Accéder au contenu principal

2012


Voilà ! Après une année 2011 bien remplie, on repart à neuf ! J’en profite pour vous en souhaiter une bonne en 2012, que vous soyez un athlète ambitieux, un sportif assidu ou occasionnel. On se souhaite souvent la santé et le succès. C’est certain que le sport nous aidera à réaliser ces souhaits, donc continuons à bouger !

En ce qui me concerne, cette nouvelle année sera mouvementée, mais pas nécessairement du côté sportif. Il s’agit tout d’abord de la fin de mon baccalauréat en droit et du début de l'école du barreau.

Tout cela ne m’empêchera tout de même pas de faire du sport en masse. Toutefois, pas de grand voyage ni de saison de compétition de niveau élite cette année. Je prendrai cette saison sportive pour relever des défis qui me sont familiers mais dans lesquels je peux m’améliorer énormément.

Cela débutera par le Pentathlon des neiges, le 26 février avec la gang de la Microbrasserie Siboire. Cette compétition, comme tous les entraînements et les épreuves préparatoires à celle-ci, permet de repartir la machine pour la prochaine saison suite à un temps des fêtes encore une fois très suggestif…

Je me concentrerai ensuite sur la fin de ma dernière session universitaire en gardant la forme pour pouvoir être prêt à travailler fort en mai et juin en vue du Ironman 70.3 du Mont-Tremblant le 24 juin prochain. Je participerai à cette compétition avec quelques amis et j’aimerais commencer à être en bonne forme pour l’occasion.

La troisième et dernière épreuve à laquelle je suis inscrit pour cette année est l’Ironman de Louisville, le 26 août. Comme pour les deux épreuves précédentes, l’objectif sera d’améliorer mes performances et de profiter de tout le processus, des activités et des défis qui mènent à de tels événements.

Voilà tout ce qui est prévu pour les 8 prochains mois. 

Ces deux rendez-vous sont par ailleurs assez tard en saison pour avoir tout le temps de prendre de la forme après l'école. Les autres compétitions auxquelles je participerai dépendront de ma stratégie pour monter la forme. 

C’est donc une saison consacrée au triathlon, un sport que j’aime mais qui ne me passionne pas comme le vélo. C’est la meilleure chose à faire compte tenu de ma situation cette année car je ne savais pas ce que j'allais faire de mon été et maintenant, je suis inscrit, j'y vais à fond.

Il y a bien des choses que j’aimerais réussir en triathlon, notamment faire une saison complète dans ce sport pour voir mon vrai niveau. L’occasion est belle !

En ce qui concerne le blogue, j’ai changé l'interface en conservant seulement textes et photos. Il sera possible pour vous de choisir votre mode de lecture favori dans la barre d'affichage dynamique sous le titre du blogue.

Celui-ci a aussi été changé suite aux suggestions d’amis triathlètes. « Sur deux roues » ne convenait plus, puisque le vélo n’est plus mon seul élément, mais cela reviendra lorsque je reprendrai mon sport préféré !

Sinon, mes apparitions sur cette page risquent d’être assez limitées. Je m’en tiendrai probablement aux résumés de courses, comme lors de la dernière année.

Le triathlon de distance Ironman implique un important nombre d’heures d’entraînement. Ce sont des heures que je ne passe pas dans mes livres, ni sur l’ordinateur, ni à avoir une vie sociale, surtout à partir du mois de mars, 6 mois avant l’épreuve, alors que la charge et l’intensité des entraînements augmenteront énormément. Il faudra garder l’équilibre…

Et voilà, pour tout le reste, c’est une histoire à suivre. À bientôt 

Commentaires

Vanessa a dit…
Bonne et heureuse année David :) Et même si tu dis que tes apparitions seront limitées, ce sera toujours un plaisir de te lire et d'avoir de tes nouvelles.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…