Accéder au contenu principal

White mountains, deuxième édition


On l'attendait depuis longtemps, cette fin de semaine!

On a pas été déçu. Il y a deux mois déjà, mon coloc Carol, mon frère Maxime et notre vieux pote Fred avions encerclé le dernier week-end d'août pour aller tous ensembles dans notre terrain de jeux préféré, au New Hampshire. Parce que dès lundi, on repars chacun de notre bord: Fred en stage à Montréal, Carol en Afrique et Maxime... dans la chambre en face.

Au fil des ans, les combinaisons furent nombreuses; Fred et Carol y sont allés tous les deux, Carol et Maxime une autre fois et l'an dernier, il ne manquait que mon frère alors que je découvrais ce beau coin de pays.

Cette fois, tout le monde était au rendez-vous et la fin de semaine fut parfaite: 
Une météo à faire rêver.
Des gars à peu près tous au même niveau de forme, donc pas de boulet.
Aucune montre, on ne voit pas le temps passer, coupés du monde.
De la bière en bonne quantité pour bien relaxer après et pendant la marche.
La création de surnoms stupides tels que "L'ours noir, la grosse Carole et les deux rattardés", sûrement un effet de l'isolement...
Prendre son bain dans une rivière qui descend de 2000m d'altitude, c'est pas chaud pour la pompe à eau.
Le délire de vieux amis réunis, toujours très drôle!

Ce dernier point a mené à plusieurs citations marquantes durant le week-end:

Carol, à tout moment de la randonnée: "On lâche pas, y doit rester environ 1 heure et quart!"

Les autres marcheurs: "How are you doing?"
Les quatre ensembles: "GOOD AND YOU!!??"

Fred, à chaque cinq minutes: "Ouais, ben c'est vraiment un bon training pour le demi (Ironman)"

Évidement, ces farces hilarantes ne sont pas drôles en cette page, fallait être là comme on dit, vous viendrez me voir, j'vous expliquerai...

Côté itinéraire, ce fut le Mont Lafayette vendredi en après-midi. 3h50 de marche en introduction pour la journée du lendemain. J'ai apprécié le rythme moins élevé que l'an dernier sur cette ascension, que nous avions fait en moins d'une heure trente l'année dernière, ben ben accotés.

Samedi c'était le grand jour: Mont-Washington avec tous les détours imaginables pour se rallonger en temps. Appalachian trail, Raymond's path, Huntington Ravine (limite pour ne pas être de l'escalade), un demi-tour de la montagne sur la crête avant d'attaquer le sommet pour se rendre compte que plein de gros américains sont montés en voiture!!

On a vraiment rien compris, ou est-ce l'inverse? En tout cas, de mon point de vue, tu te fais pas prendre en photo à côté de la pancarte d'une haute montagne comme ça parce que t'as pesé sur la pédale de gaz durant une demi-heure. Sérieux... j'aurais honte.

Anyway, on a redescendu dans l'autre sens, vers le pied du Mont-Jefferson. C'est dans ce bout là qu'il restait une heure et quart de marche, durant 3 heures! Finalement, les cuisses en feu, Fred et moi avons décidé que c'était plus doux pour les jambes de courir au lieu de marcher. Après 30 km de marche en 9 heures, les pattes ont bien réagit. Coudonc, on va être prêt pour le 19 septembre, malgré ce que tout le monde pense croire.

Un bon souper suivi, où tous les autres clients du resto devaient croire que nous avions consommé des stupéfiants. En fait, on était pas sortables, donc on s'est dépêché de retourner dans nos tentes vers 22 heures, parce qu'un autre défi nous attendaient le lendemain matin.

En effet, la grosse Carole avait décidé que ce serait beau, le lever de soleil au sommet du Mont-Madison, au pied duquel nous étions campés. Résultat: debout à 4h30 du matin et au sommet à 7h AM. Conclusion, c'est vrai que c'est super beau, mais la prochaine fois, je vais aller voir le coucher de soleil... c'est ben pareil, sauf que t'as pas besoin de te lever!

Ensuite, et bien pour moi c'était l'enfer du décallage horaire. Ça fait un mois que je me lève à midi, en trois jours, je me suis retranché 8 heures de sommeil par jour, c'était trop, je ne feelais vraiment pas dimanche. Mais ça en a quand même valu la peine.

Maintenant l'école est reparti. Le droit et la justice, c'est-tu la même affaire? On m'a demandé ça, tout à l'heure. Je sais pas, on verra bien, tout ce que je sais, c'est que je suis d'attaque après ce magnifique été!

Pour le voyage en image, voici l'album facebook, enjoy.

Prochain rendez-vous sur le blogue, les championnats québécois élites de bbbbike, en fin de semaine prochaine. d'ici là, beaucoup de nage et de course à pieds, d'école et de travail, la vraie vie recommence faut croire.

Let's go!!!!!!!!!!!

Commentaires

Anonyme a dit…
ca m'avais biuen l'air d'une fin de semaine mémorable!!
nicenice
k7

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…