Accéder au contenu principal

1 mois plus tard


Salut! 33 jours sans écrire, je déçois peut-être. Je reviendrai sur l'explication plus tard...

J'arrive du Tour de Québec, ma première course depuis le Grand-Prix de Charlevoix, outre les virées à Lachine chaque mardi.

Samedi fut quasiment une journée de congé finalement. 250 mètres le matin. Ce n'est pas quelque chose que j'apprécie vraiment mais il semble que c'est un bon show! Bref, on a juste l'impression de s'être levé pour rater le dernier chrono du Tour à la télé.

En soirée, c'était ce super critérium de Beauport, sur un vrai circuit nécessitant vitesse, habileté technique et grosse forme physique pour bien y figurer. Pas de cachettes. 

Malheureusement pour moi et la plupart du monde, ça allait beaucoup trop vite. C'était comme faire un entraînement d'une heure avec 10 fois 25 secondes à 120% dans une bosse rapide avec 4-5 minutes de repos entre chaque effort. Sauf que là, le repos, c'était une minute de rythme de course avant de retourner en bas de la bosse qui se montait à bloc à chaque fois. Bref, pas de niveau.

Le lendemain, ce fut le plus grand sabordage de favoris que j'ai jamais vu. je pense que c'était pire que Laroche et Gilbert à Lachine il y a maintenant deux semaines. Sérieux, ça roulait très souvent à 20 kilomètres et tout le monde se sauvait. J'ai fini par partir moi aussi. L'échappée-peloton-groupe le plus nombreux étant déjà à 10 minutes, je me sauvais pour la forme, pour m'entraîner. 

J'en ai eu pour mon argent avec une bonne centaine de kilomètres accompagné généralement de un ou deux coureurs. Mieux que de rester dans le peloton et se faire prendre un tour... même si l'organisation nous a classé chez les "doublés".

Anyway, détail. Ce qui est intéressant, c'est le duel Dionne-Boily qui n'a jamais eu lieu. Au-delà de l'erreur en matière de comptage de point que Dionne aurait commis, hypothèse plausible, je vois autre chose. 

Dionne est la tête d'affiche en matière de cyclisme dans la Capitale Nationale depuis maintenant une dizaine d'année. Il sait très bien que le ptit Boily commence à faire parler de lui pas mal. Peut-être avait-il peur de la côte Racette et d'une répétition trop nombreuse de démarages de Boily au fil de la course pour finalement perdre le Tour de Québec, disputé à Québec, couvert par tout les journalistes de Québec, battu par le ptit kid qui vient aussi de Québec. Laisser partir un Boivin, un Ontarien ou un Brésilien, est un moindre mal dans cette situation. Bref, je pense qu'il risquait une certaine perte de visibilité dans les médias, ce qui rapporte beaucoup d'argent . Mais je dis juste ça comme ça...

Bref, un beau Tour, quand on est assez fort pour le disputer à l'avant. Outre l'air de boeuf des policiers de Québec samedi matin et le manque de tact de certains bénévoles pour dire aux coureurs de ne pas rouler sur les trottoirs, je n'ai rien à dire. Bravo à J-Mike encore une fois, longue vie à la course et plus de Marc-Wayne Addison pour l'animation des courses!

À part ça, le vrai Tour, celui de la France, a été assez nul cette année, malgré ce qu'on a pu nous laisser croire à la télévision. Je vais me retenir solide sur Bernard Vallet, je dirai simplement qu'il fait beaucoup trop d'erreur pour avoir le droit de se retrouver à la télévision. L'opinion d'un Français retraité qui a fait le Tour dans le passé, c'est un excellent concept pour complémenter l'animation. Sauf qu'il y en a d'autres, des retraités disponibles pour animer, et probablement qu'ils articulent beaucoup mieux... Je pense que Canal évasion peut faire mieux.
 
Ce que je pense du Tour cette année? Et bien, j'avais écris deux articles sur le sujet. Faut dire merci à mon ordi qui a bogué les deux fois! Finalement, je n'ai rien à dire, c'est tout déjà écrit par Laurent Martel, sur le site La Flamme rouge".

Sinon, et bien vive les pavés, Ryder et au diable Lance!

Outre les bogues d'ordinateur, il y a d'autres raisons pour lesquelles je n'ai pas écrit pendant tout ce temps. La maladie: durant la magnifique canicule au début juillet. J'étais pris avec une infection bactérienne au visage qui m'a empêché de dormir et de m'entraîner durant une bonne semaine. Encore la semaine dernière, jeudi, un corps étranger s'est inflitré à l'intérieur de mon verre de contact lors d'une nage dans le Lac Magog. Résultat, nuit blanche, abrasion cornéenne et morphine durant 24 heures, précisément jusqu'au départ du Tour de Québec... 

