Accéder au contenu principal

On est prêt


Les dernières commissions sont faites. La liste finale de choses à embarquer dans les sacoches pour lundi matin est dressée. Ne reste plus qu'à se reposer et attendre.

Bientôt nous serons partis pour une épopée qui équivaudra environ à 1/4 de la circonférence terrestre.

Je n'ai pas peur pour autant, nous sommes bien préparés.

Sans l'avoir dit tout haut, au fil des ans, nous avons écouté des conférences, lu plusieurs livres en plus de recevoir des conseils de toute part ces derniers temps. Tout semble prêt pour un bon départ.

C'est certain que nous oublions quelques petites choses, mais nous devrions pouvoir gérer les imprévus avec nos ressources actuelles.

Côté forme physique, je suis à peu près au même niveau que si j'avais commencé la saison aujourd'hui à Sainte-Martine. Je ne crois pas que j'aurais fait pire que les autres années.

Lors de la sortie de vélo d'hier, j'ai emprunté des côtes que je connais par coeur qui me permettent de connaître mon niveau de forme en regardant les braquets (pour le profane, les «vitesses») que j'emmène. Je suis agréablement surpris.

Je pense que ce sera amplement suffisant pour faire un voyage certes titanesque en distance/temps, mais que bien des cyclistes presque sans expérience sont quand même capables de compléter de toute façon.

Malgré tout cela, nous risquons bien de marcher à côté de nos vélos au cours de notre première journée, puisqu'il y a une section du «parc de la galette», sur une trentaine de km, qui est vraiment très difficile et peut-être que le poids des vélos nous forcera à poser pied une fois ou deux.

Mais après cette journée, on ne devrait plus avoir de problèmes avec ça jusque dans les rocheuses, mais qui sait! Au pire, c'est pas si grave...

Le reste de la journée de samedi a servi à laver nos chars et nos bikes de course. Il fallait ranger ces biens qui seront en repos pour 2 mois!

Côté entraînement, j'ai couru une heure tout seul, à bon rythme, en plus d'une grosse marche de centre d'achat.

Demain, c'est pâques et c'est le dernier jour très relax avant le départ de lundi, vers 9h le matin, dans la rue chez nous, à Chicoutimi. Soyez-y.

En terminant, voici la discussion du jour:

David: «Salut ça va me prendre deux dossards de chasse oranges et du poivre de cayenne s.v.p.»
Le vendeur de la boutique chasse et pêche: «T'en vâ à 'hasse à l'ours toi?»
David:«Non.»

À demain

Commentaires

Julie a dit…
Noireau (L)

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…