Accéder au contenu principal

La triple vie


Ah quelle semaine! Ce qui m'amène à traiter du sujet suivant, à défaut d'avoir autre chose à parler!

Parfois, j'entends les combinaisons suivantes:

Un collègue de classe en droit: «câââline, comment tu fais pour travailler 15 heures de soir-nuit au Siboire et de réussir tes études à temps plein en même temps?»

Le gars de bike: «En tout cas, chapeau d'être capable de courir à ce niveau et de faire de grosses études comme ça.»

Le bon client au bar: «Ah ouais, tu étudies en droit, ça doit pas être évident avec ta job ici, comment tu concilie ça?»

La réponse: Premièrement, je m'abstient de souligner que j'ai une autre activité importante dans ma vie, car dans chacune de ces questions, il y a toujours un oubli.

Des gens trouvent ça extraordinaire, mais il n'en est rien, faut juste voir comment faire. Cette semaine particulièrement, avec la Saint-Patrick, est un bel exemple de conciliation travail-étude-sport . Mais je m'en suis quand même bien sorti.

Voici l'horaire:

Lundi: Une heure de piscine technique vers 17h et une heure de course rythme moyen pour peut-être 12-13 km en fin de soirée. Un cours le matin et une méga-sieste en après-midi.

Mardi: Natation technique une heure encore en soirée. Un cours le matin. Devoirs le reste du temps car les prochains jours sont chargés.

Mercredi: Cours de 8 à 4, travaille de 5h à 3h, shift supplémentaire pour aider durant la Saint-Patrick.

Pour ceux qui n'avaient pas remarqué, ça fait 10 heures de travail, debout à marcher, voilà donc l'équivalent d'une très grosse journée en raquette à neige ou d'un cinq heures de bike en «zone 1».

Toujours pour ceux qui n'avait pas remarqué, je n'ai pas manqué de vie sociale en passant plus de la moitié de la journée dans l'une des microbrasserie les plus cools du Québec avec plein de beau monde

Pour cette journée: L'écoute concentrée à l'école m'évitera de tout reprendre les cours par moi-même en fin de semaine, j'ai fait une méga-sortie d'endurance, j'ai vu presque tous mes amis à Sherbrooke et j'ai fait 250 piaces.

Jeudi: Cours le matin jusqu'à 11h30. méga-sieste essentielle de midi à 16h, car à 17h je rentre pour mon premier shift habituel de la semaine. Ça se termine à 3h du matin et on eu toute une soirée.

Une autre longue activité sociale à mon compteur (je ne peux pas dire que je n'ai pas de vie comme bien des étudiants en droit frustrés), une autre méga-sortie d'endurance au plan d'entraînement: C'était encore pire ce soir car je travaillais au 2e étage donc je pense avoir monté l'équivalent d'un Mont-St-Anne et demie (estimation très estimée) à force de remonter les escaliers «non-stop» durant 10 heures.

Pendant ce temps, pas besoin de penser à la prise de poids et à l'entraînement que je ne manque pas vraiment. Un autre 250 piaces qui rentre en plus.

Vendredi: Debout à midi trente, je niaise sur l'ordi jusqu'à 15 h en faisant quelques bons devoirs. Je pars nager pour me relaxer les jambes des deux derniers jours et pour faire de la technique. Toujours de la technique. Je deviens meilleur tranquillement. J'aime bien ça nager maintenant :)

De retour à l'appartement, je réécoute le film what it takes en dînant avec une soupe et des bas de compression dans les pieds. Je m'endors sur le film car je suis cassé. Dodo de 17h30 à 18h30. Rentre à la job à 19h pour mon troisième shift et deuxième shift habituel de la semaine.

C'est la même chose que les deux jours précédant côté social, monétaire et physique. Je termine à 3h et je rentre dormir.

Ce matin, debout à midi trente, je déjeune et j'écris le blogue. Je vais dans l'eau avec Fred et nous faisons encore des exercices techniques durant 1h20.

Je pars ensuite en course à pieds faire quelques intensités pour la première fois depuis longtemps. Pas facile. Je passe ensuite visiter des amis, souper, relaxer et faire quelques devoirs.

Pour demain, un autre bon café, d'autres bons devoirs relax dans un café internet sûrement en bonne compagnie et quand ce sera assez, moi et Fred irons courir notre 2h dominical.

Bilan de la semaine:

Heures d'entraînement généralement à basse intensité pour le Ironman: environ 35 heures

Heures d'activités sociales que je ferais sûrement dans un bar et à l'entraînement de toute façon: 35 heures

Heures d'école et de devoirs: 30 heures

Heures de travail : 30 heures

Heures de sommeil minimum par 24 h: 8 heures.

