Accéder au contenu principal

Et ça finit bien!


Jour 71: Saint-Eustache-Shawinigan. 180 km.

On est prêt assez tôt, grosse journée au bureau. Ça commence en parcourant la rive-nord de Montréal durant 2h30 non sans quelques escarmouches avec les automobilistes qui suggèrent la piste cyclable avec conviction sans savoir à quel point des vélos comme les nôtres sont dangereux pour tout le monde sur ces pistes. Mais comment expliquer ça à quelqu'un qui roule 4 fois plus vite dans quelque chose de 4 fois plus gros...

On atteint enfin Repentigny, où Mélissa et Mathieu "bike", des amis de Sherbrooke, nous rejoignent pour le dîner chez Subway. Enfin un peu de compagnie. On roulera et s'amusera jusqu'à Berthierville.

Après ça, il restait encore 80 km et on a pesé sur le gaz solide pour arriver à Shawinigan vers 19 heures, tantôt par la 138, tantôt par les rangs avec l'asphalte neuve.

Cette journée au superbe circuit cycliste s'est terminée chez Ben Bouell, qui nous a servit de bonnes pâtes avant qu'on se dirige vers le Trou du diable pour un petit verre offert par la maison avec Michel, Chantale et Tomy, de la famille de Trois-Rivières.

À minuit, dodo. Demain ne sera pas facile non plus.

"If you know how to suffer, then it's easy: you just have to push hard on the pedals."

- Carlos Sastre, Beyond the peloton.

Jour 72: Shawinigan-Val-Bélair. 160 km.

Les 35 premiers km nous amènent à Trois-Rivières. Autant dire qu'on a pas avancé encore! En virant à gauche sur la 138, une belle journée de vent de dos au soleil commence pour nous. Il vente fort!

Ce n'était pas pour rien, cette masse d'air amenait ces gros orages qui ont poivrés une grande partie du Québec aujourd'hui. Juste après le dîner, on s'est fait prendre par ceux-ci jusqu'à la fin de cette étape qui fut finalement plus compliquée que prévu.

Heureusement que mononcle Sylvain est arrivé à 65 km de la fin et qu'il nous a tiré et accompagné en bbiiike jusque chez lui avec mon cousin Alex qui nous suivait en voiture à l'arrière. On a donc pu jaser et ça a passé plus vite.

Une fois à la maison, matante Esther avait décollé le spa et on a pris deux bonnes bières ben relax dedans. Les journées merdiques finissent toujours bien, c'est un paramètre constant.

C'est la deuxième fois qu'on passe par Québec, 70 jours plus tard. La route transcanadienne (ou routes équivalentes parfois) est donc complétée. Le pays est traversé au complet, on a réussi. Maintenant, rentrons chez nous.

"It's not about the salary, it's all about reality and making some noise."

- Fort minor, Remember the name.

Jour 73:Val-Bélair-L'étape. 100 km.

Ce matin, on fait 35 km avant d'entrer dans la réserve faunique des Laurentides, sur des routes qu'on connait très très bien. Mononcle Sylvain est toujours avec nous et il fait la grande vie tandis que nous, on paye sans arrêt dans les montées qui n'en finissent plus.

Sinon, il fait beau, vente de face assez fort et moi je fais plusieurs téléphones durant la journée pour répondre aux médias qui veulent assister à l'arrivée de demain.

La télévision de Radio-Canada vient même prendre des images alors qu'on approche de l'étape. Un interview et quelques scènes de camping seront enregistrées une fois la journée terminée.

Le voyage achève aussi. On s'en rend compte quand nos parents, oncles, tantes, fans ainsi que deux personnages du blogue, Pat the rag (qui nous a offert des petits trophées dollarama avec nos noms gravés dessus au correcteur blanc, le seul trophée de ma carrière!) et La grosse Carole, se pointent au camping durant la soirée pour le souper et les bières autour du feu!

On est presque rendus, mais pas encore. Prudence. D'ailleurs, une nuit froide s'annonce.

"Vous savez, Louis et Richard, une course n'est pas franchie tant que la ligne n'est pas gagnée"

- Bernard Vallet. (hahaha salut Bernard!!)

Jour 74: L'étape-Chicoutimi. 110 km.

On se lève tôt et nous sommes énervés après une courte nuit et on décolle vers 9 heures! Une belle journée s'annonce et en plus de nos quelques amis qui ont quittés l'étape avec nous, quelques autres vont se joindre à nous pour les grandes retrouvailles.

Aujourd'hui, c'est vent de dos et on descend pas mal tout le temps, mais on a hâte d'arriver quand même, j'ai peur des accidents pis j'ai mal aux jambes, c'est assez lâlâ!

Mention d'honneur à Endrick et Louis-Olivier qui nous attendaient vers le km 85 en costumes de drag queens pour nous tirer du champagne alors qu'on descendait une côte. Accueil réussi et Rigolo!

