Accéder au contenu principal

Remplacement!


Bon, fini les examens, fini de manger des soupes.

Le bon temps est arrivé. Les secondes ont passé vite depuis mardi soir. Comme je suis coaché par mon alter ego au lieu d'un "surentraîneur" comme la plupart du monde, il m'arrive d'écouter mon corps.

Parfois je réduis le training quand je sais que ça ne va nul part et que je ne ferai rien de bon, d'autres fois je le grossis parce que ça va super bien.

Ceci dit, mon mercredi soir à la piscine s'est déroulé à l'opposé de celui de la semaine précédente, alors que j'étais sorti de l'eau après 1500 mètres avec deux belles crampes aux mollets, m'voyez.

Avant-hier, je nageais très facilement, si bien que je me suis tapé 4 km avec la planche, le pull-boy et des exercices de technique de crawl et de respiration. Je devais pourtant nager 2 km assez peinard pour me relaxer de la veille et commencer mon bloc de repos pour le pentathlon. Quand le corps va, tout va!

J'ai donc commencé à relaxer hier. Lève tard, fait des siestes, fait les petits exercices de dorsaux sans-arrêt, comme vous pouvez voir sur la photo, pour continuer de renforcir le dos en vue du 9 km de patin de dimanche.

Finalement, mon pentathlon va commencer plus tôt que prévu. Samedi, 13h, je serai sur la ligne de départ du relais équipe courte distance.

En effet, l'équipe Optimus prime a perdu son cycliste cette semaine. Laurent Dallaire est fièvreux et il ne pourra faire la portion vélo. Il m'a contacté pour que j'aille sauver la mise, faire le 9 km de bike complètement dans le fond avant de passer le relais aux autres membres de son équipe qui eux, avaient vraiment besoin d'un cycliste!

J'ai accepté avec plaisir, surtout que l'équipe fait le pentathlon pour une bonne cause. Les gars ont déjà atteint leur objectif en amassant plus de 5000 dollars pour la fondation du cancer du sein du Québec.

Laurent n'avait plus qu'à aller se balader complètement à bloc sur la Grande-allée dans un morphsuit rose, mais finalement c'est moi qui aura cet honneur! Je vais tenter de le représenter dignement!! Photos à venir j'espère!

D'ici là, un dernier shift au bar, beaucoup de ménage et de bagages. Je pars une semaine faire 7 sports différents, mon auto n'est pas prête pour ça!

J'en profite pour souhaiter bonne fin de tour à tous mes anciens équipiers Antoine Duchesne, Julien Fillion, Pierrick Naud et Jean-Michel Lachance, à la Vuelta independencia nacional en République Dominicaine, ainsi qu'à David Boily au Giro di Sardaigna, en Italie. Ça c'est du vrai sport!!

Commentaires

Laurent a dit…
Merci Dave,
en passant nous avons ramassé plus de 5000$ pour la fondation du cancer du sein.
Anonyme a dit…
Belle machine à café, on a sans doutes affaire à un connaisseur !!
Anonyme a dit…
Parfait David, tu le fais pour une bonne cause, nous serons là demain pour te voir à 13:00hres...
Pour ma part, j'ai fait 15 km en montagne sur les magnifiques Monts-Valins "Pic du grand Corbeau" il y a environ 2 semaines pour la même cause . Ayant une soeur touchée par ce cancer il y a dix ans, j'y suis allée et et crois moi les gens de la ville devrait y venir...
Prochaine étape " Pic de la hutte" au début mars...
Je peux les amener au besoin, la vie commence et se termine là...
À demain Maman Anniexxx

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…