Accéder au contenu principal

En avant la musique!


La musique et le sport ne font qu’un pour bien du monde et je fais parti de ces gens-là. Comme le sombre mois de novembre est assez nul en terme d’activités cyclistes, je propose un article qui présente les chansons que j’ai écoutés à certains moments durant lesquels je faisais du sport. 

Je suis pas mal convaincu que la plupart des gens de mon âge qui font du sport vont se reconnaître dans quelques choix musicaux.

Attention, le texte n’est pas long mais ça peut prendre du temps pour se rendre à la fin. Ça peut prendre une heure ou cinq minutes, tout dépend de vous! J’espère que Youtube marche bien chez vous. Montez le son, c’est parti pour un article de n’importe quoi.

La toune qu’on fait jouer quand la neige commence à fondre.

La toune qui joue dans le ipod avant une course importante. 

La toune parfaite pour que ça aille encore plus mal quand ça va déjà très mal.

La toune qui te comprend le mieux après 4h de bike sous la pluie. 

La toune qui t’aide un peu quand t’es vraiment cassé après 140 km tout seul. 

La toune qui joue quand tu cours tout croche sur le pont Saint-Anne à Chicoutimi dans la tempête de neige le 18 janvier à -35 avec des blizzard de 50 km/h qui font que t’entend même pas la toune. 

La toune qui joue le plus en montant en char à Lachine. 

La toune qui me rappelle mes deux dernières saisons avec ma super équipe. 

La toune qui t’écoute en boucle le lendemain que ton équipe gagne le championnat à Lachine. 

La toune parfaite pour le dernier set de 3 minutes à 90% PAM sur le vélo stationnaire. 

La meilleure toune pour un cours de spinning. 

La toune qui joue en boucle dans le char à 5h du matin en s’en allant au départ du Ironman 70.3 de Syracuse.

La toune qui nous réveillait à 8h chaque matin au camp d’entraînement en Floride. Idée originale de Julien Fillion.

La toune que j’écoute quand un attardé anonyme m’envoie un message haineux concernant mon blogue.

La toune qui m’a donné le gout de faire du sport à l’âge de 7 ans. 

La toune qui te trotte dans tête quand une saison de bike temps plein se termine et que t’as plus une cent. Bon yeu donne-moi une job

La toune  du off-season. C'est là que je suis rendu...

Ok, maintenant baissez le son et on se reparle vendredi!

Commentaires

Martin a dit…
Dude, merci pour les tunes. Très nice ton blog!
Pascal Dumaresq a dit…
Tu es nostalagique ou quoi??
Anonyme a dit…
Wow,
ça ça me motive pour ma pyramide de fitessse.!!!!
thankkkss duff :)
Évelyne
David Maltais a dit…
hahaha non pas nostalgique, je cherche du stock à écrire!
Anonyme a dit…
Wah!!! J'adore ton post! Et comme tu avais mentionné, je suis de ton âge et je me suis reconnue dans tes choix, surtout pour la meilleure toune de spinning :P

Merci pour la playlist ;)

Vanessa
Anonyme a dit…
WOW Bravo Dâvid pour ton blog jme reconnais dans une coupe de toune

Arnaud Cossette
Anonyme a dit…
Cher David!
Comme toujours, je lis scrupuleusement ton blog et cette fois ci j'ai écouté les "tounes" une à une...
J'ai pu faire des liens avec quelques unes et d'autres m'échappent, il faut dire que la distance y est pour cause...
Je suis contente que la dite "toune" de Céline Dion" The Power of Dream" t'a insité à y croire. Bel exemple...
Continue à avoir de beaux projets, c'est la vie!!!
Maman Anniexxx

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…