On file à la maison sans embûches. Sur place, une vingtaine de personnes nous attendaient pour une bonne soirée de retour avec mets chinois à profusion, boisson pour la confusion et bien des histoires à raconter. On a eu l'accueil qu'on voulait.

Les médias étaient aussi sur place et j'ai mis tous les articles-vidéos-interviews nous concernant sur notre page Maxime et David d'un océan à l'autre. Maxime va mettre les photos bientôt et la boucle sera bouclée.

Nous utiliserons tout de même la page pour le Ironman en fin d'été si ça vous intéresse.

Le bilan

On nous traite de fous, de héros, de courageux ou d’aventuriers, mais l’on demeure convaincu d’une chose : Le voyage est bien différent de ce que vous en avez vu. C’était une journée à la fois, comme dans la vie. On avait hâte de finir certaines choses pour en commencer d’autres, d’être ailleurs en même temps qu’être ici. On s’ennuyait de la vie normale et une heure après on était au sommet du monde.

Les situations changeaient si vite qu’à la fin d’une journée, parfois, on ne pouvait se dire que ça avait été magnifique ou terrible. Parfois, je pouvais sacrer en écrivant mon blogue et être tout heureux après avoir mangé. Ou encore écrire un beau texte positif alors que rien n’avait marché 4 heures plus tôt. Mais il faut respecter les émotions « à chaud » donc j’ai retranscrit mots pour mots.

Le sport, c’est de l’école de la vie, comme on me l’a dit souvent. Ça a été encore plus vrai dans ce voyage. Est-ce que j’ai changé ? Je ne pense pas, outre le fait que je suis peut-être plus patient et respectueux. Mais juste un peu.

Les voyages forment la jeunesse. À l’exception des camps d’entraînements quasi-hermétiques, des compétitions et du camping avec mes parents étant plus jeune, je n’avais jamais voyagé par moi-même pour comprendre ce que ça voulait vraiment dire.

Un voyage en vélo produit cet effet, je crois. Contrairement à ce que l’on peut croire, c’est accessible à tout le monde. Nous en avons vu de toutes les sortes sur les routes du Canada, des gens non-cyclistes qui se tapaient la distance en 4 ou 6 mois.

On se sentait moins fous et ça confirmait ce qu’on pensait, tout le monde peut le faire. C’est pas vrai qu’on a réussi seulement parce qu’on était en forme et qu’on a fait en masse de vélo. Après tout, on est comme n’importe qui. J’ai à peine un VO2max de 70 lorsque je suis en pleine forme, durant les deux semaines de l’année que je suis assez fort pour rouler avec les meilleurs cyclistes au Québec.

On a réussit grâce aux gens qui l’ont fait avant nous et qui nous ont inspiré, grâce aux cyclistes qui nous ont fait repoussé nos limites durant nos nombreuses années, grâce à nos parents qui nous ont toujours levé le matin pour qu’on fasse quelque chose de notre vie, grâce à nos coachs qui nous ont appris que sans plaisir, le sport c’est pas bon, grâce aux profs d’université qui nous ont tellement surchargés qu’on avait besoin d’un break, grâce à tous ceux qui ont raison de dire qu’il ne faut jamais abandonner. Un tel voyage, c’est dans la tête, point. Nous, on a juste appliqué ce qu’on appris. Un écrivain a déjà dit être plus fier des livres qu’il a lus que de ceux qu’il a écrits. Voilà.

Ce périple nous a aussi fait voir que le vélo, bien qu’étant un moyen de transport assez rapide, est négligé au plus haut point dans une société où l’automobile est reine à un point que je n’avais pu imaginer (surtout au Québec).

En terminant, j’ai vu que j’étais plus un compétiteur qu’un touriste. Mais n’empêche que ça en valu le coup de faire le pari, le temps d’un printemps, de faire quelque chose de différent.

Je recommence les courses demain soir, à Lachine, et j’ai très hâte. Je vais bientôt disparaître en hermite pour me préparer pour le Ironman de Louisville, au cours duquel je ferai de mon mieux, tout simplement. Tout cela, en gardant un excellent souvenir, comme cette photo le montre bien, de ce que nous avons été durant les 74 derniers jours : Deux frères, d’un océan à l’autre.

"You can do anything you set your mind to, man"

- Eminem, Lose yourself.

Fin

Commentaires

Anonyme a dit…
Félicitation pour la réussite de votre folle aventure, j'ai suivi votre aventure via votre blogue. Bonne chance pour l'IronMan.

Luc
Samuel Tremblay a dit…
Ta mère a raison. T'écris bien, mane. Magnifique, profonde, la fin de ton billet.
Mona a dit…
C'est vrai que vous êtes 2 frères!!! Je la trouve super bonne aussi et ton blogue super intéressant. C'est certain que nous allons aussi vous suivre pour IronMan.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…