Accéder au contenu principal

En rentrant au Québec

Jour 65: Sudbury-Mattawa. 190 km.


Si on avait à décrire la journée parfaite, nous aurions: un vent de dos féroce, un 22 degrés ensoleillé avec passages nuageux, une route planche avec juste assez de bosses pour se changer les idées, aucun problème mécanique, d'excellentes jambes après 3 journées plutôt relaxes, un Subway pour dîner avec un milkshake pour dessert, un camping magnifique sans mouches, à moins de 1000 km de la maison pour avoir un sommeil bien mérité au terme d'une autre "Iron-distance" à vélo qui n'a pas été si difficile que ça.

Si on avait à décrire la journée parfaite, ce serait celle d'aujourd'hui.

7110 km, 204 heures.

"Tout est parfait, digne héroique, pourquoi vivre autrement?"

- Numéro, Tout est parfait.

Jour 66: Mattawa-Pettawa. 145 km.

Les côtes que nous avons rencontrées en fin d'étape hier n'étaient pas les seules dans la région.

Les 70 premiers km du jour furent donc escarpés et c'est avec l'assistance d'un grand vent de dos que nous les avons monté tranquillement. Pendant ce temps, on pouvait voir les arbres du Québec juste de l'autre côté de l'Ottawa river (ou Rivière des Outaouais).

Une fois à Deep river, nous avions 100 km au compteur, ce qui constitue notre nouvelle moyenne quotidienne pour arriver à Ottawa au bon moment.

Cette ville n'ayant pas de camping, on a continué jusqu'au prochain, 45 km plus loin. Les journées sont rendues si simples!

Petit jogging de 10 minutes en arrivant: on commence à penser au Ironman, qui aura lieu dans moins de deux mois maintenant.

Demain, on dort au Québec, enfin.

Bonne fête du Canada.

7255 km, 210 heures.

"Out where the dreams are highs, out here the wind don't blow, out here the good girls die, and the skies won't snow, out here the birds don't sing, out here the fields don't grow, out here the bell don't ring."

- The Killers, a dustland fairytale.

Jour 67: Pettawawa-Shawville. 90 km.

On s'est couché tôt hier et on est frais et dispos pour une sortie relaxe au beau soleil à 25 degrés avec petit vent de dos.

Finalement, après tous ces km, il y a une route secondaire à la Trans-canadienne et c'est dans les champs tranquilles que nous nous dirigeons vers le Québec en cette journée de fête du Canada. Plutôt ironique!

Une bonne slush, un détour et un chemin de gravel plus tard, on est de retour dans la belle province, deux mois après l'avoir quitté.

Arrivés à 15 heures, on a relaxé en masse entouré d'anglophones (encore). Il y a même des feux d'articifices et un gros party ici ce soir.

On se croierait encore en Ontario, mais on est bel et bien chez nous. On l'a fait au complet, ce pays.

7345 km, 214 heures.

"The spaceman says everybody look down, it's all in your mind."

- The killers, Spaceman.

Jour 68: Shawville-Gatineau. 115 km.

On décolle tôt et ça nous prend 3 heures sous une grande chaleur (je feel pas) pour atteindre Gatineau. 3 gros secteurs de réparations nous frustent et le dépassement de tous ces cyclistes sur les pistes cyclables nous remontent le moral!

On arrive à la micro-brasserie "Les brasseurs du temps" un peu avant 2 heures. Jean-Simon et Isabelle, deux collègues de journalisme au Cégep, nous y attendent et nous aurons ben ben ben ben ben du fun (!) jusqu'à 17 heures.

On a ensuite repris la route ben rond vers l'arrondissement Masson-Angers, complétement à l'est de Gatineau, où J-F et Véronique nous attendaient pour un excellent souper de côtes levées dans leur nouvelle maison.

Quelle belle journée. On a même eu le temps de voir la 1ere étape du tour. Je pense encore que Cadel Evans peut gagner le tour. Les gens oublient très vite.

7460 km. 218 heures.

"Destiné sans aucun doutes à longer des autoroutes"

- Éric Lapointe, Terre promise.

Jour 69: Gatineau-Grenville sur la rouge. 65 km.

J'ai dormi sur le gros divan et je suis donc en mesure d'allumer la télévision et d'écouter le Tour de France avant même de me lever.

On déjeune et on finit d'écouter cet excellent chrono par équipe avant de quitter vers 13h sans oublier de remercier nos hôtes pour leur super accueil.

Nous avons 65 km à faire pour les deux prochains jours, sinon on arrive trop tôt.

On prend un bon smotthie au km 35 après avoir croisé Dominique Rollin qui, contrairement à bien des cyclistes qui nous croisent en nous regardant de haut, nous a salué.

Il fait très chaud mais comme à chaque période chaude de l'été, je commence à m'acclimater après 3-4 jours. On finit notre sortie vers 4h30 pour aller s'étendre sur la plage du camping avant d'aller passer la soirée tranquille à notre terrain.

À l'exception de notre derniere nuit à l'Étape avec famille et amis, la veille de l'arrivée, cette soirée était notre dernière en camping.

L'aventure est finie, ne reste plus qu'à rouler comme des pros.

7530 km. 221 heures.

"Mes mollets brûlent et je n'ai pas mal!"

- Maxime Maltais, très exposé au soleil.

Jour 70: Grenville sur la rouge-Saint-Eustache. 90 km.

Cette excellente température des derniers jours est encore des nôtres ce matin, comme si c'est devenu un droit acquis. Tant mieux pour nous, qui prenons un excellent déjeuner avant de rouler sur une route tranquille le long de la rivière des Outaouais.

On a la Sainte-Paix, jusqu'à ce que les douchebags d'Oka rendent la route plus remplie en s'en allant à la plage.

De ville en ville, le traffic augmente et la consomation de smotthies aussi, jusqu'à ce qu'on arrive chez notre cousin Rock vers 14h30. Bière, piscine et jeux de dragon avec les enfants (Je suis un très beau dragon de qualité avec une belle crinière, selon la petite Léa) jusqu'à ce que ma maraine Diane arrive pour le souper avec le cousin Paul-Émile et la cousine Laétitia.

Plein de membres de la famille de ma mère étaient donc réunies pour un superbe souper et une belle soirée. On l'apprécie et je pense qu'on le mérite.

On discute de la vie, de nos futurs et tout. On retombe tranquillement dans le monde normal, et moi je ne me plaindrai pas.

7620 km, 225 heures.

"What is sport, other than an absurd passtime? Well, if you find the way to suceed in sports, chances are you'll find the way to suceed in another absurd passtime: life."

- Bill Bowerman

Commentaires

Anonyme a dit…
Belle citation à la fin, je vais m'en souvenir de celle-là!! ;)

-Guillaume

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…