Après une petite « mise en bras » en frôlant le bord de l’île pour éviter le courant de face, je suis arrivé bien réchauffé dans la rivière pour négocier la portion upstream à fond la caisse. 

Une fois rendu à la bouée rouge, un tiers du parcours était complété et on prenait le courant downstream pour tout le reste de cette nage.

Honnêtement, je croyais bien nager. J’ai été fort déçu de voir mon temps de 1h11 min à la sortie de l’eau. 7 minutes de mieux que l’an passé, mais pas autant qu’espéré. Faut dire que personne n’a fait de record dans l’eau ce matin non plus. Quoi qu’il en soit, je commence dans le club des maîtres au Cégep le 10 septembre. Finie, la nage en solo. Je vais prendre une autre coche !

J’ai du faire pipi avant d’embarquer sur mon vélo, avec lequel j’ai fait bien attention de ne pas partir trop vite cette année. Après coup, je suis bien satisfait d’avoir commencé à rouler plus fort seulement après 1h30 et de tenir une cadence de pédalage très élevée tout au long des 5h12 de bicyclette incluant deux autres pauses pipi...

Pas un temps de champion du monde, j’avais honnêtement des jambes moyennes, mais en débarquant du vélo, j’ai pu courir durant 42,2 km sans marcher, excluant deux pauses pour numéro 2…

Côté annecdote, il ne s’est vraiment rien passé de particulier aujourd’hui, outre ces 4 visites aux toilettes, un vent plus fort que l’an passé, plus de nuages ainsi qu’une température un brin moins chaude.

Je n’entrerai pas dans les détails, mais un marathon d’Ironman est long est pénible. Si le corps n’était pas en forme Olympique aujourd’hui (sans être désastreux non plus), je peux dire que la tête y était et que j’ai donné mon 120% physique malgré tout.

La préparation mentale de toute l’année fut impeccable, j'ai fait honneur à tous les efforts investis depuis 12 mois, même si ce n’était pas une journée magique et qu'elle s’est terminée dans une chaise roulante, à moitié conscient. Aucun regret.

En bonus, je termine troisième chez les 18-24 ans et 69e sur environ 3000 personnes , assez fier de faire un podium sur un Ironman.

Finalement, ce fut une super journée, même si c’est vraiment un sport de fou.

Merci encore à tous ceux qui m’encouragent. 

Commentaires

Diane Pageau a dit…
C'est donc vrai que le mental peut faire une méchante différence! Imagine si tu n'avais pas eu ces 4 appels de la Nature, tu aurais terminé 2e :)
Sans blague, je te félicite et j'espère que tu prendras le temps de récupérer un peu. Je sais que tu sais très bien tout ce que tu as à faire.
Maintenant, ce que tout le monde se demande c'est est-ce que tu es classé pour Hawaï? J'espère bien pour toi.
Donne-nous des nouvelles et take care!
Mona a dit…
Un podium - ce n'est pas rien,,, Un sport de fou, je te le concède.Tu nous mettras des photos de ton Podium.. J'imagine qu'ils font ça le lendemain car tout le monde est à moitié mort en arrivant..
Ce n'est pas dangeureux pour la santé, ça à long terme? J'espère que non car lorsque tu seras un petit vieux, il ne faut pas que tu t'organises pour avoir mal partout et être tout ''croche''..
Je te dis que nous étions fiers de te voir arriver.. Vive Internet.
Tu étais le sujet du jour en ce beau dimanche et encore une fois Bravo pour tous tes efforts qui ont porté fruit. Tu devais être très fier de toi aussi tout comme nous. Ce n'est pas tout le monde qui sont capable de faire celà. Comme tu dis, le mental doit jouer aussi là-dedans. Il faut vouloir en 1er. Félicitations!!! Tu es fait fort!
Vanessa a dit…
Wow! Un podium pour un Ironman! Félicitation!!!
Vanessa a dit…
Félicitation David! C'est tout un exploit que tu as fait là, et en plus, tu récoltes un podium, ce n'est pas rien (en me relisant j'entends la parodie des Grandes Gueules pour le maire Tremblant...). Pour les championnats du monde, ce n'est que partie remise. Tu es jeune et avec tout ce bagage que tu as déjà, ça promet pour les prochaines années.

Je ne sais pas si mon autre commentaire s'est rendu, mais je t'ai croisé à Magog, sauf que j'ai été trop gênée pour te féliciter pour ton podium :)
David Maltais a dit…
Merci beaucoup haha faut pas être gêné voyons!

Laisse-moi donc ton email pour le fun svp.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…