Accéder au contenu principal

Ironman 70.3 Tremblant

Depuis 6 mois, je me disais que cette course serait mon premier vrai triathlon. Pas un juste pour essayer, et pas un après un grand voyage de vélo qui m'avait épuisé et enlevé mon niveau en course à pieds et en natation.

Tout a bien été jusqu'en mai, mais ce matin j'ai mis du ruban sur cette petite blessure et je me suis dit que ça allait passer le test, et j'ai abordé l'épreuve en étant sûr de moi.

Le Lac-Tremblant est un super endroit pour faire décoller un tel triathlon. Avec le passage des avions snowbirds 5 secondes avant le départ des pros au coup de canon, c'était digne d'un événement Ironman!

5 minutes plus tard, c'était au tour de moi, Mathieu, Pat et Max de s'élancer dans la première vague amateur. Pas de gros traffic sur le vélo aujourd'hui et on est bien contents!

La natation s'est bien passée. Outre un peu de zigzag quand on avait le soleil dans la face et une presque bataille de coup de poings avec un gars qui voulait me noyer, ce fut une bonne performance.

Je suis resté concentré sur la technique et la respiration. 3 minutes de plus vite qu'à Magog en 2011 dans des conditions semblables. Ça progresse, c'est bien.

Sur le vélo, un peu de niaisage avec mes souliers (arrêt après 100m) et un paranoïa que mon siège est rendu incliné par en arrière m'ont fait perdre un peu de temps. Mais ce fut rapidement réglé et j'ai attaqué fort jusqu'à 30 km de la fin où j'ai ralenti un peu pour tourner les jambes et faire ce que je n'avais jamais fait avant, courir correct après un vélo très fort.

J'ai débuté le demi-marathon et mes bonnes sensations de la nage et du vélo ne m'ont pas quitté. Tout a bien été. J'ai été en tête de mon groupe d'âge de la moitié du vélo jusqu'au km 13 du demi-marathon. Environ 15e triathlète sur la route, au travers des pros, personne ne ménageait les encouragements à notre égard. Cool.

Une fois que mon ancien coéquipier de vélo André Tremblay m'a passé et largué, je n'ai pas eu de difficulté à trouver la motivation pour continuer à courir du mieux que je pouvais. 

Il y avait toutes ses frustrations des derniers mois dans ma tête. La grosse déception du pentathlon après beaucoup d'effort à l'entraînement, ces matins à nager 4 km avec 3 heures de sommeil dans le corps et cette blessure qui avait brisé ma saison jusqu'à maintenant.

Finalement, il n'en fut rien. J'avais les jambes détruites de partout, sauf à l'endroit où j'avais mis du ruban! J'ai cassé sur les 5 derniers km mais j'ai pu ramener le tout à la maison pour finir en 4h32, de loin mon meilleur temps sur la distance, par 18 minutes.

Je termine 3e de mon groupe d'âge et j'ai eu mon premier trophée depuis que je fais du sport. Toutes ces années à finir deuxième du championnat régional de vélo de montagne sont maintenant derrière moi!

Tout le monde de la gang a fini sa course dans des temps au-delà des espérances et on est bien content. Ça augure bien pour le reste de la saison. Je ne serai pas plus long, les autres photos viendront plus tard. Ce fut une super belle fin de semaine pour nous et ça promet pour cet été.

Maintenant, BONNE ST-JEAN!!!!!

Commentaires

Fabien Grignard a dit…
Bravo et félicitations David, je t'ai croisé alors qu'il te restait +/- 4 km, moi j'étais à la dérive depuis la mi-natation alors je commençais seulement mon 21 de run....tu grimaçais de douleur,visiblement tu te faisais mal, j'ai crié "Allez Maltais" de toute mes forces...pour ensuite continuer mon chemin de croix...
Good job et bonne St Jean!
Vanessa a dit…
Hey félicitation!!! On a tellement été dans le jus au dernier ravitaillement, que je n'ai rien vu aller. Mais wow! Un podium!! C'est vraiment nice. Ce fut vraiment une belle journée :)

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…