Accéder au contenu principal

Le cyclocross de Sherbrooke


Paraît-il qu'il y a un cyclocross à Sherbrooke au même endroit depuis plusieurs années.

En 2010, c'était ce dimanche et puis j'avais beaucoup de visite dans l'appartement, comme quoi les cyclocross sont d'abord et avant tout, pour moi, des occasions de revoir le monde de bike avant Sainte-Martine.

C'était dimanche, mais on est allé samedi, pour voir le parcours. Il faisait plus beau et plus chaud samedi, mais la course, c'était dimanche, tant pis.

Revenons-en au parcours. Quand même interessant, mais je n'ai pas encore l'impression d'avoir roulé un vrai parcours de cyclocross, ceux avec des puits de sable et des escaliers à un ou deux endroits sur le tour, ceux avec des obstacles un peu partout et des sections pas-en pelouses qui vont donnent un peu l'impression d'avancer et ne draînent pas toute votre énergie pour rouler à 20 km/h...

Non mais, fini de chialer, c'était très cool et on avait hâte à dimanche. Surtout moi, eille, ma seule course de l'année qui se déroule à moins d'une heure trente de chez moi. Bon débarras. 

La population polycycliste de mon appartement se composait comme suit: moi même, qui fait des courses à se couchant à 4h du matin, Antoine Duchesne qui fait les courses comme je devrais les faire, sa copine Anne-Marie qui fait ça avec lui mais pour le fun, Rebecca Beaumont , qui n'a jamais fait ça de sa vie et François Parisien qui, même aujourd'hui, n'en a pas vraiment déjà fait puisqu'il a couru en vélo de montagne jusqu'à l'abandon. Sans oublier mon frère Maxime qui prenait des photos.

Finalement, suite à un départ sans orgueil de ma part, j'ai remonté quelques positions et ensuite, comme d'habitude, des groupes se forment, ça étire et, comme dirait Bernard Vallet, "voussavezvoussavezvoussavez, quand on tire toujours sur l'élastique, hébienéhbien il fini par cassé, éhouiéhoui."

Tout ça pour dire que j'étais très cassé après 30 minutes mais c'était ça pour tout le monde, car on ne revenait pas sur moi.

La dernière demie-heure fut moins difficile, puisqu'elle consistait plus simplement à tourner en rond dans la pelouse avec Antoine, après que celui-ci ce soit répandu au premier tour, perdant toute chance de victoire du même coup.

Contrairement à Trois-Rivières, je ne me suis pas fait prendre un tour par les meneurs, mais ils étaient suffisament près de moi vers la fin pour que je prenne le temps de regarder le final entre Felix Côté-Bouvette et Pierrick Naud, qui tournera finalement à l'avantage de ce dernier.

Pierrick s'enlignait par ailleurs, sans le savoir, vers une journée parfaite, puisque après une petite virée au Siboire, les jeunes crosseurs (euses) (excusez, trop facile) et moi sommes partis faire du Karting à Granby.

L'orgueil des jeunes loups s'est éveillé lorsqu'Antoine a dit aux gars que j'étais imbattable à ce jeu.

Ça m'a valu un beau tête à queue au départ, gracieuseté du devant de char de Simon Lambert-Lemay, que je renvoyai dans les pneus quelques tours plus tard pour ensuite revenir, à bout de souffle, sur Pierre-Étienne Boivin et Antoine qui se livrait une lutte à deux (bientôt à trois) pour la seconde place. Pendant ce temps, Pierrick nous a tous battu!

Le final pour la deuxième place fut des plus serrés. Il paraitrait même que c'est la première fois dans l'histoire des championnats de karting de Granby qu'on a dû remettre 3 médailles d'argent, tu parle d'un photo-finish, on se croirait au mondiaux de bike!!! Non, j'exagère, c'était pas si serré et cette fois, le Boivin pouvait monter seul sur le podium.

Chez les filles, Anne-Marie l'emporte facilement devant Ellodie Gillard et Evelyne Gagnon, qui, aux dires d'Antoine, ont comme principale faiblesse de ne pas "peser sul gaz". Peu importe, l'important c'est d'être parti pisser, comme dirait l'autre.

Voilà, la mi-session s'est terminée là-dessus, c'est maintenant l'heure du retour à la poutine d'avocat. Je mange pas de poutine et encore moins d'Avocat mais bon, je vais faire avec.

C'est la fin de cet article un peu bizarre, je me suis dit que 3 jours sans nouvelles sur veloptimum, c'était un peu trop long, donc j'ai fait un effort pour que vous ayez un peu de divertissement lors de votre pause de 10h15 ce matin au travail ou à l'école.

@+

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…