Et une dernière raison, encore des commentaires anonymes que je ne publie plus mais qui sont toujours aussi incompréhensibles. De toute évidence écrits par des coureurs qui roulent souvent au sein du même peloton que moi, ces commentaires sont vides de sens et de compréhension de la frontière entre l'opinion exprimée pour alimenter le débat et l'insulte purement personnelle!

Bref, je vais essayer de faire court sur le sujet mais de plus je vois des coureurs aux performances exceptionnelles qui ne savent pas vivre. Des individus qui méritent le respect sur le plan sportif mais qui auront probablement plus de difficultés à l'obtenir sur le plan personnel. Un problème assez courant dans le vélo au Québec.

Peu importe, donner son opinion sur ce qui se passe dans le cyclisme au Québec, c'est comme s'enterrer en attendant qu'on vous lapide avec joie. Parlez-en à Luis Arévalo, Érik Lyman ou Ugo Lapierre. Ceux-ci ont déjà exprimé leur point de vue publiquement avec comme conséquence immédiate d'être considérés soit comme prétentieux ou tout simplement idiots par des gens qui ne les connaissent même pas.

Même histoire dans mon cas, sauf qu'on aura tous le mérite de ne pas avoir été hypocrite et d'avoir eu les couilles de signer notre nom en plus d'être lu et de rejoindre plusieurs personnes par nos écrits, qui sont constructifs au lieu d'être gratuits. 

Bref, la guerre des mots n'est pas finie. Reste plusieurs courses en août dont 4 mardis de Lachine qui devraient nous permettre de remporter le championnat. Je vois déjà les petits jaloux en manque de publicité dire qu'on aura gagné par défaut parce que Martin Gilbert est parti et que de toute façon, Lachine c'est pas du vélo. Sauf qu'il restera à expliquer pourquoi les plus proches concurrents de notre leader ont environ 200 points de retard sur lui. Parfois, il faut faire sa chance, messieurs les vrais cyclistes. 

De mon côté, je suis inscrit au demi-Ironman de Syracuse, le 19 septembre prochain. C'est l'un de mes nouveaux projets sportifs qui me garde bien motivé. Une chose est sûre, ça va faire du bien de changer d'air, de sport et de sujet d'écriture!

@+


Commentaires

Jean-Philippe a dit…
Je suis bien d'accord avec ton analyse du TdQ. Mieux vaut perdre parce "qu'on n'a pas d'équipe" que par un vrai mano-a-mano. Je suis d'ailleurs souvent étonné de la couverture journalistique du cyclisme à Québec. On semble encore souvent privilégier les places d'honneur à Dionne (voir même la couverture de son travail d'équipier) aux succès réels des nouveaux espoirs de la région.

Pour ce qui est des Lachines, il reste encore 4 étapes dont la dernière qui compte en double (plus de 750 pts à aller chercher). Laroche n'a que 53 points de retard sur Gilbert, ce qui est minime à ce stade. Si Gilbert devait être présent aux dernières étapes, Laroche serait tout à fait en position de lui livrer une bataille jusqu'à la fin pour le titre. Pour ce qui est des autres prétendants au titre, le plus proche rival est à 145 points de Laroche. La course est donc encore ouverte et celui qui remportera le maillot jaune l'aura amplement mérité.
Anonyme a dit…
Je trouve la couverture du canal Évasion plus que correct même si je préfère le flow de Phil Liggett et Paul Sherwen.

La seule chose que je pourrais reprocher réellement au Canal Évasion c'est le trop grand nombre de publicités par rapport à la diversité de celles-ci. Seulement Cinq ou six pubs différentes qu'on a du subir au moins 250 fois chacune (la pub des pro tours à Québec.. pu capable!!!!). Les pubs dans les 10 derniers kilomètres pas capable non plus.. Mais bon.. Business is business!

Sinon, je trouve Bernard Vallet très sympatique et je trouve qu'il a tout à fait sa place dans cete couverture du Tour de France. Ce n'est pas parce qu'il a fait le métier il y a 25-30 qu'il n'est plus d'actualité.

Si un Chavanel, un Cancellara ou un Sastre devient analyste à la télé dans 25 ans, vas-t'on dire que l'un ou l'autre n'a pas vraiment sa place parce qu'il a courru à une autre époque?

