Accéder au contenu principal

La course à pieds??


Je cours régulièrement depuis l'âge de 8 ans, quand j'ai commencé à jouer au basket-ball.

C'est sûr que dès que j'ai débuté le vélo 4 ans plus tard, la course à pieds est devenu un bon sport de off-season, sans plus.

J'ai fait quelques courses durant toutes ces années: le cross-country scolaire régional en secondaire 2, la course des pichous en secondaire 5, une course de raquette à neige la même année et finalement, le penthatlon des neiges l'hiver dernier.

À chaque fois, des résultats très anonymes, finissant dans les bas-fonds du classement, surtout à la course des pichous, où un groupe de 3 femmes enceintes m'a battu!! J'ai eu une adolescence terrible, j'vous le dit...

À part ces épreuves, et bien je courrais souvent 1h30-2h00 dehors l'hiver durant mes années de Cégep, à 21h le soir, le seul temps que j'avais pour m'entraîner en endurance durant la semaine, parce que la fin de semaine, il y avait toujours des tournages.

Sauf qu'en bref, je n'ai jamais vraiment eu une foulée rapide. Tout cela a commencé à changer cet été, quand j'ai recommencé la course en pleine saison de vélo, puisque cette saison n'allait nul part de toute façon et que je m'étais lancé ce nouveau défi bien plus existant de faire un demi-Ironman en septembre.

Durant cette épreuve, j'ai dépassé plein de monde au demi-marathon avant de péter au frette à 5 km du but, mais je ne pense pas que c'est parce que j'étais parti à courir trop vite, mais plutôt parce que j'étais vidé de la journée en général.

Après ça, c'était justement le off-season mais j'ai continué de courir pour le x-trail Orford durant lequel j'ai été au delà de mes attentes, même en étant malade.

Mais bon, je me dis toujours que c'est parce qu'il n'y a pas de calibre. Sauf qu'hier encore, à l'entraînement du club le coureur de Sherbrooke, j'étais pas mal dans le coup avec des gars qui ont l'air de courir depuis que je suis né et je ne comprend toujours pas.

Suis-je meilleur dans ça qu'en vélo? En vérité, je ne cours pas si vite et je me ferais débâtir dans de vraies grosses compétitions, sauf qu'en terme de ratio efforts-amélioration, on peut dire que je suis vraiment à chier en vélo.

Ce n'est pas rare de toute façon, des athlètes qui changent de sport et qui augmentent leur niveau de performance. Pas de façon astronomique, genre sous-merde dans un sport et pro dans l'autre, mais certains s'illustrent davantage ailleurs quand même.

Finalement, tout est relatif. C'est sûr que quand tu souffre plus que Jésus à essayer de suivre des pros de vélo depuis 4 ans et que tu arrive dans un autre sport de fond contre des sportifs amateurs qui n'ont peut-être jamais couru chez les élites, la souffrance du passé fini peut-être par te donner quelque chose... Ça reste un sport de jambes!

Au fait, vous devez peut-être vous demandez pourquoi je cours toujours comme ça. Je l'annonce officiellement aujourd'hui: Je suis incrit au Ironman de Louisville, au Kentucky, qui aura lieu dans 10 mois exactement. J'ai déjà mes nouvelles chaussures de courses et mon nouveau vélo de contre-la-montre, mais on aura le temps EN MASSE de s'en reparler.

En fin de compte, c'est peut-être une bonne chose que j'aille bien à la course, parce que je me tappe tout un marathon dans moins d'un an...

Commentaires

Fred Cossette a dit…
WOW! Bonne chance pour ton Ironman...moi ça fait 4 ans que je fais le XC scolaire sur ma shape de vélo. À chaque fois jme dis que la course cets pas pour moi meme si je finis pas pire...ca fait trop mal aux jambes!!!
Anonyme a dit…
j men rappelle de la course des pichous me demandais ou c que vous etiez. Juste passe le moton du debut stes fatiguant.je vais peut etre la refaire cet hiver.

sa serait drole refaire ca ensemble
pis ton blog super interessant

Maxime Girard

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…