Accéder au contenu principal

Étape 1: Chicoutimi-Baie-Saint-Paul


Bonjour, désolé du retard! Nous sommes en visite, il serait impoli de s'isoler tout seul toute la soirée pour écrire. Au moins, on a pu vous alimenter en photo sur notre page Facebook!

Voici le journal de bord de la première journée:

Une quinzaine de personnes sont présentes à la maison pour nous souhaiter bonne route. Après quelques photos pour le journal, on décolle en compagnie de notre mère, ses amis France et Daniel, ainsi que Louis-Olivier, Simon et le fameux Pat the rag.

Les trois premiers nous ont suivi jusqu'à La Baie et les autres un peu plus loin avant de nous laisser seuls, en route vers Baie-Saint-Paul, sur la terrible route 381. Merci à tous d'être venus! On aura le temps en masse d'être seuls...

Nous sommes surpris par le roulement de nos vélos et nous prenons confiance rapidement. Cette première sortie cyclotouristique se déroule bien.

On comprend rapidement le truc: Donner un petit effort à la fin de chaque descente, pour profiter du «swing» avant la prochaine montée.

Cette technique fonctionne jusqu'à échéance du moment où la gravité nous ramène à la réalité.

La réalité nous frappe au kilomètre 65, à l'amorce de la côte du Lac Ha!Ha! Ça dure un bon 3h, à escalader chaque mur sans débarquer du vélo, à ma grande surprise, puisque j'ai seulement 2 plateaux à l'avant (49-36) et avec tous ces bagages, je m'attendais à débarquer à quelques raides occasions.

Nous passons beaucoup de temps à attendre la grosse descente. Finalement, on était tout mêlé et cette descente est arrivée à environ 35 km de Baie-Saint-Paul, et c'est là qu'est née l'expression «kilomètres gratuits», puisqu'on voit les bornes kilométriques défiler beaucoup plus rapidement qu'en montée. Ça coûte moins cher qu'en montée, donc!

Nous arrivons à Saint-Urbain et j'ai faim, j'ai mal au ventre et, avouons-le, je suis bunké. J'applique donc la solution miracle: un pogo et une canette de crême soda. Huuuuum.

Direction Baie-Saint-Paul dans 15 km. Je me sens mieux et Max va bien depuis le début, lui.

Rendu en ville, on se dit: «Bon, 3 km tranquilles avant d'arriver chez Marc-Olivier. Il s'est finalement avéré que ces trois km menant à la maison de nos hôtes étaient une montée monstre de 3km à environ 15% de moyenne. Botor...

Je fini bunké de nouveau et je tombe en coma assez rapidement, tout croche sur le divan du salon. Ensuite, je me remet sur pieds pour une petite soirée relaxe durant laquelle nous avons été très bien reçus.

À 21h30, on s'endort assez facilement, vous comprendrez pourquoi!

La suite demain, nous sommes en visite après tout!

150 km

«Pourquoi êtes-vous allé là-haut pour mourir? Pas du tout, j'y suis allé pour vivre!»

- Roland, le chasseur de tyranosaure dans Jurassic Park 2.



Commentaires

Cliff a dit…
salut les gars, faite attention avec les pneus froid, ça glisse sur l'asphalte froide. Tu vas voir si tu vas sur l'ile de Vancouver il y a de bonne cote la aussi.

bye

Bonne route

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…