Accéder au contenu principal

Une bonne leçon


J'hésite beaucoup, depuis ce matin, 8h, à écrire ce qui suit. Je ne serai pas long, ça fait 4 fois que j'efface mon texte.

J'avais déjà assez mal à la tête de l'entraînement de piscine que j'ouvre les vélonouvelles pour voir ce que vous avez presque tous vu. Je ne reprendrai pas les faits.

La condamnation d'Arnaud Papillon est une tâche qui revient au CCES, l'ACC et à la FQSC.

De notre côté, à la place d'écrire des niaiseries sur facebook, c'est le moment de tirer une bonne leçon que le dopage nous enseigne à chaque fois. Maintenant, ça nous touche profondément car c'est près de nous.

Et oui, il y a de la dope au Québec, ce n'est pas une surprise. C'est plutôt Arnaud, la surprise.

C'est très dommage qu'Arnaud, aussi jeune, ait choisi de se doper à l'epo POUR passer chez les professionnels. Ça tient presque du ridicule. C'est du moins incompréhensible. Passer pro, c'est supposé se faire tout seul, étape par étape, quand on a le moteur.

D'autant plus qu'avec les résultats et les qualités qu'il avait, il aurait été pro depuis un petit bout déjà, s'il avait eu un style de course moins Selfish. C'est du moins ce que j'ai pu observer et entendre depuis les 5 dernières années. Si vous êtes dans le peloton, je ne vous apprend rien ici non-plus. C'est ne pas le talent qui manquait, et surtout pas la dope. C'était juste l'esprit d'équipe.

Un seul humble message de ma part aujourd'hui, surtout pour les jeunes: Gardez vos horizons ouverts, intéressez-vous à plus d'une chose. "Y'a pas juste le becyk dans' vie mon David", que disait le coach Jude.

Oui aux 6 heures de vélo dans la pluie froide (sauf à Terre-neuve), oui à la bonne alimentation et aux intervalles à s'en faire vomir, oui aux journées passées sur cyclingnews, grahamwatson.com et velonouvelles à ne pas faire vos devoirs. Non à la folie de la dope. Est-ce que la ligne est si difficile à tracer que ça!?

Gardez en tête que c'est juste un sport. Même si vous voulez y gagner votre vie, pratiquer le sport par pur passion ne pourra que mieux vous servir à long terme.

La ruée vers l'or du dopage des années 90, c'est fini. Oubliez ça tout de suite. Roulez fort, reposez-vous fort, écoutez et questionnez votre coach, mettez vos jambes dans les airs et ne mangez pas trop de McDo ni de viande rouge espagnole. En gros, c'est la seule façon de réussir. Le reste est malhonnête.

Lorsque ça ira trop mal, soyez certains que vous aurez un autre champ d'intérêt pour vous occuper sans faire de conneries, le temps (on a toujours le temps en bike) de revenir avec force dans ce beau sport.

Le plus beau sport, mais aussi le plus laid.

Commentaires

Sebastien Beauvais a dit…
Bien ecrit Mr Maltais. J'approuve tellement .
un vieux a dit…
C'est domage mais certe, on ne peut que lui souhaiter de prendre de meilleures décisions dans sa deuxième jeune vie...
Martin Lavoie a dit…
Nice one.
Anonyme a dit…
vous me faites rire. un gars se fait prendre pour toutes les autres qui se dope et vous vous caché la tête dans le sable en disant que s'est inacceptable. Vous essayez de convaincre qui, les autres cyclistes qui se dopent aussi pour rivaliser entre eux.
David Maltais a dit…
Et bien je penses sincèrement que la très grande majorité du peloton est clean malgré ce scandale. J'essaie pas de convaincre personne, juste de dire ce que je pense qui est juste quand on pratique ce sport.
Vincent a dit…
Anonyme :
Au lieu de prétendre qu'une bonne partie du peloton est drogué, dites donc ce que vous savez ou sinon taisez-vous! Si vous avez tant de doute ou que vous connaissez quelqu'un qui se drogue dénoncez-le au lieu de nous faire la morale sur le fait qu'on est peut-être naïf sur le dopage. La lutte contre le dopage commence par là, ceux qui savent DOIVENT parler.

Et surtout, ayez l'amabilité d'assumer vos commentaires en les signant svp!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…