Bernard Vallet est un Français, il a peut-être du mal a prononcer certains nom de coureurs et s'exprime parfois avec les tons de sa région native mais faut-il absolument avoir un Bacc en communication ou en journalisme pour pouvoir parler à la télé dorénavant?

Je crois également que Bernard connais extrêmement bien le cyclisme. Il prend bien les devants en expliquant ce qui pourrait se passer dans telle ou telle situations, il explique bien les tactiques 'sur le vif', bref, il lit bien la course!

C'est certains que pour nous, maniaques de vélo, qui spam la touche F5 sur cyclingnews ou autre site de vélo, à la recherche du dernier article en date, d'analyses ou de photos 24/7... C'est sur qu'on se dit qu'un vieux bougre amateur de pastis ne peut pas nous en apprendre plus.. à l'orguille des fois!!

On connait bien le vélo mais on n'a pas fait le métier. On est capable de l'imaginer mais on ne l'as pas vécu!

Jeff
Bonne chance David dans ton renouveau, je suis un inconditionnel de tes chroniques. Aussi bonne chance dans ton nouveau projet de Demi-Ironman. Fais attention, c’est complètement addictif ce sport! Je viens de complété mon premier full (Lake Placid) après 4 70.3 en moins de 10 mois et je suis déjà à penser au prochain et comment je vais le préparer pour aller chercher un meilleur temps! Bienvenu dans le merveilleux monde du swim, bike and run!

Posts les plus consultés de ce blog

Si je meurs frappé par une voiture

Ça y est, la neige est partie. Tous les cyclistes roulent dehors.
Dans mon esprit, une question presque morbide me revient maintenant à chaque printemps: Qui se fera tuer sur son vélo cette année?... 
La route appartient à tous et ces moments de liberté sont à nous. Svp ne nous en privez pas. Photo: Geoffroy Dussault
Si jamais je meurs frappé par une voiture, je serai une autre victime de l’inattention d’un conducteur, d’un texto ou même de l’alcool au volant. Ce sera peut-être en partie de ma faute, mais qui ne fait jamais d'erreur? En général, sur la route, les plus vulnérables n'ont pas droit à l'erreur.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dîtes-vous que c’était ma pire crainte, que j'y pensais à chaque jour. Mais il faut continuer à vivre, continuer à rouler.
Si jamais je meurs frappé par une voiture, dites-vous que j'ai pu voyagé un peu dans ma vie, que je considérais le Québec comme un endroit merdique pour pédaler. Nous côtoyons chaque jour des con…

Merci aux automobilistes

Je pense qu'on ne vous l'a jamais dit. 
Chaque jour du printemps, de l'été et de l'automne, nous sortons rouler. Vous êtes des milliers à nous contourner, à laisser 1, 2, 3 mètres de distance entre nous et votre voiture. 
Merci à la grande majorité des automobilistes qui nous permettent de pratiquer notre sport préféré en sécurité.
Dans un débat qui tourne en rond depuis des années entre les autos et les vélos, on oublie souvent que la plupart des automobilistes sont très courtois. Ils le font de bon coeur ou encore en pestant dans leur voiture contre les maudits bécyks. Mais ils ont assez de conscience sociale pour nous donner de l'espace, quelle que soit leur opinion sur le sujet.
MERCI
Je suis le premier à chialer contre les cyclistes imprudents quand j'embarque dans ma voiture. Pourtant, je passe des centaines d'heures sur mon vélo à chaque année depuis 15 ans. 
Chers collègues sur deux roues, vous remarquerez que les coups de klaxons, les frôlements d…

Si la route ne suffit plus

Nous vivons dans un monde moins périlleux qu'autrefois. Pour nous qui lisons ces lignes, plusieurs choses si précieuses il y a un siècle sont aujourd'hui acquises; avoir un travail valorisant, manger à sa faim, pratiquer des loisirs, etc.

Si bien qu'on s'invente parfois des problèmes. Les grandes maladies infectieuses du passé ont laissé place à la déprime, au syndrome du gazon plus vert chez le voisin. 
À quelque part, si la survie nous garde vivant, la facilité semble nous tuer.
Donc on se met dans la misère pour se sentir en vie. Côté vélo, même si on peut dire que la situation s'est améliorée depuis que les pays modernes ont commencé à asphalter les routes il y a des décennies, allez comprendre pourquoi on les fuit maintenant pour retourner rouler sur la gravelle. 
Tout s'explique. Combien de nos sorties de vélo furent sans histoire? On roule souvent les mêmes parcours, près de chez soi. Si beaux mais si prévisibles à la fois.
C'est pourquoi l'hiver…