Accéder au contenu principal

Door2trail Sherbrooke


Photo: Luc Hamel
J'ai su que cette course aurait lieu il y a environ 6 mois et j'espérais pouvoir la faire.

Le concept est simple et innovateur.

Door2trail, c'est d'abord le nom d'une ligne de produits de la marque de chaussures Salomon: C'est le modèle conçu pour la course en forêt sans toutefois être bourré de gros crampons, ce qui permet de l'utiliser sur la route aussi.

Le dynamique organisateur Bruno Renaud et toute son équipe de la faculté d'administration nous ont donc concocté un parcours à moitié sur route, qui sillonnait dans le campus de l'université, et en trail, dans le Mont-Bellevue juste à côté. 

Les profits allait à la fondation Christian Vachon et aux jeux de commerce Sherby 2013. La belle affaire, très bien organisée et pas chère en plus.

Une bonne initiative pour faire bouger un peu nos universitaires qui passent peut-être un peu trop de temps à boire et grever. Mais bon, chacun son truc.

Me voilà donc au départ du 10 km et il y a quelques grosses pointures sur la ligne... Un premier kilomètre en descente me permet de rester avec le quatuor de tête, tous des coureurs que je connais bien et que je sais beaucoup plus rapides que moi. 

Je les laisse donc partir tranquillement et je m'installe en cinquième place, puis 6e, 7e puis 8e juste avant de rentrer dans le bois. 

L'hémorragie s'arrête là. Je me parle un peu et je garde la sixième place en point de mire alors qu'on attaque les premières pentes dans ces sentiers de vélo de montagne qui feront office de parcours pour les Jeux du Canada 2013.

Parlons-en de vélo de montagne. Mes cinq années de Coupe du Québec me servent bien aujourd'hui, alors que je créé des écarts dans les descentes techniques. Je reprends ma sixième place au sommet de la pire montée du parcours et je suis parti pour la gloire!

On sort du bois, le soleil brille, je remet mes lunettes et je manque un trou. Et voilà une belle cheville foulée...

Après 100 mètres à sautiller et à sacrer, je peux recourir mais le bonhomme me reprend la sixième place. Il n'en demeure pas moins que je mène ma catégorie par une quinzaine de secondes. Il y a une paire de chaussures pour le gagnant et rien pour le deuxième. Enweille à maison au PC.

Je tiens le coup dans cette course qui s'est quand même bien déroulée pour moi au terme d'une longue semaine d'entraînement où rien n'a fonctionné. J'ai d'ailleurs eu du jus toute la journée, sur le vélo et dans la piscine ensuite. 
Photo: Jonathan Gaudreault
C'est bien de voir que j'ai repris du poil de la bête en course à pied suite à ma blessure de mai-juin. Je suis content de ma progression, ne m'attendant pas à courir 4min06/km sur un tel parcours. 

Sur un tracé semblable en raquette à neige en février dernier, le vainqueur David Le Porho m'avait mis 15 minutes. Aujourd'hui, le même gars me prend 6 minutes. L'an prochain je le bat ;) 

J'ai déjà hâte de refaire le Door2trail. Le concept est très bon et je crois qu'il va faire des petits bientôt. 

Dans mon cas, pas de petits en vue. Il reste une bonne semaine d'entraînement en vue du Ironman mais le pire est derrière moi. Il n'y aura plus beaucoup de surcharge désormais. 

Il reste aussi deux Mardis de Lachine, nous sommes sur la bonne voie mais rien n'est joué. Espérons des courses plus dynamiques que mardi dernier, alors que je n'avais rien à écrire en résumé.

C'est le coeur de ma saison, c'est maintenant que ça compte. Let's go!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…