Accéder au contenu principal

Le congé


Hola,

Les examens de mi-session sont terminés, bonjour le fun pi la vraie vie. Ouais, si vous dîtes que l’université c’est la vraie vie, ben je la trouve pas mal plate, votre vie, mais chacun ses goûts.

Programme de la semaine de relâche :

1-    Travailler cinq jours sur 10, sans se dire « ah faudrait je fasse cette lecture-là avant mon shift, faudrait je révise ça après » non, juste travailler, servir les gens, passer le temps, payer mon linge que je m’achète jamais.

2-    Aller faire coudre ma paire de jeans, est pleine de trous mais elle peut tenir encore quelques mois.

3-    Bon un peu de sérieux là, c’est le Xtrail Orford samedi. Comme disait Gene, notre ami d’Oswego, « this is serious business here ». Il disait ça à Syracuse et ce sera encore vrai demain pour mon frère, Ben bouell (le gars du bloc C qu’on peut y crier après par la fenêtre pour aller faire du sport, c'est moins long que de l’appeler) ainsi que mes coéquipiers de bike J-F Laroche et P-O Boily.

Tous ces bonhommes feront le 21 km dans les montagnes, les roches, la bouette et les côtes partout et croyez-moi, pour avoir fait le début et la fin du parcours y’a deux semaines, ça n’a rien à voir avec un demi-marathon de tappette sur l’asphalte. Vous allez en tounoi ? Bonne chan... On s'en reparle demain!

 

Ça sera moins du sérieux pour moi, étant donné que je me suis inscrit trop tard. Je peux juste faire le 10 km, parcours moins tough techniquement mais on se tappe le Mont-Oford au complet dans les 2.5 derniers km, sans commentaires. J’avais quand même de l’ambition mais je me devais d’être fidèle à mon habitude d’être malade toute la semaine avant la course. Résultat : je vais essayer de courir 10 km sans m’éttoufer dans mes sécrétions et je vais profiter de ma journée plein air à la place de faire mon ptit hot qui cours pas pire vite.

4-    Je m’en vais au Saguenay 4 jours, je vais en profiter à fond, pas de divan, pas de gros veillage tard dans les bars (j’en fait quasiment une carrière), juste ben ben de l’exercice et, cette année svp, pas de H1N1.

5-    De retour à Sherbrooke jeudi, ben y’aura le cyclocross le dimanche et je ne vais pas être prêt !!! Vous l’aurez deviné, je ne fais plus vraiment de vélo, ma vie est plate, j’ai jamais aimé ça l’école, surtout quand c’est moi qui y va.

6-    J’ai un vélo de piste et de montagne à vendre, je vais essayer de vendre tout ça durant ma semaine ! Envoyez des emails !

7-    Faudrait bien que je rencontre Saint-Tommy Dion, tsé le gars qui reste à 3 portes de chez moi dans le bloc B et qui arrive tout droit du Ironman d’Hawaii. J’ai hâte d’entendre les histoires !

8-    Je vais dormir, tout de suite, yo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…