Accéder au contenu principal

Un mini, ça pince!

Hier soir, j'ai décidé de faire mon entrée dans le monde du triathlon courte distance.

La première fois que j'ai vu un triathlon, c'était en juillet 2010 alors que mon Coloc, La grosse Carole, m'avait invité à venir voir un mini-triathlon à Magog.

L'épreuve consiste en 300m de nage, 14 km de vélo et 3 km de course, mais ce soir c'était 2 km.

J'avais trouvé ça cool et c'est ensuite que je me suis inscrit au demi-Ironman de Syracuse et ainsi de suite...

Je faisais donc cette épreuve pour la première fois et après un long échauffement qui comptait pour un entraînement de nage, j'ai sorti de l'eau dans les derniers sur les quelques quarante participants.

C'était alors le début d'un parcours de vélo très montagneux et je me suis vissé comme jamais alors qu'un orage violent nous tombait sur la tête.

J'ai débarqué du vélo en deuxième position pour ensuite perdre une quinzaine de secondes sur celui qui m'a dépassé. Voilà donc une autre troisième place, devant des gars de courte distance cette fois, mais il faut dire qu'il y avait beaucoup plus de temps passé sur le vélo que dans les deux autres sports.

Ça a fait très mal à la gueule et je me suis bien amusé. C'est encore un peu le temps de recharger les batteries et je m'adonne donc à ces compétitions, qui font changement des longs entraînements en solitaire auxquels je me remettrai bientôt. Pas de presse, il faut être au sommet de sa forme et hyper motivé à la fin août. Prudence.

J'ai maintenant le goût d'essayer la distance sprint dans 10 jours au triathlon de Sherbrooke. À suivre!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…