Accéder au contenu principal

Revenu à la maison!


Ah! :D

Voilà c'est fini, je suis de retour chez moi depuis hier soir et la vie est pas mal belle. Le voyage cogne maintenant à notre porte et mon seul objectif est désormais de le préparer.

Dès mon arrivée, j'ai vu que j'avais reçu les livres de Guillaume Prébois, commandés il y a deux semaines. Une bonne façon, selon moi, de se mettre dans l'ambiance d'un défi cycliste.

Son premier livre, Le brouillard sur l'Angliru, qui raconte l'épopée de Guillaume sur l'autre Giro, l'autre Tour et l'autre Vuelta, les 3 grands tours cyclistes nationaux que Guillaume a couvert en solitaire, 24 heures avant les coureurs, à 30,2 km/h de moyenne générale, est déjà bien entamé.

Ça fait changement de lire de la doctrine de droit. Je suis bien content de me faire plaisir, car je ne lis aucun livre, hors ceux de l'école, en session scolaire!

Me faire plaisir, comme cet après-midi où j'ai sombré dans un coma profond (!) en faisant une sieste de 3 heures. Maintenant, j'ai le droit de dormir quand ça me tente!

Beaucoup de préparatifs ont tout de même été effectués en ce jour. Ma liste de choses à faire/acheter est dressée. La plupart du matériel de voyage est prêt, reste à voir si tout rentre dans les sacoches, mais je ne suis pas inquiet.

Je suis réinstallé dans ma chambre chicoutimienne pour l'été après 2 ans loin de chez moi. Maudit que ça en fait des bagages! On amène toujours trop d'affaires.

Je revois mes maillots des neuf saisons précédentes au-dessus de mon lit, incluant un bon souvenir offert par Jean-François Laroche l'été passée, et ça me donne confiance.

Je me dis que j'ai tout de même vu beaucoup de choses sur le vélo et que bien que ce voyage va nous faire repousser nos limites plusieurs fois, nous serons tout même en mesure de bien gérer la plupart des situations.

Côté entraînement, Je suis allé nager un peu avec Maxime hier soir, et nous partons courir après ce texte. Pour le vélo, ça va attendre encore car c'est l'hiver ici, comme vous le savez sûrement!

Pour demain, quelques achats de dernière minutes et un détour pour devenir riche à la caisse sont à faire. Je vais ensuite m'attaquer à la mécanique finale de mon vélo de voyage et ça devrait compléter la journée.

Le départ est prévu pour la semaine prochaine, lorsqu'on sera prêt et lorsqu'il fera beau. Mais on a hâte donc ça devrait arriver assez vite.

L'itinéraire des deux premières journées et assez rudes, mais ce sera des journées de vélo uniquement, sans grande aventure puisque nous dormirons chez des amis.

Le parcours:

Jour 1: Chicoutimi-Baie-Saint-Paul ---» 145 km, ça commence raide mais c'est correct :). On est motivé pis toute pis toute :).

Jour 2: Baie-saint-Paul-Ville de Québec ---» 95 km.

Deux bonnes journées de côtes, mais c'est un passage obligé, puisque notre région est entourée de montagnes.

Pour ceux qui se demandent pourquoi nous ne prenons pas la route de Saint-Siméon pour ensuite prendre le traversier jusqu'à Rivière-du-loup, c'est parce que ce service n'existe pas avant le 15 juin cette année.

Comme dirait Maxime, voilà le premier imprévu du voyage, avant même d'être partis! :)

La vraie aventure commencera au jour 3, lorsque nous prendrons la route du bas-Saint-Laurent sans savoir où nous dormirons. Là ce sera épique, mais on pourra s'en reparler en masse!

La citation du jour:

Maxime, au téléphone pour une assurance voyage, en train de se faire poser des questions à savoir si le cyclotourisme est un sport extrême:

- «Non madame, on a pas de moteur dans notre cadre...»

Tout ça pour dire qu'on est maintenant bien loin du cyclisme de compétition. Salut Fabian!

À demain ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…