Heures occupées durant l'une des plus grosses semaines de mon année: 65. Faites le calcul et vous verrez que ça n'arrive pas.

J'ai pu tout faire (sauf souffler mes pneus de char) et je n'ai aucun retard scolaire. Ce n'est pas toujours facile, mais ce n'est pas aussi difficile que ça en a l'air non-plus. Et c'est loin d'être une semaine normale, j'en parle justement parce que c'est un exemple extrême!

J'aime bien ce rythme de vie, je ne suis pas capable de faire une seule chose à la fois, de m'isoler dans mes devoirs ou dans mon entraînement. J'aime la variété. Je suis d'ailleurs quelque peu anxieux par rapport à mon été qui s'en vient. Même si ça risque d'être super le fun, je risque de trouver le temps long parfois, à juste faire du sport et récupérer au fond. C'est un autre mode de vie!

Certains disent que je fais tout à moitié, mais je pense encore que c'est mieux que de boire à longueur de semaine et manger des pizzas pochettes, fumer du pot tout en s'endettant comme bien des universitaires font.

J'aime mieux être vu comme un athlète fou que comme un étudiant cool avec un profond déséquilibre alimentaire, physique et psychologique, donc je pousse dans cette direction. C'est tout et je comprend très bien que ce n'est pas tout le monde qui pense comme moi.

J'ai la chance d'avoir beaucoup d'aide de mes parents côté financement des études. Pour le sport, c'est plutôt moi qui s'en occupe depuis quelques années. Je préfère qu'on me finance mes études au lieu de mes sports, je pense que c'est un meilleur cadeau à faire à un enfant, mais ça c'est une question de valeur.

Finalement, trois clefs:

L'hydradation et l'alimentation: Boire de l'eau est certainement la plus grande clef dans toute cette affaire. En buvant à longueur de journée de façon systématique et maniaque, j'ai l'impression de pouvoir en demander plus à mon corps en plus de voir qu'il répond mieux, car le système est équilibré.

Je traîne des fruits partout, et je les manges, j'ai toujours de bonne vitamines et de la bonne énergie fraîche dans le corps!

Sérieusement, l'importance du sommeil et de l'alimentation sont souvent valorisés et l'hydratation est très sous-estimée. Pensez-y, faut pas juste boire avant les courses et durant les entraînements!

La natation relaxe: nager détend les muscles et facilite ensuite la sieste, ce qui est très utile dans mon cas. J'ai finalement trouvé des vertus à ce sport étrange.

Bien que je m'améliore, je reste encore moyennement efficace en tant que nageur. Cela me permet de faire des entraînements faciles côté cardio-vasculaire car ils sont essentiellement basés sur la technique; la façon de fendre l'eau, de battre des jambes, d'allonger les bras, d'entrer ceux-ci dans l'eau, et tout ça en même temps. J'ai tellement de choses à améliorer!!

Je ne fais pas d'intervalles à la piscine, car je vais moins vite quand je force plus. J'ai encore des miliers de longueurs à faire avant d'être assez efficace pour me pousser à fond dans l'eau. Je me contente de grossir la cylindrée sur le vélo et à la course, les sports terrestres.

Je respecte donc un maximum de trois intensités par semaine en temps normal, essentiellement en course à pieds, tout en faisant une douzaine de séances de toute sorte.

Joindre l'utile à l'agréable: Ça m'évite bien des problèmes et c'est ce qui me permet de réussir à faire tout ça, sinon c'est foutu. C'est d'ailleurs le cas pour tout le monde qui est inscrit à une épreuve comme le Ironman: Il faut faire ce qu'on peut avec le temps qu'on a, car chaque athlète amateur inscrit a ses propres contraintes.

Et une question pour finir:

Qui-est-ce qui fait vraiment des devoirs le jeudi soir de 17 h à 3h et le vendredi soir de 21h à 3h du matin? Personnellement, je n'ai jamais fait ça et il me restera bientôt un an d'université.

Tant qu'à passer ce temps à boire de la bière et m'entraîner, j'aime mieux travailler tout en faisant un bon exercice en même temps! Je continue de penser que le fait d'avoir un emploi ne nuit pas à mes notes. Ce qui me nuit, c'est ma passion pour le sport et ma tendance à faire passer ça avant tout le reste, mais c'est comme ça et ça ne changera pas de sitôt.

Donc, quel est le problème à travailler 15 heures par semaines?

Voilà, c'est ça ma vie, mystère résolu!

Commentaires

Maxime Maltais a dit…
Longue vie à l'entrainement et au sport. Le reste vient avec !

Peace

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…