Accéder au contenu principal

Réactivation


jour-j - 26,

Grosse semaine au travail oblige, je n'ai pas vraiment atteint mes premiers objectifs en vue du Ironman 70.3 Syracuse, mais pour être franc, je crois que c'est un détail.

Il faut dire qu'il n'y a pas que le travail dans tout ça, c'est aussi les nombreux partys de début de semaine et le repos de Montréal-Québec, qui fut retardé de quelques jours!

Tout cela pour dire que j'ai couru 30 minutes jeudi matin, complètement lendemain de brosse, en descendant au Siboire pour prendre mon auto restée là le soir précédent! Juste pour réactiver les muscles au mouvement de course à pieds... mais je dois avouer aussi que c'était assez en ce lendemain de veille, le dernier avant longtemps.

J'ai finalement recouru samedi soir. Devant rentrer plus tôt au travail, je me suis tellement grouillé de faire cet autre sortie d'adaptation que j'en ai oublié de faire mon réchauffement et je courrais en 2min36 du km direct en sortant de mon appartement. :D

Résultat: mollets ben durs après vingt minutes. Depuis ce temps, je me traîne les pieds partout. C'était l'erreur de débutant du mois...

Finalement, congé de job aujourd'hui, go à la piscine!

Vraiment, contrairement à ce qu'on pourrait croire, la natation est la partie qui m'énerve le moins. Pas parce que je suis un nageur de haut niveau, loin de là, mais plutôt parce que c'est au début de l'épreuve, donc, pas de fatigue. Le temps de l'effort n'est pas vraiment long (entre 35 et 45 minutes), donc pas besoin de faire beaucoup d'endurance, d'autant plus que les bras ne seront ensuite plus utilisés. Enfin, la distance de 2km se nage très bien, je l'ai même fait facilement ce matin à mon retour dans l'eau, un mois après m'être infecté la face dans le Lac Magog. 

Quoi qu'il arrive, je vais sortir loin du devant à la nage après avoir tenu "mon rythme" et ensuite je me reprendrai bien sur le vélo. De toute façon, pour moi dans cette épreuve, ce sera la performance et non le résultat qui va compter. Je veux être en bonne progression du début à la fin, peu importe où je termine.

Le vrai défi, logiquement, sera de faire une bonne course à pieds. Pour cela, il ne faudra pas seulement courir beaucoup à l'entraînement, mais il faudra aussi axer sur l'endurance dans les deux prochaines semaines.  

Pour ce faire, natation 2km aujourd'hui et peut-être un petit 400 mètres de plus demain. Une intensité moyenne en course durant 40 minutes mercredi, 2h de vélo et 45 minutes de course jeudi avant de vraiment faire de la grosse endurance brute durant le week-end.

En effet, je pars vendredi dans les Whites Mountains du New-Hampshire avec mon frère Maxime et nos amis Fred, Carol et Pascal pour trois jours de hiking super méga trippant juste avant de commencer l'école!

Au retour de cela, on verra bien ce que je fais, peut-être les championnats québécois de vélo, mais j'aurai certainement déjà une petite coche de plus en endurance.

Bref, les jours d'entraînement sont comptés avant ce demi-Ironman. Avec l'école, la fatigue des trainings et le gros travail qui nous attend au Siboire pour la rentrée, je vais tout simplement faire de mon mieux d'ici le 19 septembre. Je suis certain que ce sera amplement suffisant pour passer une belle journée au combat. 

Je suis déjà en excellente forme de toute façon, avec la saison de vélo qui vient de se terminer sans trop de fatigue, puisque j'ai roulé une moyenne de 6 heures par semaine et fait maximum 25 courses en 4 mois. Il s'agit seulement de surfer sur cette bonne forme qui me permet déjà, à un mois de la course, de tenir un rythme bien supérieur à l'automne dernier en nage et en course et d'avoir de bien meilleure sensations que lors du Penthatlon des neiges. 

Il faudra aussi ne pas devenir gros et accumuler un peu d'endurance quand même.

Sinon, tout va bien, j'ai vraiment hâte à vendredi!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…