Accéder au contenu principal

3, 2, 1...


Voilà, ça y est. On ne touche plus à nos vélos.

J'ai fait une petite demie-heure de course à pied ce matin, avant le brunch de Pâques, et on a rempli nos sacoches pour l'ultime fois.

On s'est aussi rasé la tête (plus laids que ça tu meurt) et coupé la barbe. On ne la coupera plus durant tout le voyage par ailleurs. Voilà un pari audacieux hahaha.

Quelques parties de Gran turismo 4 au Playstation 2 et un bon gros souper de Pâques ont pimenté ce dimanche. Une journée relaxe en gros.

Le focus est maintenant sur la journée de demain. Un gros 7 heures de vélo dans les montagnes raides pour une bonne partie du trajet. Qu'on se le dise tout de suite, nos vélos sont EXTRÊMEMENT LOURDS. Ça va nous replacer les valeurs en partant.

Pour les deux premières journées, nous aurons accès à des ordinateurs, donc nous pourrons mettre les photos et/ou vidéos de la journée sur notre page facebook.

Toutefois, dès que l'aventure en nature commencera pour de vrai, ce mercredi, les seules nouvelles que nous vous donnerons seront par le biais de ce blogue que vous lisez actuellement.

Je traîne seulement mon téléphone intelligent pas si intelligent que ça, donc j'écrirai chaque soir sous forme de journal de bord avant de dormir.

Je m'excuse d'avance pour les fautes d'orthographe en raison de la fatigue parfois violente et de mon clavier de cellulaire sans accents, qui n'a que la fonction «texte suggéré». Sauf qu'il ne suggère pas toujours le bon mot et je ne peux alors rien faire... Mais au moins vous saurez ce qu'on a fait durant la journée! :)

Nous approvisionnerons nos «fans» en photos et/ou vidéos dès qu'un ordinateur sera de nouveau disponible sur notre route!

Pour le reste, le kilométrage de la journée ainsi que les villes départ-arrivée du jour feront office de titre pour la plupart des textes.

Le kilométrage total du voyage sera inscrit en fin d'article, comme lors de la saison 2009. Il sera suivi d'une citation choisie par nous deux. Ceux qui connaissent notre folie des citations de films d'actions ne seront pas surpris de ce qu'ils vont lire! :)

Voilà. Je n'ai rien d'autre à dire, je suis un peu sans mots ce soir. L'anxiété mélangée à l'envie d'en découdre me donne le syndrome de la page blanche, comme si tout avait été dit et que le reste sera dit plus tard.

Je pense que c'est bien comme ça.

Je vous dit donc à demain soir, alors que nous aurons entamé notre première partie du voyage: Chicoutimi-Terre neuve. 21 jours de vélo avec deux journées de repos, l'équivalent temporel d'un Tour de France, mais la comparaison s'arrête là.

0 km

«Vis tes rêves au lieu de rêver ta vie» - Anonyme.

Commentaires

la couze a dit…
Je vais vous lire c'est certain. Bonne chance encore les couzes.
XX
Cliff a dit…
Salut les gars

je suis jaloux de lire votre blogue, Je ressens toute l'exitation de la préparation d'un tel voyage et les premiers jour de route. Maudite gang de chanceux, moi aussi je repartirais pour un autre traversé du canada en vélo, ton site est rendu ma page d'accueil, a chaque jour ce sera à mon tour de vous lire. Si tu a besoin d'information hésite pas, j'ai fais la traversé en 2009.

Bye

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…