Accéder au contenu principal

Étape 2: Baie-Saint-Paul-Québec, 100 km


On se lève tôt ce matin, l'horaire de bar ne m'incommode plus du tout.

Je passe en entrevue à la radio de Radio-Canada avant même de déjeuner, on se prépare tranquillement pour finalement partir vers 10 heures.

Le ciel est encore variable alors que nous attaquons la première difficulté du jour, au kilomètre 0. Cette bosse qui part du niveau de la mer pour monter durant 25 km jusqu'au sommet du Massif de Charlevoix et plus loin encore (Buzz Lightyear) nous prendra 1h50 de montée.

À mi-chemin de cette montée, la neige est bel et bien de retour, accompagnée du ciel gris, mais nous avons vent de dos aujourd'hui, contrairement à la veille.

Nous passons au sommet après deux heures de montée avec une moyenne de 12 km\h. Ayoye, ça parait, des vélos qui pèsent 60 livres!

On passe ensuite en mode «kilomètres gratuits» pour un bon bout. On prend un bon dîner dans le «backstore» d'un dépanneur et on repart rapidement. Beaucoup de descentes et quelques autres montées nous mènerons jusqu'à Beaupré, là où nous rejoignons la civilisation et la température plus chaude.

Ces 40 derniers kilomètres sur l'avenue royale, ou route de la nouvelle France, sont comme une portion de cyclisme européen, avec toutes ces vieilles maisons avec leurs caves à légumes enfouies dans la terre.

La route aussi ne semble pas jeune, c'est un excellent banc de test pour nos roues et pneus, qui passeront habilement ce test par ailleurs.

Nous rallions Québec en arrivant chez notre hôte Louis Mazerolle, qui roulait avec nous depuis une vingtaine de kilomètres. Il nous reçoit de manière habile jusqu'à notre départ vers la Pocatière ce matin.

Ces deux premiers jours d'essai se sont super bien déroulés. C'était nos débuts cyclotouristiques et nous n'avons fait aucun oubli important, aucune pièce d'équipement n'a lâché et nous avons appris à conduire nos vélos en montée et en descente.

Nous avons retrouvé nos jambes de cycliste qui n'avaient pas roulé tant que ça en plus de découvrir toutes les variations de température, de relief et de paysage qui sont le résultat d'une randonnée du point A au point B et non à boucle comme à l'habitude.

C'est aujourd'hui que l'inconnu commence. Nous allons découvrir des endroits que nous n'avons jamais visités et où plus personne ne nous attend. On est laissé à nous-même maintenant.

Les prévisions météos ne nous la donnerons pas facile pour les deux prochains jours, mais il n'y a pas de mauvais temps, juste de mauvais vêtements.

Ça tombe bien, on a de bons vêtements!

On s'habille et on part!

245 km, 12h

«Tout se déroule exactement comme je l'avais prévu!»

- Empereur Palpatine, dans Star wars épisode 6.

Commentaires

LP a dit…
J'attends la suite! C'est lfun de vous lire!
Mona a dit…
Bravo les gars!!
Vous êtes bien partis..
On vous suit et on vous lit.

Bye
Tante Mona xx
Tiger a dit…
Il y à les cégepiens qui peuvent surement vous acceuillir à La Pocatière, ils vont aimé votre aventure.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…