Accéder au contenu principal

Mi-Janvier


Bon, l’article qui introduit l’année 2011 commence à être passé date !

Je ne me suis pas ennuyé depuis 15 jours. C’était bien de reprendre l’entraînement de façon un peu plus intense en vue du Penthatlon des neiges. Objectif : être bon dans rien mais être bien dans tout. Ça semblait facile au départ mais le temps me rattrape un peu.

Je me suis rapidement rendu compte que la session d’hiver en sera une de première catégorie, si on parle en termes de cols de bbbike.

La météo n’aide personne non plus. C’était pas facile pour le ski de fond et impossible pour le patin, surtout quand les cols bleus font la grève à Sherbrooke! Mais bon, ça me fait une bonne raison pour courir et éviter les maux de dos du patin longue piste.

Ajoutons à tout cela mes talents de mécanicien, qui ont fait en sorte que j’ai brisé mon cyclocross en tentant de le réparer... Mais rien ne m’a empêché de courir et c’est que je fais le plus souvent. C’est aussi le plus important après tout !

On verra comment l’entraînement ira pour le prochain mois et demie. Peu importe si je vais être bon, au moins je vais avoir l’air bon, car selon le CEO de l’équipe Siboire, P-O Boily, nous porterons des costumes pour aller sur la planète mars lors du prochain « Championnat du monde des gars qui sont dans leur peak de forme le 27 février ».

Pas beaucoup de temps libre, donc, mais assez pour se rendre compte que le maillot de l’équipe Lampre est vraiment pas beau. Ça vaut aussi pour Europcar et Liquigas. Des fois je me demande si les dirigeants des équipes dessinent leur maillot à 4 heures du matin, complètement saouls au party de fin de saison. Team leopard a par contre réussi son design, c’est frais. Probablement que Andy Shleck et Stuart O’Grady n’ont pas eu leur mot à dire !

Parlant de pros, j’ai finalement écouté (4 fois en 5 jours) le film Chasing legends. Excellent documentaire intense qui fait le tour de la question en ce qui concerne le Tour de France. À noter que le chapitre sur le coup de bordure de la grande motte et du sprint sur les Champs élysés sont des vidéos qui devraient être diffusés et rediffusés dans les écoles de cyclisme.

Ce film montre aussi que le cyclisme sur route est de loin le sport professionnel le plus difficile au monde. Ouais, je suis un pur vendu, comme les vendus qui disent que le vrai sport, c’est ce qui passe à RDS (Le hockey sans limites).

Les pros reprennent du service dès cette semaine au Tour Down under, première épreuve internationale de la saison. On voit que Mark Cavendish a encore la forme en ce début de saison suite à sa 108e place à la Cancer council cycling classic disputée ce dimanche. 

Sans blagues, la vraie saison commence au Tour down under et j’espère voir Cavendish et Greipel faire quelques « bike throw » au sprint cette semaine. Attention aussi aux coups de tête de Mark Renshaw !!

En ce qui concerne ma saison à moi, il semblerait que je sois encore en route pour Oswego, dans l’État de New-York, au début mars pour un super camp d’entraînement chez les parents de Fred comme l’an dernier. Hâte de voir ça.

En ce qui concerne l’Ironman, il faut se demander qui est le fou... Le fou, ou celui qui le suit ? Quoi qu’il en soit, notez bien que mon ancien coloc Carol Migneault (Alias la grosse Carole), Simon Gagnon-Brassard et André Tremblay se sont tous inscrits au Ironnan du Kentucky. On est maintenant 6 dans ce même bateau très submersible mais aussi très amusant à naviguer.

Pour ceux qui se demandent si on se fait des soirées d’acide durant lesquelles on force nos amis à s’inscrire à des événements tordus, et bien non. On peut plutôt dire que moi et Fred en avons influencé 4  dans l’aventure jusqu’à maintenant, il ne reste plus qu’à espérer que tout ira bien pour tout le monde!

D'ici là, bon training à vous.

Commentaires

Annie-Claude a dit…
C'est où qu'on peut se procuré le film Chasing Legends?
David Maltais a dit…
Je l'ai hacké sur internet grâce à mon coloc pirate!!

sinon tu peux aller là

http://www.grippedstore.com/product-p/chasing_legends.htm?1=1&CartID=0
Vincent a dit…
Annie-Claude; j'ai une copie encore sceller (pas ouvert), j'pourrais te la vendre si tu veux

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…