Accéder au contenu principal

Le retour d'Antoine Duchesne


Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour Antoine Duchesne. Après deux saisons juniors en pleine progression qui se sont soldées par une 15e place au contre-la-montre des mondiaux junior en 2009, «Tony le tigre» a connu une première année chez les élites plus difficile l'an dernier.

Il a bien l’intention de rebondir en 2011 avec une nouvelle équipe et une meilleure santé. Nous l'avons rejoint au coeur de la saison des classiques au pays des bikes, en Belgique.

D.M. Comment se sont déroulés les premiers mois de 2011, quels endroits as-tu choisis pour ta préparation et tes premières courses?

A.D. J'ai été a Austin, au Texas, pour la plus grande partie de ma préparation, du 2 janvier au 18 février, dans un appartement avec 2 amis de l'équipe Trek-livestrong, Nathan Brown et Gavin Mannion. J'ai ensuite quitté pour la République dominicaine pour y disputer la Vuelta indepedencia nacional fin février.

D.M. Tu as obtenu de bons résultats là-bas, du moins pour débuter la saison. As-tu l'impression que c'est mieux parti qu'en 2010?

A.D. Oui vraiment, je suis arrivé là-bas avec une bonne base en volume et un peu d'intensité dans le corps mais sans plus. Je prenais donc ce tour pour aller chercher du rythme de course. J'ai fait plusieurs top 15, je fini 25e au classement général et 6e chez les moins de 23 ans donc je suis très satisfait.

De plus, c'était ma première course à étape professionelle et elle durait plus d'une semaine. C'était un bon défi pour commencer l'année.

D.M. Outre le démantellement de l'équipe Probikepool-Kuota, qu'est-ce qui n'a pas fonctionné l'année dernière pour toi?

A.D. J'ai eu beaucoup de problèmes dans ma préparation hivernale. Je n'étais jamais capable de m'entrainer, je récupérais vraiment mal, et ce jusqu'à ce que je revienne au Québec, fin mars.

J'ai ensuite fait des prise de sang et vu que mon fer était très bas, ce qui nuisait grandement à ma récupération.

Probablement que cela a été causé par le manque de repos à l'automne, ce qui a causé un surentrainement très rapidement. J'ai donc tenté de combattre ça, mais il étais un peu trop tard, car je partais déjà pour l'Europe avec l'équipe nationale. J'ai alors essayé de prendre des suppléments et autres, mais rien ne fonctionnait. Ma récupération et mes performances étaient toujours aussi mauvaises.

Pour conclure, je me brise le poignet en revenant au Québec... sauf que c'est cette chute qui m'a fait décider de prendre du repos. Ça n'a vraiment pas été une décision facile à prendre, car j'ai du faire une croix sur les championnats canadiens, mais en même temps, ça ne servait a rien de creuser ma tombe encore plus.

J'ai donc récupéré et remis ma santé en place. J'ai réussis a revenir en forme sur la fin de saison, mais il était un peu trop tard.

D.M. Tu es de retour en Europe cette année, comment ça a été jusqu'à maintenant, côté course et forme?

A.D. Je suis arrivé en Belgique le 13 mars avec l'équipe du Québec, je crois que ma forme est à son meilleur en ce moment. Je ne me suis jamais senti aussi bien. J'ai fait 5 courses jusqu'à maintenant, j'ai été victime de quelques malchances dont une crevaison et une chute dimanche dernier lorsque j'étais dans l'échappé gagnante... mais bon, ça fait partie du sport.

J'ai notamment participé au GP Warengem, qui était une très bonne préparation pour le Tour des Flandres U23, puisque nous faisions plusieurs secteurs pavés. Les meilleurs coureurs espoirs belges étaient sur place avec au-delà de 250 coureurs au départ.

Je m'en suis très bien sorti en passant chaque mont pavé dans le premier groupe. Je me suis essayé dans plusieurs échappées et finalement, je me suis fait avoir dans un des derniers secteur pavé. J'étais mal positionné et j'ai manqué les deux premiers groupes. Je suis parvenu à attaquer et revenir sur le deuxième groupe mais il était trop tard pour revenir sur la tête de course.

Je termine 23e sur 250. J'était un peu déçu car j'avais vraiment les jambes pour faire le premier groupe, mais bon les plus forts ne sont pas toujours devant. Il n'en demeure pas moins que c'était une bonne préparation pour les Flandres et que c'est très bon pour la confiance!

