Accéder au contenu principal

Ironman 70.3 Mont-Tremblant: L'avant-match



Ça y est, la saison de triathlon peut commencer. Lorsque je me suis réinscrit au Ironman de Louisville, en septembre dernier, j’avais ma petite idée sur les courses de préparation qui précéderaient le grand jour.

Il y aurait certainement les championnats canadiens de longue distance à Magog en juillet, au moins un 10 km et un demi-marathon, beaucoup de courses à Lachine, pour faire du "motorpacing" et surtout pour le fun, et puis je voulais faire une saison de 4 triathlons, un sur chaque distance.

Un sprint et un Olympique en juin, un demi-Ironman (Magog) en juillet et finalement la totale à Louisville en août.

Finalement, les choses ont tourné différement pour plusieurs raisons et j’ai eu un tout autre programme qui jusqu’à maintenant, s’est plus ou moins bien déroulé. Voici un résumé de la saison avant qu’elle ne commence vraiment ce dimanche :

Défi de raquettes des plaines (10 km), fin janvier : Tout un traitement choc pour commencer l’année, beaucoup de travail à faire…

Course en raquette Sherbrooke (10 km) février : C’est déjà beaucoup mieux. Un bien meilleur temps sur un parcours bien plus difficile.

Pentathlon des neiges, fin février : Mon meilleur pentathlon en 3 ans même si plusieurs choses ont mal tourné. Ça reste un excellent kick start pour la saison. J’ai déjà une bonne petite forme et j’ai la rage de me reprendre.


5 km Sorel (fin mars): Premier 5 kilo à vie et j'ai bien aimé ça, j'ai été capable de donner un bon effort et ça me donne un temps de référence pour l'avenir.

Expérimentations en laboratoires avec Tommy Dion (3 demi-marathons en 3 semaines, fin mars, début avril) : C’est essentiellement les seuls entraînements de ma fin de session en plus des séances de nage. 

J'ai fait 4 sorties de vélo durant ces deux mois d'école. Je cours bien et ce sera ça le plus important cet été. Ces trois épreuves m’ont demandé des efforts incroyables mais m’ont aussi renforci techniquement, stratégiquement et physiquement. Je suis devenu un meilleur coureur et un bon repos a suivi.

Grand prix cycliste de Sainte-Martine (110 km) : Largué après 3 tours sur neuf. Aucune forme sur le vélo. C’est vraiment décourageant mais ça fait aussi partie du plan pour la suite de l’année.

Début mai : Blessure au tendon en arrière du genou gauche, fini la course à pied et début des visites chez le physio après 3 semaines à penser que ça va guérir tout seul.

Critérium Laprairie (mi-mai) : Non-partant, malade.

Duathlon de Sorel (mi-mai) : Non-partant, blessé

Marathon d’Ottawa (Fin mai) : Non-Partant, blessé

Spartan race (début juin) : Non-partant, blessé

3 premières étapes des mardis cyclistes de Lachine (juin) : Progression à chaque semaine, plusieurs bons efforts sur le vélo. C’est de bon augure pour la suite et surtout pour les événement multisports.

Bref, il s’agit d’une saison quasi-vierge mais je me suis entraîné très fort durant toutes ces fins de semaines loin de la compétition. Cette blessure m’a énormément ralenti et bien que pas complètement remis encore, je me sens suffisamment prêt pour au moins aller me tester à Tremblant.

Ça ne change rien pour la nage et le vélo, alors qu’à la course je serai plus préventif si (et seulement si) des symptômes de douleur réapparaissent. Bien souvent, ça se passe très bien en situation de course donc je tente ma chance.

Côté natation, bien que mon horaire de travail ne coïncide pas vraiment bien avec celui du club, je considère avoir fait beaucoup d’effort pour rentrer de bons entraînements.

Rien, cependant, pour s’exciter le poil. Il faudrait nager minimum 4 fois semaine avec au moins 6 heures de sommeil dans le corps (ce qui n’est jamais le cas), pour parler de moi comme d’un nageur correct, qui pourrait sortir de l'eau pas trop loin des meneurs. Ce serait trop beau!

Je ne changerai pas d’emploi pour autant et il faut dire que la fermeture de la piscine de l’Université l’automne dernier (grève) et cet été (rénovation) n’aide en rien à ma situation. Je n’aime pas les excuses, mais cette fois c’en est une bonne. David le grand nageur, ce sera pour plus tard, et ça viendra je vous le jure.

L’objectif pour dimanche : Un meilleur temps qu’à Magog en 2011, tout simplement.

Côté Vélo, C’est la bonne forme et j’ai un niveau plus que suffisant pour me servir de cette portion de l’épreuve comme mon arme absolue.

L’objectif pour dimanche : Sortir du vélo en tête de mon groupe d’âge avec la plus grand avance possible.

Dommage que je ne puisse pas prendre ça un peu plus relax et compter sur une course à pied rapide, n’ayant pas fait de vrai entraînement dans ce sport depuis 6 semaines. Je ne fais que des demi-heures pour réhabiliter ma blessure. Mon focus demeure Louisville le 26 août et je ne prend plus de risques.

Voilà donc. À l’aube de ce premier triathlon de la saison, malgré un hiver axé sur la course et la nage, je demeure plus un cycliste qu’un vrai triathlète, mais la transition se fait tranquillement et je vois de bonnes choses arriver à chaque semaine.

Tremblant est le premier gros test de l’année. Je le fais avec des amis et la famille vient nous voir. Ce sera une bonne façon de voir où j’en suis et une belle occasion de déjouer tous les aléas d’un triathlon (transitions difficiles, problèmes de nutrition et d’hydratation etc.) pour la première fois en 2012.

La distance demi-Ironman est probablement la plus agace, à mi-chemin entre la grosse intensité et la grosse endurance, elle demande une gestion très particulière des ressources. Il faut aller vraiment vite, mais vraiment pas trop… Beau dilemme.

Un événement de la marque Ironman, c’est aussi une grosse fête et ça ressemble aux courses de vélo internationales que je n’ai jamais eu la chance de faire. À chaque fois, c’est le championnat du monde de l’athlète moyen. J’aime bien ça.

C'est dimanche matin à 7h que ça se passe. 1,9 km de nage, 90 km de vélo, 21.1 km de course à pieds.

GAME ON

(Photos: Bernard Bilodeau, Luc Hamel, Tommy Dion, Antoine Duchesne)

Commentaires

Vanessa a dit…
À défaut de pouvoir le faire, j'y serais comme bénévole pour vous encourager. Aller, go David :)
David Maltais a dit…
Cool! On se verra là-bas!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…