Accéder au contenu principal

2011!!


Bonne année ! Je suis sûr que vous vous l’êtes fait dire en masse cette nuit, et bien moi aussi je vous en souhaite une bonne !

Bon pourquoi je suis là à écrire aujourd’hui ? C’est simple, hier c’était byebye 2010, aujourd’hui c’est bonjour 2011. Voici donc mes plans sportifs pour la prochaine année ou, si vous préférez, les aventures que vous pourrez lire sur cette page au cour des 12 prochains mois.

Janvier-février : Entraînement et courses de divers sports inclus dans le Penthatlon des neiges.

27 février, 8h A.M. : Penthatlon des neiges à Québec : 15 km de vélo (cyclocross), 6 km de course à pieds, 9 km de ski de fond, 9 km de patin de vitesse et 6 km de course en raquette, le tout le plus rapidement possible avec 4 transitions, beaucoup de plaisir et de souffrance sur un site magnifique qu’est celui des plaines d’Abraham.

Une super fin de semaine de sport avec du beau monde en forme, un événement qui conclut trois mois de préparation quand même assez spécifique, en fonction du temps qu’on peut y investir…!

28 février, 11h30 A.M. : Démoli pour trois jours, je vais tenter de survivre en rentrant chez moi pour un repos très mérité.

Mars-avril : Natation et course autant que possible durant cette autre grosse fin de session, c’est tranquillement le temps de se préparer pour l’Ironman du Kentucky, dans six mois. Du vélo quand il y a des sorties en groupe, mais pas plus que ça, car j’aurai le temps d’en faire en masse:

Fin avril : Départ de Chicoutimi pour un grand voyage cyclotouristique avec mon frère Maxime. La direction ? Chicoutimi ! Une grande traversée du Canada qui devrait nous prendre deux mois. Chicoutimi-Saint-John’s (Terre-Neuve) en vélo, Saint-John’s-Vancouver en avion et Vancouver-Chicoutimi en vélo.

Le tout en dormant dans des tentes et en bravant les forces de la nature mais quand même avec le vent de dos (on est pas débiles non plus). Ça fait plusieurs années que mon frère en parlait et il a finalement décidé de le faire comme voyage de fin de BAC. Ses études en génie civil sont terminées depuis 15 jours et il prend 4 mois pour amasser les sommes nécessaires pour le périple.

De mon côté, j’ai décidé, après une longue réflexion l’été dernier, de le suivre dans cette aventure unique que nous nous devons de faire maintenant, avant d’avoir des obligations. J’ai donc choisi de laisser tomber les courses de vélo ainsi que mon emploi pour vivre quelque chose d’assez marginal que les écoles n’offrent pas dans leurs programmes. Je pense que c’est le temps ou jamais et tant pis pour le reste.

On s’y prépare depuis longtemps car tout cela ne s’improvise pas, surtout pas pour des voyageurs sans expérience. Je ne suis pas trop inquiet toutefois, je suis passionné par le vélo et je n’ai pas de problèmes avec le camping, je ne pense donc pas avoir trop de misère avec le vélo-camping ! :D

Durant ce voyage, le blogue marchera à fond la caisse. Avec mon super-cellulaire-intelligent-mais-pas-cool-parce-que-c’est-pas-un-iphone, j’écrirai nos aventures quotidiennes, qui se résumeront parfois à une ou deux lignes mais aussi, à l’occasion, aux grands récits des aventures incroyables que nous vivrons !

Pour ceux qui se posent la question qui revient souvent, ce périple est financé par nous-même et n’est fait pour aucune cause humanitaire particulière. La raison est plutôt simple et égoïste, on a pas vraiment de temps à mettre dans ça, du moins pas moi !

Nous demeurons toutefois ouverts à vos idées si vous pensez à quelque projet de soutien qui pourrait se joindre à notre initiative personnelle.

Début juillet : Retour au Saguenay, le temps de donner des becs à tout le monde. Je filerai ensuite vers Montréal pour recommencer les courses de vélo dans l’objectif de reprendre du rythme pour le vélo au Ironman du Kentucky. Ce retour risque d’être très modeste, après 8000 kilomètres à rouler à 21,3 km/h de moyenne, mais les effets des entraînements en intensité devraient se faire sentir au fil des semaines. Les années de compétitions accumulées vont resurgir rapidement, du moins je l'espère.

Le reste de mes journées servira à retrouver le rythme en course à pieds et en natation, le tout, en tant qu’athlète à temps plein pour deux mois.  YES!!

Cette fois, c’est du sérieux. C’est pas le penthatlon ou un demi-Ironman. Un Ironman, c’est 3.8 km de nage, 180 kilomètres de vélo et un marathon (42 km de course à pieds), ça ne s’improvise pas, et j’ai l’intention d’être au top de ma condition physique annuelle pour cette journée précise.  Mon niveau de performance durant les 8 mois précédents n’a pas d’importance comparativement à cet objectif, qui est mon premier et dernier but de cette saison 2011. J'ai aussi investi dans l'équipement, regardez ce becyk de malade!

Ça me fait tout bizarre de viser une épreuve en particulier comme le font les athlètes pros. C’est la première fois que je vais essayer ça et j’ai hâte de voir ce que ça implique même si j’en ai une bonne idée.

Il est probable que certaines gens de triathlon diront que je saute des étapes, que des cyclistes diront que je fais ça parce que je ne gagne pas en vélo. Et je leur répondrai qu’ils ont sûrement raison, mais qu’ils pourront radoter comme ils veulent (parce que oui, croyez-moi, ça radote en masse), puisque je fais ce que je veux et non ce que les petits champions, les peureux ou les jaloux voudraient que je fasse.

28 août, 7h A.M. : Départ du Ironman du Kentucky, qui devrait se terminer quelques 10 heures plus tard selon mes petits calculs. Après ça, je vais retourner pour un autre 8 mois à Sherbrooke finir mon baccalauréat en droit et je n’ai aucune idée de ce que je vais devenir autant personnellement que sportivement, mais je pense que la commande est déjà assez grande pour cette année et je ne prévois rien de plus.

Bref, c’est une saison qui sera fort différente de mes 9 premières et je suis très excité à l’idée d’aborder l’année 2011.

Une chose est sûre, j’ai la santé et j’ai des genoux assez solides pour courir un marathon, je n’attendrai pas que ça change pour me dire que j’aurais du en profiter quand c’était le temps.

Ne me reste plus qu’à vous dire bonne année sportive 2011. J’ai hâte de lire et d’entendre vos exploits à vous aussi.

À très bientôt!

Commentaires

Freddy Bastard a dit…
Juste quelques mots pour te dire que ton idée est géniale. Profites de ce temps sans obligation car après ça décolle vite. J'avais le même rêve quand j'avais ton age et je l'ai pas fait (en tout cas, pas à 100%) et j'ai de remords maintenant... Laisses le monde parler, c'est eux les pire.
Vanessa a dit…
J'ai déjà hâte de lire les prochaines entrées. De beaux projets en perspective. Cela risque d'être fort intéressant. Et bonne chance pour les aventures qui t'attendent. À défaut d'y prendre part, je suivrais avec intérêt les prochains mois qui t'attendent.
Anonyme a dit…
Tu sais que je suis fière de toi depuis toujours mais là je suis doublement fière car d'une part tu garde le cap dans tout + tu fais effectivement un choix intelligent de vivre ce moment unique avec Maxime avant que tous les deux vous soyiez pris dans le tumulte de la vraie vie d'adultes...:)
Je vous suivrai avec un immense plaisir et un grand intérêt.

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…