D.M. Justement, quelle est la suite du programme jusqu'à la fin de ton séjour en Europe?

A.D. Je suis avec l'équipe nationale pour le dernier mois et nous avons un très gros programme. Aujourd'hui nous avions une kermesse et ensuite je disputerai les courses suivantes avec des équipiers différents à chaque fois:

Tour des Flandres U23, Belgique, 12 avril : David Boily, Simon Lambert-Lemay, Hugo Houle, Rémi Pelletier-Roy et Stuart Wight.

Côte Picarde, France, 16 avril: Simon Lambert-Lemay, Rémi Pelletier-Roy, Stuart Wight, Evan Mundy et Brad Clifford.

ZLM tour, Pays-bas, 19 au 23 avril : Simon Lambert-Lemay, Rémi Pelletier-Roy, Stuart Wight, Evan Mundy et Ryan McDonald.

Giro di Toscana, Italie, 25 avril: Rémi Pelletier-Roy, Stuart Wight, Evan Mundy, Ryan McDonald et Brad Clifford.

Je disputerai aussi deux courses pros 1.2 en Belgique et en Italie et ce sera tout pour ce séjour en Europe.

D.M. Ce sera ensuite le retour au Québec, quelle est la suite du programme en 2011?

A.D. Je vais prendre un peu de repos en revenant. Ensuite, je recommence un bloc d'entrainement pour la Coupe des nations au Saguenay qui sera suivie des championnats canadiens, qui sont un très gros objectif pour moi.

Je sais pas encore si je fais le Tour de Beauce, mais pour l'instant je focus sur mon gros mois d'avril, pour lequel je suis en très bonne forme et très confiant.

D.M. Tu cours pour l'équipe Garneau cette année. Pourquoi avoir choisi ce club et quels seront vos objectifs et vos forces cette année?

Je suis allé avec Garneau car avec l'année que j'ai eu, je n'avais pas de très gros résultats, alors c'étais un peu dur de signer à un niveau encore plus haut. C'était donc la meilleure équipe pour moi

Garneau a un très bon programme et une belle organisation. Nous avons une équipe très solide cette année, par contre nous n'avons pas encore reçu notre calendrier, alors je ne sais pas ce qui est au programme. Mais je sais que nous avons beaucoup d'ambition!

D.M. Et à long terme, où te vois-tu, dans un an ou deux?

A.D. Je vais voir après cette saison, mais si ma forme continue à bien aller et ma santé aussi, mon objectif sera de signer dans une équipe continentale dès l'an prochain. Je crois qu'avec la saison que je vais faire, je pourrai attirer l'attention. Je vais avoir pris beaucoup d'expérience, fait plusieurs autres Coupe des nations ainsi que des courses UCI 2.2 et 1.2.

Je crois que je suis rendu à ce niveau dans ma jeune carrière. Passer du niveau élite au niveau continental après pour ma troisième saison chez les seniors, ce serait un bon début.

À plus long terme, c'est clair que je veux monter au plus haut niveau. Je ne verrais pas l'intérêt à faire du vélo presque à temps plein pour ne pas vouloir monter au plus haut niveau.

D.M. Tu écoutes en ce moment le vidéo du Tour des Flandres pro qui a eu lieu aujourd'hui-même. Tu la fera dimanche prochain en version U23. Est-ce que ca te donne des idées pour cette course, étant donné que tu sais à quoi t'attendre parce que tu l'as fait lan passé?

A.D. Je vise le premier groupe, pour en faire un résultat ou pour aider un de mes équipier comme Hugo ou Simon, qui on une très bonne forme en ce moment et qui ont fait beaucoup de ce type de course depuis deux mois. Mais dans une course comme les Flandres, tout peut arriver, le positionnement sera extrêmement important.

C'est certain que le fait de savoir à quoi m'attendre est un gros plus. Si tout se passe bien, je crois que j'ai la forme et la connaissance de course pour finir dans le premier groupe mais bon, on va voir quelle est mon rôle dans l'équipe durant la course,

Si l'on me demande d'aider un coureur en meilleure forme que moi, je sais que je suis en assez bonne condition pour faire un travail d'équipier efficace. Plusieurs scénarios sont donc possibles!

D.M. OUF!! Bonne chance Tony et merci beaucoup!

A.D. Merci beaucoup à toi.

Photos: Association cycliste canadienne

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…