Accéder au contenu principal

Le journal de janvier


Depuis le X-trail, les idées d'écriture se font aussi rares que les compétitions!

Voici donc un aperçu de mon dernier mois de sport. Certainement pas le plus grand de tous les temps, étant donné que:

1- c'était un mois de janvier
2- je ne cours pas en bike ce printemps
3- Louisvile c'est dans 8 mois, ça ne presse pas mais j'aime bien les entraînements de triathlon et j'ai bien des faiblesses à travailler
4- Vélomania sont lents pour réparer des bikes
5- Je n'aime vraiment pas le ski de fond
6- On dirait que je suis moins crinqué pour le penthatlon des neiges, faut dire que l'école ne me donne pas beaucoup de chances de me crinquer non plus. En gros, je ne peux pas tout faire.
7- Les profs de droit aiment reprendre 3 cours en une semaine même quand la session commence le 5 janvier...

Tous ces facteurs combinés ont donné le résultat suivant:

Patin de vitesse: 0 fois. Je suis allé chercher mes lames aiguisées aujourd'hui, pour tout vous dire.

Ski de fond: 3 fois. Bof, je ne comprend toujours pas et je vais sûrement perdre bien du temps dans cette épreuve au penthatlon.

Vélo: 5 séances d'endurance-vitesse sur le rouleau et une sortie extérieure ce dimanche, pour aller essayer mon bike complètement tuné avec une allure un peu plus racing. Je devrais en faire pas mal dehors en février, essentiellement en intensité car c'est trop froid dehors pour traîner dans les rues durant plus qu'une heure.

Course à pieds/raquette: Mon sport prioritaire depuis septembre. J'ai couru en moyenne 5 fois par semaine en janvier pour environ une soixantaine de km par semaine. Moins de kilométrage qu'en décembre, car j'ai commencé à faire des intervalles un peu plus souvent. Ouch, pas facile, des intensités à la course, mais ça paye au fil du temps. Dans mon cas, ça m'améliore surtout en terme de foulée sur les longues distances, car même si je vais un peu plus vite qu'au début du mois, je ne pense pas que j'ai un grand avenir de coureur de courte distance étant donnée la longueur de mes jambes. Mais encore, j'écoute sans cesse le film without limits pour me persuader que le talent n'existe pas et que je peux tout faire!!

J'ai réussi à accumuler au moins une sortie de 2h ou plus à chaque semaine du mois et mon rythme ainsi que mes sensations se sont améliorées à chaque fois. C'est ce qui est important dans mon cas. Toutes ces longues sorties sont faites dans l'objectif de pouvoir atteindre le 3 heures de course fin mars début avril pour être déjà un bon coureur d'endurance avant de partir pour mon grand voyage de bike. 

Natation: On peut dire que je suis parti pour de bon cette fois. Je suis allé à la piscine 2 fois par semaine durant les 3 premières du mois pour y aller 3 fois la semaine dernière. Cette fréquence sera d'ailleurs celle à respecter jusqu'à la fin du mois d'avril. 
J'en suis maintenant à nager la Iron distance de 3,8 km lors de la séance d'endurance, une distance que mon partenaire de training, Frédéric "Le requin" Boivin a déjà nagé plusieurs fois et de belle façon. Il va être plus que prêt pour la Beauce!

Autres: Le reste de mon temps sportif consiste à regarder des vidéos de Ironman sur Youtube, écouter de la musique de sport motivante et participer aux jeux de physio/ergo qui avaient lieu samedi dernier à Sherbrooke: événement qui marquait la fin d'un grand mois de festivités comme c'est toujours le cas lors du premier mois d'une session universitaire! De plus, on peut dire que c'est le temps ou jamais jusqu'à septembre prochain...

Pour février maintenant, je vais faire quelques séances de patins et de ski de fond, faire plus de vélo, au moins une course de raquette à neige, continuer à courir et à nager en masse, tout cela quand je n'aurai pas à préparer les évaluations de mi-session, parce que ça arrive aussi vite que le penthatlon!!

À très bientôt

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…