Accéder au contenu principal

Le demi-Ironman d'Oswego


Voilà une épreuve peu connue, inventée il y a moins d'une semaine.

Tout d'abord, il faut comprendre que dans tout camp d'entraînement d'une semaine, il faut qu'il y ait une longue journée où l'on s'arrache la face. Du moins, c'est ce qu'on m'a appris et fait subir au fil des ans...

Cette année, Fred a pensé qu'il serait bon qu'on se mettre un objectif pour cette journée: faire toutes les distances demi-Ironman, mais en entraînement.

Les gars n'étaient pas trop sûrs, en raison de la météo pour le vélo et du long 21.1 km de course à pied. Mais finalement, on les a convaincu de tenter leur chance.

Ça commence mal. On devait être dans la piscine du YMCA à 7 heures pour nager 2000 mètres. On s'est réveillé à... 7 heures.

Tout le monde dans le char, 5 minutes de route, enfile le costume de bain et puis enweille dans l'eau brouillée avec une banane dans le corps seulement.

Comme d'habitude, c'était plate à mort de nager à moitié endormi et de se faire dépasser sans arrêt des deux côtés même si j'avais l'impression de bien nager. Je n'abandonnerai jamais!!

On finit notre premier entraînement juste à temps pour la fermeture de la piscine et on file à la maison pour prendre le déjeuner qu'on n'a jamais eu.

On se bourre la face. Personnellement, j'arrivais de faire 3 choses qui m'énervent pas mal: nager, m'entraîner le matin et m'entraîner à jeun, donc je voulais me gâter :O.

Heureusement, la journée ne faisait que commencer. Comme quand tu sors de l'eau dans un triathlon, la course ne fait que commencer. En tout cas pour moi, en attendant que je sois compétitif à la nage et que j'arrête d'y perdre trop de temps .

On s'habille et c'est parti pour 90 km de vélo vers 9h30. Il fait plus chaud que les autres jours, peut-être 2-3 degrés. Il vente quand même pas mal et c'est un départ avec un vent de face durant la première heure et demie.

Comme à chaque jour, on se croirait à un camp de l'équipe Eva-Devinci il y a quelques années, alors que tout le monde sauf moi a un beau manteau de la défunte équipe. J'ai l'air d'un intru!

Luc s'est joint à nous pour le vélo et c'est un peu lui qui gère l'allure en nous disant si ça va trop vite ou si on est des bons «Chvaux».

Le chemin du retour se fait vent de dos, mais en aucun temps nous ne sommes trop offensifs dans nos relais. On fait la distance, tout simplement.

De retour au château, Johanne nous a préparé de petites salades, on rajoute un peu de viande là-dessus et on se prend des toasts au nutella pour dessert.

C'est une transition pas mal plus agréable que de s'enfiler la moitié d'une powerbar qui traîne dans la pelouse depuis 6 heures du matin (ou un gel complètement gelé au pentathlon) avant de partir courir.

Ensuite, on enfile les souliers de course et hop, c'est parti pour un demi-marathon. Nous prenons un bon rythme assez rapidement. Pat the rag choisi de rentrer par la boucle plus courte car il sent que son genou va lâcher.

Nous continuons à 3 gars et le rythme accélère un peu avec le temps. Bientôt, nous courons à 4 minutes du kilomètre et je me surprend à ne pas casser.

Fred a l'air à l'aise et c'est lui qui dicte le rythme. Nous ne sommes plus que deux avec environ 9 km à faire.

Il décide de se débarrasser de moi alors qu'il reste environ 1 km à faire, juste pour dire, et je continue à mon rythme, complétement dans le prelart, comme on dit par chez nous, quelques mètres en arrière.

Un jogging relax est adopté pour les derniers hectomètres et puis on marche, et puis c'est correct comme ça. J'en ai vraiment plein mon casse.

Je reste surpris de la vitesse à laquelle on courait. Il y a quelques mois, comme à l'époque du 70.3 de Syracuse, j'aurais tenu ce rythme durant 1 km. Maintenant, c'est pour faire du continu. Voilà donc une bonne nouvelle!

Vient ensuite la meilleure séance d'étirements de l'année et je tombe inconscient dans mon lit après la douche et un gros Gatorade.

Je me réveille pour un autre excellent souper et l'état de fatigue est déjà beaucoup moins pire. Tout le monde semble un peu sorti de la torpeur et la journée est finalement réussie.

On finit en regardant le Karate kid qui botte tous les Chinois dans le grand tournoi de Kung-fu.

C'est alors qu'on décide d'abandonner le triathlon pour se mettre aux arts martiaux. C'est beaucoup plus vertueux, et peut-être pourrions-nous rencontrer Will Smith et son fils?!

Je vais rebaptiser mon blogue «Sur le ring».

Bon, comme vous voyez, la fatigue s'accumule et le camp est pas mal terminé. Il reste une sortie de vélo demain matin, après quoi nous irons réaliser nos rêves d'enfants en allant voir les Orangemen de Syracuse au Basket-Ball, demain après-midi. Ça c'est pas des jokes.

WATCH OUT!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…