Accéder au contenu principal

Première victoire de l'équipe Siboire-Le coureur!


Nous sommes prêts à tout, c'est le cas de le dire.

Ce samedi avait lieu le défi Corporatif et l'équipe Siboire-Le coureur a déposé tout le monde pour remporter la victoire par plus de 4 minutes d'avance sur son plus proche compétiteur.

Ce qui nous a valu ce magnifique trophée tenu par la magnifique Alex Vaillancourt, la fan numéro un de l'équipe, au lendemain de cette victoire sur les plaines!

Les autres membres de l'équipe Corporatif étaient Joël Saint-Denis, proprio du Coureur, qui faisait la course en raquettes, Guillaume Girard qui faisait la course à pied et l'autre patron, Jonathan Gaudreault, qui se chargeait de la portion patin.

Quand je dis à la première ligne que nous sommes prêts à tout. Pas autant que le ridicule Alberto Contador, quand même.

C'est juste que P-O a réussi à laisser quelques morceaux de peau sur la piste pour gagner samedi!

Notre P-O faisait le vélo et le ski de fond. Avant le départ de cette seconde épreuve, il a été bien averti que le parcours de ski de fond était glacé.

Il s'est dit O.K... Le résultat est le suivant; pogne un trou dans la descente et se répand partout sur la glace-neige à 40-50 km/h.

Peu importe, il a continué pour prendre le troisième temps au ski. Et nous on a bien rit le lendemain au meeting d'employés du Siboire! Regardez l'animal:

Vous aurez remarqué que nous avons des nouveaux suits «encore plus de feu». Pas chaud, mais le pentathlon va nous donner la chance de nous réchauffer.

Allez, une dernière fois pour la route: un petit zoom sur P-O la terreur, on se croirait dans Le shinning. Regardez-bien le slogan sur la tuque en plus!
Pour le reste, notre training de groupe s'est terminé ce soir par une autre difficile sortie de vélo dans le froid ponctuée de chutes multiples sur la glace ainsi que d'explosion de pneu (Mathieu "bike" Pelletier apprend tous les jours) en entrée. Le plat principal consistait en des intervalles avec la gang du coureur et il n'y a pas eu de dessert. Les desserts, c'est dimanche soir.

C'est maintenant l'heure de se reposer, faire un peu de sport relax avec quelques petits efforts, mais fini l'arrachage de face jusqu'à dimanche.

Je suis dans ma semaine d'examen, voilà ce qui explique mon écriture moins fréquente. Probablement de retour ce vendredi, samedi, dimanche et toute la semaine suivante pour mon camp d'entraînement à Oswego, New-York, chez nos hôtes Johanne et Luc.

Je roulerai pour l'occasion avec l'autre rattardé des Whites Mountains; Fred Boivin, la grosse Carole Migneault et le désormais célèbre Pat the rag Lavoie. Probablement que les boys du coin, Gene, Aaron et les autres dont j'ignore le nom se joindront à nous.

De belles group rides sont donc à venir mais d'ici là, on se laisse sur une photo souvenir des "gars de bike" de l'équipe Siboire-Le coureur 2011: Moi, P-O, Mathieu "bike" Pelletier et Samuel Chrétien. À l'an prochain!


Commentaires

Mitch a dit…
Officiellement 4 minutes, mais l'officiel de triathlon-Québec nous a mis 2 minutes de pénalité parce que notre coureur de raquette a comme coupé le dernier virage (à 50m de la ligne)à cause d'une mauvaise signalisation le faisant gagner peut être un gros 5 secondes.
Donc l'INO est en réalité à 2 minutes. Pas si mal pour une gang de vieux Physiciens.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…