Accéder au contenu principal

L'entre deux

Pas de pédalage aujourd'hui, mais on a pas arrêté pour autant! :D

Debouts à 8h30 tous les deux après s'être couchés à minuit 30… Bizarre, trop de fatigue tue la fatigue, qu'on dit.

Déjeuner, café, marche au port, autobus, bibliothèque publique durant 3 heures pour le blogue et les photos.

On finit par se faire mettre dehors pour utilisation abusive des ordis et on va dîner à la belle université de Saint-John's. Il y a des filles en plus!

Saint-John's est une belle ville avec un beau port entouré de roches et plein de côtes. Des côtes partout, encore! Mais on les découvre en autobus et à la marche, en route vers le bike shop pour se trouver des boites et au magasin de sport pour trouver une grosse poche de hockey pour les bagages.

Ensuite, lessive et lavage des équipements, mise en ligne des vidéos sur la page facebook, achat des billets d'avion, mini-hiking au sommet de la ville, souper et on s'éffoire dans les divans a 22 heures. Belle journée de touristes bien occupés! Nos corps récupèrent déjà!

Demain matin, on déjeune, on pacte les bagages et les bikes dans leur boites et on file à l'aéroport pour chiller en attendant notre vol à 20h le soir.

Direction Vancouver. Adieu Terre-neuve, tu ne nous manqueras pas souvent . Adieu Saint-John's, tu nous manqueras certainement!

"Non merci, je ne reste pas, j'ai passe assez de temps en compagnie de la mort'

-Roland, Jurassic park 2

Commentaires

Couze Isabelle a dit…
Bon,je viens de lire 11 à 22 et l'entredeux. Je suis en admiration devant VOUS mes couzes. Vous êtes HOT malgré tout le froid qui s'est abattu sur vous. Vos photos sont superbes et j'aime beaucoup les p'tits films aussi. On vous voit évoluer à vue d'oeil comme des pokémons LOL. J'ai déjà hâte au prochain repos pour vous suivre, lire et partager ce beau trip. X un pour Max et X un pour Dav LOL
Anonyme a dit…
en lisant un article dans mon petit journal de la semaine, je suis tombé sur vous deux...de là j'ai tout lu...et je reviendrai vous lire...accrochez vous bien a vos roues...je suis béate d'admiration et je repasserai vous lire
Amicalement du Saguenay
Véronique

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…